ASIE/INDE – Archevêque de Bangalore : “Non” à l’enquête et au profilage des missionnaires chrétiens

 11 total views,  1 views today

Bangalore – Les Eglises chrétiennes s’opposent à la décision du gouvernement de l’Etat indien du Karnataka de procéder à une enquête spéciale et à un profilage des missionnaires et du personnel des Eglises chrétiennes. C’est ce qu’a rapporté à Fides Mgr Peter Machado, Archevêque de Bangalore, capitale de ce vaste État du sud de l’Inde. Le 13 octobre, l’organisme gouvernemental “Backward Classes and Minorities Welfare”, qui s’occupe de la promotion et du développement des groupes les plus défavorisés, a commandé une enquête sur le personnel des églises chrétiennes opérant au Karnataka. Les chrétiens n’en voient pas la raison et craignent les arrière-pensées.
“Pourquoi le gouvernement s’intéresse-t-il à une enquête sur le personnel religieux et les lieux de culte uniquement de la communauté chrétienne ?” a demandé Mgr Machado. “Nous considérons que cet exercice est futile, inutile et dangereux”, a-t-il déclaré. “Rien de bon n’en sortira. En effet, avec en toile de fond le croquemitaine des prétendues conversions forcées et les sentiments antireligieux qui montent, il est dangereux de faire de telles enquêtes. Les lieux de culte de notre communauté, ainsi que les curés, pasteurs et religieuses, seront identifiés et pourront être pris pour cible. Nous avons déjà entendu parler d’incidents sporadiques dans le nord et dans le Karnataka “, a-t-il déclaré dans une déclaration envoyée à Fides.
“Les missionnaires travaillent pour le bien de tous les habitants de l’État. Le gouvernement et tous les autres en sont bien conscients. Personne ne vit ou ne travaille dans le secret. Les travaux sont exposés au grand jour. Nous ne comprenons pas l’objectif d’un tel profilage religieux des seuls chrétiens et de leurs institutions”, explique le Prélat. Et il ajoute : “Le gouvernement peut compter les institutions éducatives et les centres de santé gérés par les missionnaires chrétiens. Cela donnera une idée juste du service rendu par la communauté chrétienne à la société”.
L’enquête sur les missionnaires est considérée comme faisant partie d’un plan promu par le Bharatiya Janata Party , parti pro-hindou au pouvoir dans l’État, visant à mettre en œuvre un programme politique pro-hindou qui cible et marginalise les chrétiens et les musulmans, qui sont des minorités religieuses en Inde.
Les dirigeants chrétiens rappellent que les fidèles du Karnataka sont confrontés à des violences et des persécutions ciblées. Dans certains cas, il est fait état de perturbations violentes des services de prière et de démolitions de maisons chrétiennes. Ces attaques sont menées par des groupes hindous radicaux qui restent impunis avec le soutien du gouvernement et des forces de police.
Auparavant, le gouvernement de l’État avait annoncé qu’il envisageait l’approbation par le Parlement de l’État d’un projet de loi interdisant la conversion religieuse. Les Évêques catholiques du Karnataka ont rencontré le Premier ministre Basavaraj Bommai, exprimant leur déception sur la question , invitant l’exécutif à ” ne pas céder aux pressions des groupes fondamentalistes, qui souhaitent perturber la paix, l’harmonie et la coexistence pacifique dans la société “.
Huit États indiens ont déjà adopté des lois spécifiques interdisant les conversions religieuses. Ces lois, notent les Eglises, vont à l’encontre de l’esprit de la Constitution, qui accorde la liberté de prêcher, de pratiquer et de professer sa religion.
Au Karnataka, les hindous représentent 84 % des 61 millions d’habitants, tandis que les musulmans représentent 13 % et les chrétiens 2 %.