ASIE/INDE – Les Évêques appellent le gouvernement à dire “non” aux lois anti-conversion

 19 total views,  1 views today

New Delhi – Une délégation d’évêques indiens, catholiques et d’autres confessions chrétiennes, a rencontré des ministres fédéraux pour demander l’abrogation des lois anti-conversion, approuvées par les gouvernements de certains États de la Fédération indienne. Comme l’a appris Fides, parmi les autres membres de la délégation, Mgr Anil Joseph Thomas Couto, Archevêque de Delhi, Mgr Kuriakose Bharanikulangara, Archevêque de Faridabad, de l’Église syro-malabare de rite oriental, et Mgr Subodh C. Mondal, de l’Église méthodiste en Inde dans la zone épiscopale de Delhi, ont eu une réunion spéciale avec Mukhtar Abbas Naqvi, ministre fédéral des Affaires des minorités, et John Barla, sous-secrétaire. La délégation, qui a rencontré les autorités le 28 septembre, était composée de 50 dirigeants chrétiens représentant différentes confessions. Au nom de tous, Mgr Couto a présenté un Mémorandum contenant diverses questions touchant les minorités chrétiennes du pays et le thème de la liberté religieuse.
Les lois anti-conversion, en vigueur dans plusieurs États indiens, interdisent la conversion religieuse par la force ou la tromperie et constituent un délit passible de diverses peines. Parmi les États qui ont adopté des lois interdisant les conversions religieuses figurent l’Odisha, l’Uttar Pradesh, l’Arunachal Pradesh, le Chhattisgarh, le Gujarat, le Jharkhand, l’Himachal Pradesh, le Madhya Pradesh et l’Uttrakhand.
Les lois anti-conversion, selon les Évêques, violent la lettre et l’esprit de la Constitution indienne, qui prévoit la liberté de pratiquer, de promouvoir et de propager sa religion selon sa conscience et sa liberté.
À ce stade, un autre État, le Karnataka, dans le sud de l’Inde, envisage de promulguer une loi similaire. Le 28 septembre, le ministre en chef de l’État, Basavaraj Bommai, a publié un décret restreignant la “conversion religieuse forcée”, bien que les dix Évêques du Karnataka l’aient rencontré les jours précédents, espérant qu’aucune nouvelle législation ne serait adoptée.
Le Karnataka est un vaste État du sud de l’Inde dirigé par le parti nationaliste hindou Bharatiya Janata Party . Suivant une idéologie très répandue au sein du BJP , les nationalistes hindous voudraient transformer l’Inde d’un État laïque en un État théocratique hindou. Actuellement, le BJP gouverne les États de l’Himachal Pradesh, de l’Uttar Pradesh et du Madhya Pradesh, qui ont déjà adopté des lois controversées contre la conversion.
La délégation épiscopale a fait part aux ministres fédéraux de ses préoccupations concernant les nouvelles restrictions légales qui limitent ou empêchent la possibilité de dons étrangers pour les œuvres de charité destinées aux communautés pauvres et vulnérables du pays. Le ministre Naqvi a souligné le patrimoine culturel commun et l’héritage de la coexistence entre les différentes communautés religieuses. Il a également déclaré que “toute tentative de perturber ce tissu d’unité et d’harmonie portera atteinte à l’âme de l’Inde”, a-t-il ajouté.
La délégation a également informé le gouvernement fédéral des violences répétées contre les chrétiens et des incidents de destruction ou de pillage d’églises dans tout le pays. Dans une affaire récente, le 17 septembre, cinq familles chrétiennes du district de Kandhamal, dans l’État d’Odisha, ont subi des abus et des violences de la part d’hindous et au moins une maison appartenant à un chrétien a été incendiée. Dans la plupart des cas”, ont déclaré les Évêques, “la police et les fonctionnaires du gouvernement ne prêtent pas beaucoup d’attention aux plaintes des chrétiens. Là encore, les ministres ont assuré les dirigeants chrétiens qu’ils allaient examiner la question.
La délégation a informé le gouvernement de la discrimination à l’encontre des Dalits chrétiens et musulmans qui ne peuvent pas bénéficier des avantages accordés par le gouvernement aux Dalits, ce qui affecte le travail, l’emploi et d’autres mesures d’aide sociale.
Enfin, les dirigeants des Églises ont demandé des contributions au gouvernement fédéral pour la création d’une université chrétienne fédérale, avec des fonds publics et privés, en la considérant comme un grand pôle éducatif au profit de tous les citoyens, de toute culture, ethnie ou religion.
Selon le recensement indien de 2011, il y a 966 millions d’hindous, soit environ 80 % de la population indienne estimée à 1,3 milliard d’habitants. Il y a 172 millions de musulmans et 29 millions de chrétiens .