ASIE/INDE – Les Évêques s’opposent à la loi anti-conversion au Karnataka

 16 total views,  1 views today

Bangalore – Les dix Évêques catholiques de l’État du Karnataka, dans le sud de l’Inde, ont exprimé au Premier ministre de l’État, Basavaraj Bommi, leur profonde préoccupation au sujet d’une proposition de loi visant à interdire les conversions religieuses dans l’État. À la tête d’une délégation qui a rencontré le Premier ministre le 22 septembre, Mgr Peter Machado, Archevêque de Bangalore, a présenté un mémorandum sur diverses questions affectant la vie des chrétiens au Karnataka. Selon l’Archevêque Machado, agiter le croquemitaine des “conversions forcées” est nuisible et inutile, et l’Église catholique exprime sa déception.
La communauté chrétienne de l’État gère des centaines d’écoles, de collèges et d’hôpitaux dans différents diocèses. Et des millions d’étudiants étudient dans des établissements d’enseignement dirigés par des chrétiens. Des millions de personnes bénéficient de ces institutions. Aucun d’entre eux, soulignent les Évêques, ne se voit conseiller d’embrasser le christianisme. Certains cas mineurs ont pu se produire, mais ils ont été exagérés, a déclaré l’Archevêque Machado. “Le projet de loi anti-conversion vise à diffamer le christianisme”, a souligné l’Archevêque. En fait, la communauté chrétienne assume pleinement sa responsabilité morale en ne se livrant en aucune façon à la promotion de conversions forcées : “Nous ne forçons personne”, a-t-il déclaré.
Dans le mémorandum remis au Premier ministre, les Évêques notent que toute loi anti-conversion pourrait causer “des problèmes dans les relations inter-communautaires et des troubles inutiles”, générant des déclarations et des réactions controversées et provoquant des troubles dans la société et les communautés religieuses. générant des déclarations et des réactions controversées et semant le trouble dans la société et les communautés religieuses.
Le 21 septembre, Goolihatti Shekhar, membre de l’assemblée législative de l’État et membre du parti nationaliste hindou Bharatiya Janata Party , a soulevé la question au Parlement en déclarant : “Les missionnaires chrétiens évangéliques se livrent à une campagne effrénée de conversion religieuse dans ma circonscription de Hosadurga. Ils ont converti environ 20 000 hindous au christianisme”.
En réponse à cette note, le président de l’Assemblée législative, Visheshwara Hegde Kageri, a déclaré que de nombreux États de l’Inde avaient déjà adopté des lois pour freiner les conversions religieuses et a suggéré que le Karnataka pourrait avoir une loi similaire. Intervenant dans le débat, le ministre de l’Intérieur, Araga Jnanedra, a déclaré que le gouvernement du Karnataka étudierait les lois pertinentes des autres États et proposerait sa propre version. Le gouvernement de l’État, a-t-il dit, a l’intention de se pencher sur la question pour mettre fin aux conversions religieuses par la force et autres incitations.
La Constitution indienne prévoit que les citoyens ont la liberté de “professer, pratiquer et propager” la religion. Toutefois, plusieurs États de la Fédération indienne ont mis en œuvre et promulgué des lois ou des règlements visant à décourager ou à interdire les conversions religieuses : il s’agit de l’Odisha, de l’Uttar Pradesh, de l’Arunachal Pradesh, du Chhattisgarh, du Gujarat, du Jharkhand, de l’Himachal Pradesh, du Madhya Pradesh et de l’Uttrakhand.
Le Karnataka est dirigé par le BJP, dont les membres et les politiciens sont hostiles aux communautés religieuses minoritaires. Suivant une idéologie répandue au sein du BJP , certains voudraient transformer l’Inde d’un pays laïc en un État théocratique hindou.