ASIE/INDE – Premiers commentaires à la réélection du Premier Ministre sortant pour un second mandat

New Delhi – « Le deuxième mandat de Narendra Modi à la tête de la nation en fera un Premier Ministre meilleur. Il s’agit pour lui d’une opportunité afin qu’il corrige ses précédentes erreurs. Il est nécessaire de se concentrer sur les politiques en faveur des pauvres. Même si par le passé, il a été considéré comme un responsable qui a divisé le pays, je crois que, cette fois, il pourra travailler afin d’améliorer les rapports avec les communautés des minorités religieuses, en particulier musulmans et chrétiens ». C’est dans cet esprit et avec ce souhait que Maitre A. C. Michael, avocat et intellectuel chrétien, Directeur de l’ONG Alliance Defending Freedom-India et ancien membre de la Delhi Minority Commission, commente pour l’Agence Fides les premiers résultats des élections indiennes.
Le Baratiya Janata Party du Premier Ministre sortant, Narendra Modi, a remporté les élections, accroissant le nombre de ses sièges au Parlement et obtenant, alors que le dépouillement est encore en cours, plus de 300 des 542 sièges disponibles. Les élections se sont déroulées en sept phases, du 11 avril au 19 mai, et ont vu la participation de plus de 600 des 900 millions d’ayant droit de vote. N. Modi a annoncé la victoire de son Alliance nationale démocratique, la coalition conservatrice et nationaliste conduite par son parti. L’alliance des oppositions, conduite par le Parti du Congrès, devrait obtenir, selon les projections, quelques 85 sièges.
Le parti du Premier Ministre avait été battu lors de consultations locales tenues dans trois Etats indiens en décembre dernier mais les résultats des élections générales le confirment en tant que responsable indiscutable sur la scène politique indienne, fort d’un consensus gagné notamment grâce au nationalisme de matrice religieuse caractéristique de son parti.
Le Père Devasagayaraj M. Zackarias, Secrétaire du Bureau chargé des dalits de la Conférence épiscopale indienne , indique à Fides : « A N. Modi, nous demandons de reconnaitre les droits des dalits chrétiens, à commencer par le droit à la liberté religieuse. Nous lui demandons de ne pas adopter l’agenda de l’hinduité qui polarise la nation sur base religieuse. Le gouvernement fédéral doit se concentrer sur le développement de la nation, sur la santé publique, l’instruction et le développement économique des pauvres. Nous demandons à ce que soit adoptée une approche inclusive, pour le bien commun du pays ».

da: www.fides.org
I contenuti del sito sono pubblicati con Licenza Creative Commons Attribuzione 4.0 Internazionale