ASIE/INDE – Violence contre les chrétiens, “violation flagrante de la Constitution”

 10 total views,  1 views today

New Delhi – Les attaques contre les fidèles chrétiens indiens sont des violations claires et flagrantes de la Constitution, et en tant que telles, elles doivent être poursuivies et arrêtées : c’est ce qu’affirment les prêtres, les religieux, les promoteurs des droits de l’homme dans la société indienne au lendemain de la publication du Rapport, édité par un groupe d’organisations chrétiennes, qui indique plus de 300 épisodes de violence contre les chrétiens en Inde en 2021. Le rapport, envoyé à Fides, a été rédigé par des ONG telles que “United Against Hate”, “Association for Protection of Civil Rights” et “United Christian Forum”, entre autres.
“Ce qui arrive aux chrétiens en Inde n’est pas nouveau. Cela se produit avec une régularité effrayante dans les États gouvernés par le Bharatiya Janata Party depuis plus de 20 ans”, commente à l’Agence Fides le Père Cedric Prakash, un universitaire et écrivain jésuite, actif dans la défense et la promotion des droits de l’homme. “Cependant, depuis 2014, les éléments liés à l’idéologie “Hindutva” ont poursuivi leur agenda avec des violences et une propagande haineuse contre les minorités religieuses, comme les chrétiens et les musulmans, en bénéficiant d’une plus grande impunité”, explique-t-il. “Même les leaders hindous les plus intransigeants se cachent derrière l’immunité en disant : nous sommes les leaders, personne ne peut nous toucher, rien ne nous arrivera”, dit le père Prakash.
“Les attaques et les menaces ont augmenté de façon spectaculaire. Cela est totalement contraire à la Constitution, à l’éthique démocratique et au tissu pluraliste du pays. Le peuple indien doit se lever pour arrêter ce fanatisme immédiatement avant qu’il ne soit trop tard”, dit-il.
Selon le rapport intitulé “Christians under attack in India”, publié le 21 octobre, trois États du nord de l’Inde, l’Uttar Pradesh, l’Uttarakhand, l’Haryana et Delhi, sont le théâtre de la plupart des attaques contre les chrétiens.
“Les craintes et les suspicions concernant la conversion des hindous par les chrétiens sont totalement infondées. Des attaques brutales ont eu lieu dans 21 États. La plupart des incidents se produisent dans les États du nord et 288 cas sont des violences de masse. C’est une situation effrayante, qui soulève des questions critiques sur le rôle de la Commission nationale des droits de l’homme et du ministère de l’Intérieur et sur leur incapacité à mettre fin à cette violence”, déclare le dirigeant catholique A.C. Michael, ancien membre de la Commission des minorités à Delhi et désormais coordinateur national du Forum chrétien uni .
Plus de 49 plaintes ont été enregistrées dans les commissariats de police, mais aucune action n’a été entreprise, note le texte. L’enquête a montré que la plupart des violences étaient dirigées contre des chrétiens appartenant aux communautés dalits et tribales. Les auteurs de ces attaques sont des groupes nationalistes hindous qui accusent les chrétiens de convertir les hindous par la flatterie, l’argent ou d’autres formes d’aide. Comme le souligne Minakshi Singh, secrétaire général du groupe protestant “Unity in Christ” basé à Delhi, qui a contribué au rapport, “ce n’est pas vrai du tout, en fait il n’y a pas eu de changement significatif dans le pourcentage de la population chrétienne, au contraire, son nombre est en baisse”.
Le père Ajaya Kumar Singh, prêtre catholique, avocat et défenseur des droits de l’homme, a déclaré à Fides :
” La liberté de religion ou de croyance est un droit fondamental. C’est la pierre angulaire de tous les droits, car elle implique la conscience. Les groupes hindutva accusent les chrétiens depuis plus d’un siècle de faire du prosélytisme sans preuves et sans réelles motivations”. Accuser les chrétiens de convertir de force les autres au christianisme est une pure propagande et un prétexte à la violence. Chacun a le droit de choisir ses propres croyances. La preuve de la liberté de religion est le droit de se convertir”, déclare le prêtre à Fides.
“Dans certains villages, les églises chrétiennes ont été dévastées, dans d’autres les pasteurs ont été battus ou maaités. Des assemblées de fidèles ont été dispersées par des foules violentes et des chrétiens se sont retrouvés à l’hôpital avec des blessures. La police est également accusée de menacer les fidèles, de les traîner dans les commissariats et de mener des raids pendant les services de prière du dimanche”, a déclaré le prêtre, commentant le rapport.
“Les faits réels doivent être mis en lumière autant que possible, avec des enquêtes indépendantes. Personne ne doit s’excuser ou avoir honte parce qu’il exerce son droit de choisir sa religion ou ses convictions. Nous apprécions le fait que des groupes indépendants de la société civile, qui protègent les libertés individuelles, se joignent à cette campagne pour mettre en lumière les problèmes”, conclut le père Singh.
Lors d’un incident récent, un groupe de 30 militants appartenant au Vishwa Hindu Parishad et au Bajrang Dal a forcé une école catholique de l’État indien du Madhya Pradesh à installer une statue de Saraswati, la déesse hindoue du savoir, sur le campus. Le Madhya Pradesh, qui est gouverné par le parti nationaliste hindou BJP, a également connu de nombreux cas de violence à l’encontre de chrétiens, de prêtres et de religieuses dans le passé.
Selon le recensement indien de 2011, l’Inde compte 966 millions d’hindous sur une population de 1,3 milliard d’habitants. Il y a 172 millions de musulmans et 29 millions de chrétiens.