ASIE/INDE – Visiter les malades et aimer les pauvres au nom de Jésus

 7 total views,  1 views today

Goa – Visiter les malades, apporter du réconfort à ceux qui souffrent et soulager les pauvres au nom de Jésus : telle est la mission d’un groupe d’infirmières de Goa qui, en tant que volontaires, se rendent dans les orphelinats, les maisons de retraite, les villages de pauvres et de nécessiteux, apportant l’annonce spéciale d’espoir, de consolation et de salut de l’Évangile. Selma Barreto, présidente de la “Goa Catholic Nurses’ Guild”, une association d’infirmières qui effectuent ce travail bénévole, explique à Fides : “Être infirmière est une vocation : nous prenons soin des patients dans leur douleur, leur anxiété et leur peur. Notre mission est de les aider et de consoler leurs proches. Nous lisons la Parole de Dieu avec eux pour leur donner espoir et courage dans les moments de désespoir. C’est notre façon d’aller vers les autres avec le message de Jésus.
Les infirmières – qui travaillent normalement dans des cliniques et des hôpitaux et qui promeuvent cette activité caritative et missionnaire pendant leur temps libre – prient avec les patients et leurs proches, généralement la nuit. En plus de fournir une Bible en hindi , en marathi et en konkani pour la prière et la lecture, ils distribuent également des Bibles aux proches des patients.
Au Goa Medical College, un hôpital connu pour son efficacité et la disponibilité de médecins spécialisés, les infirmières organisent des séances de contrôle médical pour des groupes de personnes pauvres et âgées, et lorsqu’elles se rendent dans des maisons de retraite, elles fournissent des repas et des vêtements aux personnes présentes. Pendant la période de confinement causée par Covid-19, les femmes ont contacté la tribu Vanamare à Nirancal, un village près de Goa. “Là-bas, nous avons organisé un camp médical pour les enfants afin de vérifier la santé des enfants souffrant de malnutrition. Nous leur avons fourni des rations de riz et de la farine de blé”, explique Barreto.
Lors de la session spéciale d’examens et d’interventions dentaires, destinée aux mères et aux enfants, les infirmières ont donné des conférences sur l’hygiène et l’assainissement, tandis que dans le camp organisé pour les enfants de l’école Don Bosco du village de Tuvem, des examens médicaux d’oto-rhino-laryngologie et de dermatologie étaient prévus.
Les infirmières ont fourni du dentifrice, du savon et une brosse à dents aux enfants et aux jeunes.
Barreto explique : “Se consacrer à de telles œuvres de miséricorde n’est possible que grâce à l’amour du Christ qui règne dans nos cœurs. Nous faisons l’expérience d’un autre type de bonheur lorsque nous sommes au service du Christ présent dans les pauvres : c’est une joie que le monde ne peut offrir”. Ces rencontres, ajoute-t-il, “sont aussi des occasions de partager un témoignage de foi et peuvent porter du fruit”. “Nous voyons tellement de souffrance à l’hôpital. Ce que nous gagnons, nous le partageons avec les pauvres et les nécessiteux. Mes collègues infirmières sont heureuses de se porter volontaires. Nous voulons utiliser nos dons et nos talents pour soulager et donner de l’espoir au peuple de Dieu”, note-t-elle.
Chaque mois, nous fournissons du riz, des légumineuses, de l’huile, de la farine de blé et des biscuits à 25 familles du village de Siolim. Si quelqu’un a besoin de médicaments, nous faisons de notre mieux pour les lui fournir”, ajoute M. Barreto.
Ce bon travail continue d’attirer de nouveaux bénévoles et donateurs : “En partageant les photos de notre mission dans les différents villages, d’autres personnes demandent à se joindre à ce service ou à pouvoir y contribuer en faisant un don. Le Seigneur nous aide à collecter l’aide nécessaire pour les personnes que nous visitons chaque mois. Nous le remercions car, dans sa Providence, il ne nous laisse manquer de rien”.