ASIE/IRAQ – Controverse post-électorale sur la répartition des sièges réservés aux candidats chrétiens

 12 total views,  1 views today

Bagdad – Quelques jours après les élections législatives irakiennes qui se sont déroulées le dimanche 10 octobre, les controverses post-électorales prévisibles sur la répartition des 5 sièges parlementaires réservés par le système électoral aux candidats chrétiens reviennent. Les objections les plus explicites aux résultats du quota de sièges garantis aux politiciens appartenant aux communautés chrétiennes locales ont été exprimées par l’ancien député chrétien Yussef Juseph Sliwa, qui est allé jusqu’à déclarer dans une interview diffusée par le réseau kurde Rudaw que les cinq nouveaux députés qui ont remporté les sièges de ce quota ne représentent pas réellement les chrétiens irakiens, étant donné que 90 % des votes en leur faveur ne provenaient pas d’électeurs chrétiens selon lui.
L’accusation, qui a également émergé lors des élections parlementaires irakiennes de 2018, implique les principaux groupes politiques chiites et kurdes, qui auraient détourné une partie de leurs votes vers des candidats se présentant pour des sièges chrétiens, afin d’y placer des députés totalement alignés sur leurs stratégies politiques. Dans son interview, Sliwa a répété que les politiciens appartenant aux communautés chrétiennes locales – Syriens, Chaldéens et Assyriens – n’auraient pas dû s’impliquer dans les conflits qui opposent les partis chiites aux partis chiites et les partis kurdes aux autres formations politiques kurdes. Evan Faeq Yakoub Jabro, ancien ministre des réfugiés et de la migration dans le gouvernement sortant dirigé par Mustafa al Kadhimi, qui a été élu avec près de 11 000 préférences au nouveau Parlement dans les rangs du “Mouvement de Babylone”, après avoir concouru pour occuper le siège réservé aux candidats chrétiens dans la ville de Bagdad, n’a pas tardé à répondre aux accusations de Sliwa. Dans une interview publiée par le réseau médiatique Rudaw, l’ancien ministre a défendu la transparence du processus électoral, soulignant que, dans la répartition des sièges réservés aux chrétiens, on a assisté à une affirmation éloquente des femmes candidates , signe que “notre société a commencé à faire des pas vers une certaine ouverture intellectuelle”.
Evan Jabro a également rejeté les accusations de manipulation électorale exprimées par les politiciens Sliwa et chrétiens comme une réaction compréhensible des acronymes politiques qui ont été défaits dans la compétition électorale.
Le “Mouvement de Babylone”, comme le rapporte l’Agence Fides a remporté quatre des cinq sièges réservés aux candidats chrétiens par le système électoral national. Le cinquième siège, dans le district d’Erbil, a été attribué au candidat indépendant Farouk Hanna Atto.
Le Mouvement Babylone est né comme une projection politique des ” Brigades Babylone “, une milice armée formée dans le cadre des opérations militaires contre les djihadistes de l’État islamique qui ont conduit à la reconquête des zones du nord de l’Irak tombées aux mains des djihadistes en 2014. Dirigées par Ryan al Kildani , les “Brigades de Babylone” ont toujours prétendu être une milice composée de chrétiens, même si leur lien avec des milices chiites pro-iraniennes telles que les Unités de protection populaire était documenté. De même, l’acronyme politique du “Mouvement de Babylone” est considéré comme proche de l'”Organisation Badr”, un mouvement politique qui, au moment des élections, a fusionné avec l’Alliance Fatah, un cartel qui regroupait neuf organisations chiites pro-iraniennes, qui ont été battues lors des élections du 8 octobre.
Les résultats des élections irakiennes, outre la défaite du bloc Fatah, ont également enregistré la progression du parti sadriste, dirigé par le leader chiite Muqtada al Sadr, qui contrôlait 58 sièges dans le précédent Parlement et qui siégera en tant que première force dans la nouvelle assemblée parlementaire, ayant remporté 73 des 329 sièges du Parlement. La coalition du Fatah n’a remporté que 15 sièges, contre 48 contrôlés par les mêmes partis de la coalition dans le parlement précédent, et n’a pas reconnu les résultats du vote, appelant ses partisans à descendre dans la rue.
À Bagdad, les manifestants se sont rassemblés près de la “zone verte”, où les bureaux du gouvernement et les ambassades sont concentrés. Des protestations similaires ont été enregistrées ces derniers jours à Basra, Kerbala et Kirkuk.
Seuls 41 % des personnes habilitées à voter se sont rendues aux urnes, soit le chiffre le plus bas des six élections législatives organisées en Irak depuis 2003, après la fin du régime de Saddam Hussein. L’élection, prévue en 2022, avait été avancée après que les manifestations populaires de l’automne 2019 eurent montré un mécontentement généralisé à l’égard de l’ensemble des dirigeants politiques irakiens, accusés de corruption et de mauvaise gestion.
Les résultats des élections irakiennes ont enregistré une affirmation importante de la présence des femmes au parlement. 97 femmes parlementaires ont été élues, soit bien plus que le quota de 25% alloué par la loi .