ASIE/IRAQ – Le Patriarcat chaldéen soutient l’appel du Grand Ayatollah Al Sistani au vote

 17 total views,  2 views today

Bagdad – Alors que les citoyens irakiens se préparent à se rendre aux urnes pour élire les 329 membres du nouveau Parlement, le Patriarcat chaldéen joint sa voix à celle du Grand Ayatollah Ali al Sistani, qui avait déjà souligné l’urgence et l’opportunité d’honorer le rendez-vous électoral prévu pour le dimanche 10 octobre. Dans une déclaration signée par le Patriarche chaldéen Luis Raphaël Sako, il est fait référence à l’appel précédent du Grand Ayatollah chiite, le qualifiant de “Guide suprême”, qui avait exhorté la population irakienne à une “participation consciente et responsable” au vote, le désignant comme “le moyen le plus sûr d’orienter le pays vers un avenir meilleur”.
Le message signé par le Cardinal Sako considère les élections comme un instrument utile pour tenter de réaliser les réformes institutionnelles, politiques et administratives demandées ces dernières années, également par le biais de mobilisations populaires massives et non violentes. “Nous invitons les électeurs, lit-on dans la déclaration patriarcale, à évaluer le comportement des anciens représentants qui se représentent aux élections et des nouveaux candidats, afin de ne pas être trompés par des promesses mensongères et de ne pas vendre le pays à des opportunistes et des corrompus”.
Les élections parlementaires se dérouleront dans 83 circonscriptions plurinominaux. Un quart des 329 sièges sont réservés aux femmes, tandis que 9 sièges sont réservés aux minorités .
Selon les enquêtes réalisées au moment de la présentation des listes, il y a au moins 34 candidats chrétiens qui se présentent aux élections . Les activités de propagande électorale des candidats chrétiens se sont concentrées dans les zones où la population chrétienne est le plus profondément enracinée, comme la ville de Dohuk. Fin juillet , le Parti des enfants des deux fleuves , un acronyme politique qui regroupe des dirigeants et des militants des communautés chrétiennes d’Irak, a officiellement annoncé son intention de boycotter les élections législatives du 10 octobre. “Les forces politiques en Irak, dont nous faisons partie”, écrivent les dirigeants de Beth Nahrain dans un texte justifiant cette décision drastique en évoquant la puissance des milices armées et les mobilisations populaires anti-corruption de 2019, “avaient demandé que les armes soient exclusivement entre les mains de l’État, que les assassins des manifestants soient traduits en justice et que la question de la lutte contre la corruption soit traitée de manière décisive”. Malheureusement, ajoutent les dirigeants de Beth Nahrain, aucune de ces demandes n’a reçu de réponses adéquates, et il est facile de prévoir que le processus électoral se déroulera également dans des conditions qui ne garantissent pas une transparence et une équité suffisantes”.
Le système de “quotas” actuellement en vigueur, qui réserve cinq sièges aux candidats appartenant aux différentes communautés chrétiennes, est accusé par divers analystes critiques de ne pas favoriser une représentation politique adéquate des composantes chrétiennes, car dans sa forme actuelle, il rend possibles des opérations de manipulation électorale qui ont permis aux grands partis d’attribuer ces sièges à leurs émissaires, ces dernières années. Lors des élections de 2018 – comme le rappelle également la déclaration des dirigeants de Bet Nahrain – les grands Partis ont détourné des milliers de voix de leurs militants pour soutenir les candidats qui leur sont fidèles et qui concouraient pour remporter l’un des cinq sièges réservés à la composante chrétienne.