ASIE/IRAQ – Le Patriarche Sako : les plateformes numériques et les médias sociaux utilisés pour nuire à l’Église

 23 total views,  5 views today

Bagdad – À l’ère d’Internet, la diffusion des réseaux sociaux et la prolifération des blogs et des plateformes numériques ont multiplié de manière disproportionnée la diffusion d’interventions polémiques et d’articles qui critiquent impitoyablement l’Église, souvent écrits par des personnes dépourvues de toute familiarité minimale avec la doctrine chrétienne, et de toute connotation ecclésiale authentique, qui visent à ” remplacer les faits par leurs idées nouvelles et controversées “. Le Cardinal irakien Louis Raphael Sako, Patriarche de l’Église chaldéenne, a réitéré l’alerte sur les effets lacrymogènes de ce phénomène sur la vie de l’Église. Dans une note publiée par les médias du Patriarcat, il a invité tous les baptisés à ne pas se laisser submerger par le flot de manipulations et d’impostures qui circulent sur la toile concernant la nature et la vie de l’Église.
Dans son discours, le Cardinal irakien a souligné que la plupart des controverses et des attaques qui circulent sur le web concernant les affaires de la communauté chaldéenne proviennent de personnes qui vivent en dehors de l’Irak, et qui profitent de la liberté d’accès au web pour écrire ce qui leur vient à l’esprit, sans aucune précision, en utilisant des tons agressifs et excessifs pour semer la confusion parmi les personnes qui marchent avec simplicité dans le sillage de la foi des Apôtres.
La milice de cette armée de “commentateurs” numériques enrôlés à temps dans les controverses intra-ecclésiales – note le Patriarche – “n’a de pitié pour personne, pas même pour le Pape”, et poursuit souvent ses propres agendas de pouvoir, attirant dans sa critique corrosive les catégories de la matrice politique et mondaine qui occultent la nature authentique de l’Eglise. “Je me souviens, par exemple”, raconte le Patriarche Sako, “qu’une de ces personnes a écrit : “Il est temps de faire une révolution pour réformer l’Église chaldéenne et renverser la dictature de la vieille garde””. Un langage qui traitait l’Eglise de la même manière qu'”un parti politique, ou une dictature militaire comme celle d’Augusto Pinochet au Chili”.
Depuis quelque temps, certaines Eglises d’Orient – comme l’Eglise orthodoxe copte – expriment des appréciations critiques intéressantes à l’égard de ceux qui exaltent avec un enthousiasme exalté l’impact des réseaux numériques et des nouveaux outils de communication sur les dynamiques ecclésiales. Il y a un peu plus d’un an, dans un discours adressé aux membres du Rotary Club égyptien d’Alexandrie-Pharos , le Patriarche copte orthodoxe Tawadros II a répété que ce ne sont certainement pas les médias sociaux qui peuvent ouvrir les portes du Paradis aux hommes et aux femmes d’aujourd’hui, ajoutant que les réseaux de communication numérique sont “une arme à double tranchant”, comme un “couteau” qui peut être utilisé correctement ou incorrectement, avec un potentiel destructeur capable de nuire aux individus et de déchirer le tissu ecclésial et social.