ASIE/IRAQ – Tournoi de football “inter-rituel” entre les paroisses de Bagdad. Les Chaldéens gagnent aux tirs au but

 39 total views,  1 views today

Bagdad – La finale du ” Tournoi du Pape François “, l’événement sportif qui a opposé 12 équipes représentant les communautés ecclésiales locales arménienne, chaldéenne, syriaque, latine et copte, s’est terminée aux tirs au but. Au final, l’équipe de la cathédrale chaldéenne de Saint-Joseph l’a emporté sur l’équipe de l’église latine de Saint-Joseph lors de la séance de tirs au but. La finale qui s’est déroulée devant une foule de supporters le jeudi 4 novembre, a été retransmise en direct sur plusieurs chaînes de télévision irakiennes, s’est déroulée en présence du Patriarche chaldéen Louis Raphaël Sako et de plusieurs évêques irakiens, qui ont distribué à la fin du match des prix aux membres de l’équipe gagnante et des prix individuels pour le meilleur joueur, le meilleur gardien de but et le meilleur buteur du tournoi.
La compétition sportive était organisée par le Comité de la jeunesse catholique, dirigé par Mar Basel Salem Yaldo, Évêque auxiliaire chaldéen de Bagdad. Dans un pays et une ville aux prises depuis des décennies avec des urgences , des violences et des tensions sociales et politiques qui rendent difficile la vie quotidienne d’une grande partie du peuple irakien, le tournoi de football entre les équipes paroissiales de Bagdad a été organisé et vécu comme un moment de coexistence fraternelle, un signe et un espoir d’un retour possible à une vie quotidienne qui ne soit plus déformée par les poisons du sectarisme.
Le tournoi de football a été baptisé du nom du pape François, également en souvenir de la visite effectuée en Irak par l’actuel successeur de Pierre en mars 2020. Dans la soirée du dimanche 31 octobre, au cours de la liturgie eucharistique qu’il a présidée dans la cathédrale chaldéenne Saint-Joseph de Bagdad, le Cardinal et Patriarche Sako s’est précisément attardé sur la profession de foi de l’apôtre Pierre rapportée dans l’Évangile de Luc . La foi de l’Église – commente le patriarche Sako – “est la foi de Pierre”, et l’Église elle-même ne naît et ne grandit que comme “le fruit de l’expérience de la foi de Pierre, des Apôtres et des chrétiens”, vécue “dans le mystère de Dieu et du Christ”.