ASIE/IRAQ – “Unis dans le Christ”. Le Patriarche chaldéen Louis Raphael Sako rend visite à Mar Awa III, nouveau Patriarche de l’Église assyrienne de l’Orient

 14 total views,  1 views today

Erbil – La condition des communautés chrétiennes autochtones dans la phase historique délicate traversée par l’Irak et l’avenir qui les attend sur les terres de leurs racines millénaires ont été au centre de la visite effectuée jeudi 21 octobre par le patriarche chaldéen Louis Raphaël Sako à Mar Awa III, Patriarche nouvellement élu de l’Église assyrienne d’Orient. Le Cardinal Sako, à la tête d’une petite délégation chaldéenne, a été reçu par le Patriarche Mar Awa à sa résidence d’Ankawa, une banlieue à majorité chrétienne de la ville d’Erbil, capitale de la région autonome du Kurdistan irakien. En plus d’exprimer ses félicitations pour la nomination patriarcale, le Patriarche chaldéen a souhaité que son homologue assyrien puisse servir avec dévouement et joie l’ancienne Église assyrienne d’Orient, œuvrant également en faveur de l’unité des baptisés. Le Cardinal irakien – rapportent des sources officielles du Patriarcat chaldéen – a apporté à Mar Awa une bague et quelques livres liturgiques en cadeau.
Mar Awa, né David Royel, a été élu 122e patriarche de l’Église assyrienne de l’Orient le 8 septembre, succédant au Patriarche Mar Gewargis III Sliwa, qui avait déjà annoncé en février 2020 qu’il démissionnerait de la fonction patriarcale pour des raisons de santé. Dans la première lettre de félicitations que le Cardinal Sako avait envoyée le 9 septembre à Mar Awa depuis Budapest – ville où il participait au 52e Congrès eucharistique international – le Patriarche Sako avait exprimé la pleine disponibilité de l’Église chaldéenne “à coopérer avec vous” dans le service commun aux baptisés et à tous les citoyens irakiens.
Le nouveau patriarche assyrien Mar Awa, comme l’a déjà signalé l’Agence Fides , vient des États-Unis et a étudié dans des académies catholiques, dont l’Institut Pontifical Oriental. Avant d’être élu Patriarche, il était Évêque du diocèse assyrien de Californie et secrétaire du Saint-Synode. Né il y a 46 ans à Chicago, et donc fils de la diaspora assyrienne aux États-Unis, David Royel a été ordonné diacre à l’âge de 17 ans. Il a ensuite obtenu des diplômes en théologie sacrée à l’Université Loyola de Chicago et à l’Université Sainte-Marie-du-Lac, également connue sous le nom de Séminaire Mundelein, l’institution historique chargée de la formation théologique et spirituelle des prêtres catholiques de l’archidiocèse de Chicago. Il a ensuite obtenu une licence en théologie sacrée et un doctorat à l’Institut pontifical oriental de Rome. Il a été ordonné évêque par le patriarche Mar Dinkha IV en 2008, prenant le nom d’Awa et devenant le premier Évêque assyrien né aux États-Unis.
L’Église assyrienne de l’Orient n’a jamais eu de conflits dogmatiques directs avec l’Évêque de Rome. Le dialogue théologique officiel entre l’Église catholique et l’Église assyrienne de l’Orient a été entamé en 1984 et a abouti à la déclaration christologique commune de 1994, qui confessait la foi commune en Christ entre catholiques et assyriens. Aujourd’hui, ce dialogue théologique fraternel se poursuit sur le thème des sacrements et de la vie sacramentelle de l’Église. Déjà depuis 2001, l’Église assyrienne de l’Orient a autorisé des expériences d’hospitalité eucharistique avec l’Église chaldéenne, dans les situations pastorales qui le nécessitent. Un futur document commun entre l’Église catholique et l’Église assyrienne de l’Orient pourrait officiellement attester de la reconnaissance mutuelle de la validité des sacrements célébrés et administrés dans les deux Églises. La théologie et la spiritualité de l’Église assyrienne et chaldéenne mettent fortement l’accent sur la nature humaine du Christ. Cette perspective spirituelle ne pourrait pas être plus appréciée comme une voie fructueuse pour la proclamation chrétienne à l’heure actuelle.
En septembre 2013, Louis Raphaël Sako, devenu quelques mois plus tôt Patriarche de l’Église chaldéenne, a adressé une invitation officielle au patriarche assyrien de l’époque, Mar Dinkha IV, à entamer ensemble un parcours de dialogue afin de rétablir la pleine communion ecclésiale entre la communauté chrétienne chaldéenne – unie à l’Évêque de Rome – et la communauté assyrienne. “Je saisis cette occasion”, a écrit le Patriarche chaldéen au patriarche assyrien de l’époque, “pour exprimer le désir de l’Église chaldéenne de voir s’activer un dialogue pour l’unité, qui est le désir de Jésus”. L’ouverture de ce dialogue est urgente aujourd’hui, face aux grandes urgences qui menacent notre survie. Sans unité, il n’y a pas d’avenir pour nous. L’unité peut aider à sauvegarder notre présence ” . L’intention n’a en fait pas eu de développements, même si au début du mois d’octobre 2013, le Patriarche Mar Dinkha avait répondu positivement à l’appel du patriarche chaldéen, suggérant la création d’un ” comité mixte ” comme moyen de répondre ensemble aux urgences partagées par les deux Églises sœurs, qui partagent le même héritage liturgique, théologique et spirituel.