ASIE/JAPON – Pendant les Jeux olympiques marqués par la pandémie, l’urgence est de “prendre soin”

 1,113 total views,  1 views today

Tokyo – ” L’attitude la plus répandue parmi la population du Japon a été la demande d’annuler ou de reporter les Jeux Olympiques, à cause de la pandémie, par crainte d’une augmentation des contagions. La situation que nous vivons n’est pas facile. Le critère le plus important qui nous inspire aujourd’hui est de nous préoccuper et de prendre soin de notre prochain, en protégeant la santé et le bien commun, dans un esprit de fraternité”. Russel Becker, OFM, missionnaire américain à Tokyo, curé de la “chapelle franciscaine” de la capitale japonaise, alors que les Jeux Olympiques se déroulent dans le pays et que la nation est frappée par l’urgence de la pandémie.
Notant les difficultés rencontrées par les communautés chrétiennes dans leur travail pastoral et social, le franciscain a expliqué qu'”en général, les organisateurs auraient pu reporter ou annuler les Jeux pour donner au pays la possibilité de les organiser lorsque les conditions seraient meilleures qu’aujourd’hui. Les catholiques du Japon partagent cette opinion : les Jeux “blindés”, célébrés dans un climat de peur dans la société, ont perdu une partie de leur esprit festif de fraternité universelle et même pour les catholiques, il est désormais impossible de les voir et de les vivre comme une occasion d’évangélisation”.
Becker note que “les Églises du Japon continuent à proclamer l’Évangile de l’amour”, même au milieu des limitations et des restrictions imposées par la pandémie. “Il y a toujours une espérance, nous sommes appelés à la proclamer en ce temps où il est difficile pour certains de la voir : c’est le Christ Jésus. Nous l’indiquons et encourageons les gens à être optimistes : l’approche de la foi aujourd’hui est une approche de soin et de préoccupation pour les autres, c’est le commandement évangélique de l’amour qui surmonte son propre égoïsme”.
Il ajoute : “Nous faisons partie du monde, nous devons prendre soin les uns des autres, c’est ce que notre foi nous enseigne. Nous vivons comme des personnes qui prennent soin des autres avec l’attitude de la fraternité: nous accueillons les fidèles dans l’église avec un nombre limité de places et de réservations pendant la messe, nous promouvons les rencontres bibliques et les cours prénuptiaux en ligne, avec le plus grand soin. Nous prions pour qu’un jour nous puissions émerger de la pandémie et trouver des moyens évangéliques de vivre avec les défis que cette pandémie nous a présentés à tous”.
A l’issue de l’Angélus du dimanche 25 juillet, sur la place Saint-Pierre, le Pape François a également souhaité rappeler les 32e Jeux olympiques qui se sont ouverts à Tokyo le 23 juillet. “Dans cette pandémie, a-t-il dit, que les Jeux soient un signe d’espoir, un signe de fraternité universelle sous la bannière d’une saine compétition”. Le Pontife a ajouté : “Que Dieu bénisse les organisateurs, les athlètes et tous ceux qui collaborent à cette grande fête du sport”.