ASIE/LIBAN- Le Patriarche Raï : un nouveau gouvernement est nécessaire d’ici le 4 août. Mais la “solution Mikati” ne convainc pas les dirigeants politiques chrétiens.

 87 total views,  1 views today

Beyrouth – Tout doit être fait pour créer un nouveau gouvernement libanais d’ici le 4 août, jour qui marque le premier anniversaire de la terrible explosion qui, il y a presque un an, a dévasté le port de Beyrouth, faisant près de 200 morts et plus de 6 000 blessés. Le Cardinal Béchara Boutros Raï, Patriarche d’Antioche des maronites, a lancé un appel pressant aux hommes politiques libanais pour qu’ils ne laissent pas passer cette date symbolique sans doter le pays d’un nouvel exécutif, lors de son homélie à la célébration eucharistique qu’il a présidée dimanche 25 juillet à Diman, dans l’église de la résidence d’été patriarcale.
Les paroles du Patriarche Raï ont été prononcées à la veille du nouveau cycle de consultations politiques entre les forces politiques nationales et le président libanais Michel Aoun, qui a débuté aujourd’hui, lundi 26 juillet, dans le but d’identifier la personne à qui confier le poste de Premier ministre et le mandat de soumettre une nouvelle équipe gouvernementale à la confiance du Parlement. Le Patriarche maronite a fait remarquer, dans son homélie dominicale, que les consultations devraient être menées sans les “marchandages habituels” sur les prérogatives des dirigeants ou des groupes individuels. Si les politiciens n’ont pas réussi à reconstruire de manière adéquate la dynamique et les responsabilités de la catastrophe du Port, un an après cet événement sanglant, ils devraient au moins se sentir le devoir de donner au peuple libanais un nouveau gouvernement.
Dans le système politique et institutionnel complexe du Liban, le poste de Premier ministre doit être occupé par un musulman sunnite. En août 2020, après la tragique explosion dans le port de Beyrouth, le gouvernement dirigé par le Premier ministre Hassan Diab a démissionné. Depuis lors, le pays, aux prises avec la plus grave crise économique et sociale depuis des décennies, est sans exécutif. Il y a six semaines, le candidat désigné Saad Hariri, chef du Parti du Futur, a également démissionné. Selon les rapports des médias libanais, ces derniers jours, les chances de voir le poste de nouveau Premier ministre libanais confié à Najib Mikati, l’homme d’affaires qui a déjà dirigé le gouvernement du Pays du Cèdre dans deux phases récentes de la vie politique libanaise , ont augmenté.
Grâce à ses activités dans le domaine des télécommunications, Mikati apparaît constamment dans les listes des hommes les plus riches du pays, et sa fortune personnelle est créditée de bien plus de 2 milliards de dollars. Ces derniers jours, sa candidature a reçu le soutien de trois anciens premiers ministres sunnites et de plusieurs forces politiques libanaises. Les analystes locaux, consultés par l’Agence Fides, soulignent toutefois que la nomination de Mikati – qui a été accusé par le passé d’avoir utilisé des ressources publiques pour financer ses propres initiatives commerciales privées – n’aurait pas le soutien des différents partis dirigés par des leaders chrétiens, tels que le Courant patriotique libre et les Forces libanaises.
Le jeu qui se joue autour de la nomination de Mikati pourrait remanier les rangs du scénario politique libanais, compliqué et toujours mouvementé. Les représentants du Courant patriotique libre et des Forces libanaises, qui ont toujours été dans des camps opposés, ont, ces dernières heures, exprimé des signaux convergents de soutien à la figure du diplomate et juriste, Nawaf Salam, comme Premier ministre potentiel, comme alternative à Mikati. Au cours de sa carrière diplomatique, M. Salam a également été le représentant du Liban auprès des Nations unies et a la réputation d’être une personne appréciée des milieux politiques américains. C’est précisément pour cette raison qu’il est peu probable que sa candidature reçoive le soutien du parti Hezbollah, l’importante force politique qui s’est longtemps alliée au Courant patriotique libre. Les escarmouches et le positionnement surprise des différentes forces politiques dans le processus d’attribution d’un nouveau gouvernement au pays pourraient remettre en question également les alliances consolidées qui, ces dernières années, ont contribué, de manière déterminée, à dessiner et à conditionner les scénarios politiques au Liban.