ASIE/LIBAN – Refus de la vente de biens immobiliers de chrétiens à des acquéreurs musulmans au sein de la municipalité d’Hadath

Beyrouth – Au sein de la municipalité d’Hadath, partie intégrante du district urbain de Baabda, lui-même faubourg méridional de Beyrouth, les autorités locales confirment les dispositions administratives visant à empêcher que les terrains et les maisons appartenant à des propriétaires chrétiens ne soient vendus à des acquéreurs musulmans. Le Maire, George Aoun, a confirmé ces jours derniers dans un certain nombre de déclarations faites aux moyens de communication locaux que lui et ses collaborateurs ont choisi de prolonger les dispositions entrées en vigueur en 2010 afin de tenter de conserver sans changements les fragiles équilibres démographiques dans cette zone urbaine. De telles mesures – a souligné George Aoun – correspondent à l’esprit de la Constitution libanaise, en ce que la protection de la composante chrétienne contre toute menace d’érosion représente en soi une contribution essentielle à la garantie d’une coexistence interreligieuse pacifique au sein de la société libanaise, en la préservant des tensions et conflits sectaires. Le maire a également indiqué que les choix de l’administration municipale d’Hadath au profit de la protection des équilibres démographiques locaux bénéficient du soutien du Chef de l’Etat, le Général Michel Aoun , du responsable chiite du Hezbollah, Hassan Nasrallah, et du Président du Parlement, Nabih Berri, lui aussi chiite.
Le 14 mars 2018 à Hadath avait été inaugurée la première statue dédiée au Pape François au Liban et dans l’ensemble du Proche-Orient, en signe de coexistence entre les diverses communautés religieuses et dans une perspective de citoyenneté partagée. A cette occasion, les participants à l’inauguration avaient pu écouter des discours prononcés notamment par S.Exc. Mgr Boulos Matar, Archevêque de Beyrouth des Maronites, et par Mgr Ivan Santus, Secrétaire de la Nonciature apostolique au Liban, ainsi que par le cheikh Khalil Rizk, responsable des relations extérieures du Hezbollah.
Des sources locales contactées par l’Agence Fides indiquèrent à cette occasion que la portée de l’événement devait également être comprise à la lumière des problèmes existant en matière de coexistence sociale et interreligieuse. Dans cette zone urbaine, a récemment été enregistré un activisme immobilier croissant de la part de représentants de la communauté chiite visant à accaparer terrains et propriétés appartenant à des familles maronites. Ce n’est pas un hasard – faisaient remarquer alors les sources contactées par Fides – l’inscription présente non loin de la statue du Pape reprend les paroles de ce dernier lorsqu’il a invité les chrétiens du Proche-Orient à demeurer sur les terres où ils sont nés pour confesser leur foi au Christ et offrir en Son nom leur contribution à la coexistence pacifique dans l’ensemble de la région.

da: www.fides.org
I contenuti del sito sono pubblicati con Licenza Creative Commons Attribuzione 4.0 Internazionale