ASIE/Moyen-Orient – Les Évêques catholiques arméniens convoqués à Rome à partir du 20 septembre pour élire un nouveau patriarche

 20 total views,  1 views today

Alep – Les Évêques arméniens catholiques, provenant des diocèses dispersés au Moyen-Orient et dans les pays de plus grande concentration de la diaspora arménienne, se réuniront à Rome, à partir du 20 septembre prochain, pour élire leur nouveau Patriarche. Ceci a été confirmé à l’Agence Fides par l’Archevêque arménien catholique d’Alep, Boutros Marayati, actuel Administrateur de l’Église Patriarcale de Cilicie des Arméniens. “Le Saint Synode électif qui s’est tenu depuis le 22 juin dernier au couvent libanais de Notre Mère de Bzommar, rappelle Mgr Marayati, ne s’est pas bien passé. En quinze jours, aucun candidat n’a obtenu les deux tiers des voix des douze Évêques participant au synode, seuil requis pour être élu successeur du patriarche Krikor Bedros XXI Ghabroyan, décédé le 25 mai dernier . À ce moment-là, selon le code des canons des Églises orientales, les sessions du synode électif ont été interrompues et la question a été soumise au pape. Nous nous retrouverons le 20 septembre, au Collège Pontifical arménien de Rome, pour deux jours de retraite spirituelle. Puis, à partir du 22 septembre, commencera l’Assemblée Synodale pour l’élection du nouveau patriarche, qui se déroulera sous la présidence du cardinal Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation pour les Églises orientales”.
En ce qui concerne les procédures d’élection des Patriarches, le premier paragraphe du canon 72 du Code des canons des Églises orientales établit qui ” est élu celui qui a obtenu deux tiers des suffrages, à moins que le droit particulier ne statue qu’après un nombre convenable de scrutins, trois au minimum, la majorité absolue des suffrages suffit et que l’élection soit menée à terme selon les dispositions du can. 183 §3 et §4. Le deuxième paragraphe du même canon 72 précise que “Si l’élection n’est pas achevée dans les quinze jours à compter du commencement du Synode des Évêques de l’Eglise patriarcale, l’affaire est dévolue au Pontife Romain.”.
Si le synode électif de l’Église patriarcale catholique arménienne devait à nouveau se trouver dans une impasse, le résultat positif de l’assemblée électorale sera en tout cas garanti par le recours à un certain nombre de dérogations qui, après un certain nombre de votes infructueux, permettront au candidat qui aura atteint la majorité absolue des voix exprimées d’être élu patriarche. Si l’impasse électorale persiste, le candidat qui obtient la majorité relative des suffrages exprimés sera élu patriarche. Enfin, si les votes des évêques votants sont concentrés de manière absolument égale autour de deux candidats, l’Évêque le plus âgé par l’ordination sacerdotale deviendra Patriarche. .