ASIE/MYANMAR – Cardinal Bo : “L’Église du Myanmar voit sa patience mise à l’épreuve”

 52 total views,  1 views today

Budapest – ” L’Église du Myanmar voit sa patience mise à l’épreuve. Notre peuple est amateur d’art et de culture et très religieux. Mais notre peuple a fait face à sept décennies de grands défis. Au cours des derniers mois : conflits, Covids, effondrement économique et catastrophes climatiques. Les catholiques ont beaucoup souffert ; nos églises ont été attaquées. Beaucoup sont déplacés sur notre propre terre”, a déclaré le Cardinal Charles Maung Bo, archevêque de Yangon et Président de la Fédération des conférences épiscopales d’Asie , dans une catéchèse prononcée à l’occasion du 52e Congrès eucharistique international, qui se tient à Budapest du 5 au 12 septembre 2021.
Le Cardinal a déclaré à l’assemblée : “Je viens d’une terre lointaine, un petit pays dans le vaste continent de l’Asie, le Myanmar. Mon pays, anciennement connu sous le nom de Birmanie, est situé en Asie du Sud-Est et compte 55 millions d’habitants. Elle est riche en cultures, avec plus de 135 groupes ethniques vivant ensemble, elle est souvent appelée la “nation arc-en-ciel”. La plupart des habitants du Myanmar sont bouddhistes. Comme dans la plupart des pays asiatiques, le christianisme est une religion minoritaire au Myanmar. Cependant, nous avons une communauté chrétienne très dynamique et jeune qui continue de croître en nombre. Le Myanmar est béni par de nombreuses vocations au sacerdoce et à la vie religieuse”.
Le Prélat a rappelé que “le Pape François a un amour particulier pour cette terre. En 2017, à la surprise du monde entier, il a choisi notre pays, qui compte à peine 700 000 catholiques, pour son pèlerinage apostolique de la paix. Il est venu rendre visite aux personnes qui sont en marge de la société. Après les récents troubles politiques, le Pape François a pris la parole à sept reprises pour soutenir le peuple qui souffre et a célébré une messe spéciale pour le Myanmar au Vatican.”
Dans les difficultés actuelles que connaît la nation, le Cardinal a demandé aux fidèles catholiques du monde entier “des prières intenses pour mon peuple”, soulignant que les fidèles birmans “ont besoin de vous, de vos prières”. Appelé à donner une catéchèse sur la vertu de patience le 8 septembre, le Cardinal Bo a cité “la vertu de patience, l’exemple de “Marie qui défait les nœuds” comme un “bon exemple de patience”, notant que “la rédemption passe par la patience de Marie”.
Faisant référence à la pandémie, le Cardinal a noté que “le sujet de la patience est douloureusement d’actualité aujourd’hui. Le Covid a fermé nos églises, rendant la célébration de l’Eucharistie un très grand défi. Notre sensibilité humaine est blessée par ce virus. Notre patience est mise à l’épreuve. Cependant, a-t-il poursuivi, “cela s’est produit grâce à notre patience, que saint Paul appelle le don de l’Esprit Saint. Covid-19 nous exhorte à raviver notre foi afin de voir l’intervention de Dieu pour surmonter l’effet désastreux du coronavirus “.
“Le Covid, dit-il, nous a privés de notre communion dominicale, l’Eucharistie, source et sommet de la vie spirituelle. Mais, le Seigneur s’est employé à nous reconstruire à travers ces ténèbres : à nous apprendre à être patients au milieu de cette menace existentielle. Nous avons compris le don de l’autre, le don de la vie, le don de la foi. Nous sommes renés dans une nouvelle réalité de gratitude. Nous avons appris que la vie est si précieuse, que chacun d’entre nous est si précieux. Nous sommes l’image de Dieu”.
Enfin, le Cardinal Bo a défini l’Eucharistie comme la “Patience divine”, en déclarant : “Tout le temps, Jésus attend. Il attend que nous ayons la même attitude que celle qu’il a pour nous. Et quand nous le faisons, à ce moment-là, il se révèle à nous. Nos yeux s’ouvrent et notre vie devient une marche d’Emmaüs avec le Seigneur”.