ASIE/MYANMAR – La pandémie progresse, mais la contestation populaire ne s’arrête pas

 101 total views,  1 views today

Hakha – Le Père Jérôme Hlawn Khawl, prêtre catholique et curé de l’église cathédrale Saint-Joseph de la ville de Hakha, capitale de l’État de Chin, dans l’ouest du Myanmar, fournit de l’oxygène aux familles qui doivent soigner les personnes infectées par le Covid-19. Comme l’a appris l’Agence Fides, le Conseil pastoral de la paroisse a annoncé que toute personne ayant besoin d’oxygène pour les patients du Covid peut en faire la demande et venir le chercher. “Ce don de charité – souligne l’Église locale – est annoncé publiquement et accordé sans aucune discrimination d’ethnie, de langue, de religion.” Le Père David Khin Hmung, curé de Tiphul, confirme à Fides : ” Nous tendons la main à ceux qui sont dans le besoin, en ce moment pour les personnes du diocèse de Hakha, où la pandémie se répand et dont nous ressentons les graves effets “, dit-il, rappelant que ces dernières semaines, plus de 60 pasteurs protestants et 3 prêtres et 2 religieuses sont morts à cause de la pandémie dans le diocèse de Hakha.
Après le coup d’État du 1er février et la protestation populaire qui s’en est suivie, en raison de la saison des pluies et de la recrudescence de la pandémie de Covid-19 qui met le pays à rude épreuve, les combats sont réduits dans plusieurs régions du pays . La pandémie infecte fortement l’armée, qui modifie sa stratégie pour protéger les soldats, tandis que l’attention du public et les énergies des familles et des institutions sociales et religieuses sont également absorbées par la lutte contre la pandémie.
Selon les sources de Fides, les manifestations populaires se poursuivent et plus de 60% de la population birmane constituée de diverses groupes ethniques, continue à suivre de près les indications, les déclarations et le chemin tracé par le “Gouvernement d’Unité Nationale” , le gouvernement fantôme formé par plusieurs députés birmans élus le 8 novembre mais privés du pouvoir par le coup d’Etat militaire et réfugiés à l’étranger.
“Les citoyens poursuivent le mouvement de désobéissance civile, ils ne paient pas d’impôts et boycottent les services publics. Même les hommes d’affaires envoient des offres désertées, la population civile continue sa résistance contre la junte militaire “, explique une source de Fides à Yangon.
Le NUG et le peuple birman, qui continuent de réclamer avec insistance un soutien accru de la part de la communauté internationale, se félicitent des nouvelles sanctions économiques contre le secteur pétrolier et gazier, comme l’a demandé Thomas Andrews, rapporteur spécial sur les droits de l’homme au Myanmar, au Conseil des droits de l’homme des Nations unies. S’adressant à la communauté internationale, M. Andrews a expliqué : “Je parle de pression économique, de réduction des revenus dont la junte militaire a besoin pour rester au pouvoir. Je parle de couper l’accès aux armes et à la technologie.” Andrews a appelé à la formation d’une “coalition d’urgence pour le peuple birman”, c’est-à-dire un groupe d’États qui empêcherait aussi concrètement les exportations d’armes vers la junte birmane.
Dans cette phase de violence et de souffrance pour la population, les Nations unies ont également demandé à pouvoir fournir une aide humanitaire aux civils du Myanmar, en accord avec l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est , dont le Myanmar est membre, “sans que l’aide soit instrumentalisée par les militaires”.