ASIE/MYANMAR – L’armée occupe une église baptiste : nouveaux incidents d’attaques contre des chrétiens

 14 total views,  1 views today

Hakha – Les militaires du Myanmar ont dévasté une église baptiste après avoir attaqué le village de Tlang Rua dans le diocèse de Hakha, dans l’État birman de Chin, et campé à l’intérieur de l’église. Comme l’a appris l’Agence Fides, ils ont également brûlé 12 maisonslors de l’attaque du village, qui a eu lieu le 19 octobre. Lorsque les habitants ont entendu l’arrivée de l’armée dans la région, plus de 1 200 habitants de la zone ont fui dans la forêt où ils se cachent maintenant, endurant de fortes pluies et le froid. Le pasteur baptiste Rev Thawng stigmatise “la violence aveugle de ces actes contre les civils, justifiée par des raids contre les rebelles” et, constatant que ces actes contre les églises se répètent fréquemment, affirme que “les militaires du Myanmar sont devenus des voleurs et des terroristes”. “Personne n’a été tué, mais c’est un acte à condamner fermement, c’est un comportement lâche, fanatique et anti-religieux des militaires”, note à l’Agence Fides le prêtre catholique Fr Francis Suan, qui vit à proximité.
Ces violences sont survenues trois jours après l’incendie d’un village entier, y compris d’une église baptiste dans le village de Rialto, également à Chin, le 13 octobre. Les récents épisodes qui ont victimisé des pasteurs, des villages et des lieux de culte chrétiens suscitent des interrogations dans la communauté des croyants au Myanmar. Le père Noel Hran Tin Thang, un prêtre birman, a déclaré à Fides : “Dans l’atmosphère générale de violence, nous voyons des attaques contre des églises chrétiennes, mais aucune destruction de pagodes bouddhistes. Comment cela se fait-il ? Les membres des forces de résistance sont des Birmans de toutes religions et de tous groupes ethniques. Pourquoi cette fureur contre les chrétiens ?”.
Les fidèles rappellent que le mois dernier, des soldats du Myanmar ont tué Cung Biak Hum, un pasteur baptiste de 31 ans, alors qu’il se précipitait pour aider à éteindre un incendie provoqué par des bombardements militaires dans l’État de Chin, dans le nord-ouest du Myanmar . Son corps a également été brutalisé. Une vingtaine d’épisodes ont été documentés par les groupes de défense des droits de l’homme et les médias, au cours desquels des églises chrétiennes, des responsables et des bénévoles de l’Église ont été touchés ou pris entre deux feux : des lieux de culte touchés par des roquettes, des curés et des fidèles arrêtés, des églises utilisées comme bases militaires. L’armée justifie souvent les attaques contre les églises en affirmant que des rebelles se cachent dans les bâtiments.
Les catholiques et d’autres personnes ont peur. Ils craignent des représailles ciblées contre les communautés chrétiennes et ont donc peur de se rendre dans les églises pour y pratiquer leur culte. Alors que les affrontements se poursuivent entre l’armée régulière et les forces de résistance , des prêtres comme le père Celso Ba Shwe, Administrateur Apostolique de Loikaw situé dans l’État de Kayah, vont souvent à la rencontre de la population pour lui apporter réconfort et espoir, en se rendant dans les différents quartiers pour y apporter les sacrements. ” En suivant les traces du Bon Pasteur, nous sortons pour donner de la nourriture spirituelle, de la consolation, de la solidarité, au nom du Christ “, explique-t-il à Fides.
Depuis le début du conflit politique et social, les églises ont longtemps fourni un abri aux personnes fuyant le conflit, en les hébergeant et en leur apportant de l’aide”, ont déclaré à Fides des prêtres locaux, ainsi que des soins de santé dans de nombreuses églises et chapelles catholiques.
Il convient de noter que les chrétiens du Myanmar proviennent principalement de zones de minorités ethniques et souffrent donc d’une hostilité de longue date de la part de l’armée, en raison de leur appartenance ethnique et de leur religion. La majorité ethnique bamar, majoritairement bouddhiste, domine la politique et l’armée, promouvant un nationalisme religieux qui a émasculé la population minoritaire par le passé.
Selon le recensement de Myanar, il y a un grand nombre de chrétiens au Myanmar, notamment dans les États de Chin, Kayah et Kachin. Dans l’État Chin 9, environ 85% des 478 000 habitants sont chrétiens, tandis qu’à Kayah , 46% des 286 000 habitants sont chrétiens. Dans l’État de Kachin, à l’extrême nord du Myanmar, à la frontière avec la Chine, 34 % des 1,6 million d’habitants sont chrétiens.
La violence militaire contre les mines cisitaniennes s’inscrit dans le cadre d’une répression plus large du mouvement de résistance dans tout le pays.
Les Nations unies ont déclaré que 3 millions de femmes, d’enfants et d’hommes avaient un besoin urgent d’assistance et de protection dans le Myanmar post-Golpe en raison des conflits, de l’insécurité alimentaire, des catastrophes naturelles et de la pandémie de Covid-19.