ASIE/MYANMAR – Prise de position de l’Episcopat contre la réalisation de la digue sur le fleuve Irrawaddy, porteuse d’une catastrophe

Yangon – « Nous, Evêques catholiques du Myanmar, qui représentons les catholiques de 16 Diocèses, demandons sincèrement à toutes les parties intéressées de reconsidérer sérieusement et de bloquer le plan mal conçu de la digue de Myitsone, dans l’Etat de Kachin. Notre appel s’adresse à tous nos frères et sœurs de l’ensemble de la Birmanie, dont la vie est l’histoire de notre « mère sacrée », le fleuve Irrawaddy ». C’est ce qu’affirme un communiqué officiel, envoyé à l’Agence Fides, par lequel la Conférence épiscopale birmane lance un appel éploré afin de bloquer la construction de la digue de Myitsone, dans l’Etat de Kachin.
Les Evêques expliquent : « Le fleuve Irrawaddy traverse le cœur de notre nation, nourrissant avec l’eau des millions de personnes, la flore, la faune pour la subsistance et la vie. Pour la population du Myanmar, l’histoire du fleuve Irrawaddy est entrelacée avec notre longue histoire de joies et de douleurs. Les scientifiques ont identifiés d’importantes lignes de faille en dessous du cours du fleuve et la construction d’une digue pourrait exposer les lignes en question à une plus forte pression et à des catastrophes de dimensions imposantes. Une digue pourrait priver des millions de personnes d’une vie durable et provoquerait une catastrophe humanitaire, caractérisée notamment par la migration de milliers de personnes. Les agences internationales ont également souligné que le Myanmar constitue la troisième zone la plus vulnérable en termes de catastrophes naturelles ».
Le texte continue : « Le plan pour construire une digue que le fleuve Irrawaddy a fait l’objet d’une forte résistance de la part de la société civile et de la population du Myanmar. S.Em. le Cardinal Charles Maung Bo, Archevêque de Yangon, a déjà fait deux déclarations suppliant chaleureusement de traiter le fleuve Irrawaddy comme la « mère sacrée » du peuple du Myanmar. En vue d’une paix durable dans la région, le fleuve Irrawaddy doit demeurer intact. Les bénéfices économiques promis en cas de réalisation de la digue ne sont pas comparables aux perturbations sociales et économiques qui en dériveraient assurément. La paix deviendrait un rêve lointain. Après des décennies de conflits, le Myanmar mérite de ressusciter à une vie nouvelle, enrichie d’opportunités créatives plutôt que privée des abondantes eaux vivifiantes du fleuve Irrawaddy ».
Le communiqué affirme : « En tant qu’Eglise catholique, nous nous engageons constamment dans un dialogue constructif avec le gouvernement et tous les sujets intéressés, fermement convaincus que la paix constitue la seule manière de construire une nation efficace. Dans cet esprit de coopération, nous lançons le présent appel afin d’aider à promouvoir une paix durable au Myanmar ».
Le projet d’une digue de 3,8 milliards d’USD sur le fleuve Irrawaddy, principale voie navigable du pays, vise à fournir de l’énergie hydroélectrique presque exclusivement au profit de la Chine voisine. Le gouvernement de Thein Sein, alors Président, avait suspendu la construction en septembre 2011. Dans la perspective de la reprise des travaux, la campagne de la société civile s’opposant à la digue a donc repris.

da: www.fides.org
I contenuti del sito sono pubblicati con Licenza Creative Commons Attribuzione 4.0 Internazionale