ASIE/MYANMAR – Réconfort spirituel pour les fidèles dans un contexte de conflit et de pandémie

 1 total views,  1 views today

Loikaw – La vie n’est pas facile dans les différents territoires du Myanmar, marqués par la pandémie et le conflit qui se poursuit entre l’armée régulière et les forces de résistance , nées dans tout le pays pour s’opposer au régime militaire. Les citoyens, et parmi eux les fidèles chrétiens, sont dans l’inconfort et la pauvreté, manquent de moyens de subsistance et se cachent souvent de peur d’être pris dans les tirs croisés. Le père Celso Ba Shwe, Administrateur Apostolique de Loikaw, dans l’État de Kayah, à l’est du pays, a déclaré à Fides : ” En plus de la pandémie, la crise politique actuelle a aggravé la situation de vie de notre peuple. Les gens vivent dans la peur et l’insécurité. On peut s’attendre à des bombes, entendre des coups de feu à tout moment. Des hommes armés peuvent débarquer à l’improviste dans des maisons et arrêter des adultes, des jeunes et des adolescents en les accusant d’avoir un lien quelconque avec des groupes ou des associations illégales. Ils peuvent arrêter les gens dans la rue en vérifiant leur téléphone portable. Les combats se déroulent juste à l’extérieur de la ville et dans les paroisses voisines. Compte tenu de cette situation chrétienne et du nombre croissant de personnes déplacées, nous avons accueilli plus de 300 personnes déplacées dans l’enceinte de notre cathédrale depuis le mois de mai”.
Le prêtre a poursuivi en disant : “Depuis la deuxième semaine de juillet, la troisième vague de Covid a frappé l’État de Kayah. Beaucoup de mes paroissiens sont infectés et certains sont morts du Covid. Ces dernières semaines, plus de 50 personnes évacuées qui séjournaient chez nous, ont été testées positives et nous avons dû procéder à une quarantaine en fermant totalement notre église aux autres paroissiens. Dans ces situations, les gens ont faim et soif non seulement de nourriture mais aussi de nourriture spirituelle. Nous essayons par tous les moyens d’atteindre les gens pour leur apporter réconfort et espoir. Nous avons donc commencé une procession eucharistique dans les différents quartiers, en distribuant des feuilles de prière et des réflexions sur l’Évangile. Souvent, nous célébrons aussi la messe et distribuons la communion : cela signifie beaucoup pour eux, cela les réconforte énormément. De nombreuses autres personnes suivent la messe en direct de la cathédrale”. Les fidèles ont accueilli la présence du prêtre avec joie, appréciant son courage et sa proximité, le remerciant parce que “comme un Bon Pasteur, il vient nous apporter un réconfort spirituel, au péril de sa vie”, ont-ils dit.
L’Administrateur a poursuivi en disant : “Dans notre diocèse, dans la paroisse de la ville de Daungankha, il y a plus d’un demi-million de personnes déplacées logées dans une maison des Sœurs Réparatrices du Sacré-Cœur, alors que tous les paroissiens ont fui vers des endroits plus sûrs. Parmi eux se trouvent des malades de Covid. L’église paroissiale, Queen of Peace, a été touchée en mai dernier. Il y a une grande peur. Notre équipe d’urgence humanitaire a pu emmener sept religieuses âgées et malades à Loikaw pour qu’elles y reçoivent des soins appropriés”.
Parmi les œuvres de miséricorde réalisées par l’Église locale de Loikaw figure la ” Compassion Clinic “, un établissement géré par la communauté catholique locale, qui continue à recevoir et à soigner les blessés, les malades et les souffrants, sans distinction d’ethnie, de religion ou de statut social. Des religieux, des religieuses, des infirmières et des bénévoles laïcs offrent leurs services pour soulager la douleur des patients, dans une période de grand tourment pour la nation.