ASIE/MYANMAR – Un prêtre catholique arrêté par les rebelles et accusé d’avoir des contacts avec l’armée régulière

 473 total views,  1 views today

Hakha – Le prêtre catholique P. Noel Hrang Tin Thang, curé de l’église catholique de la ville de Surkhua, dans le diocèse de Hakha, a été pris et arrêté par les milices locales de l’État birman de Chin, les groupes armés rebelles du territoire, connus sous le nom de “Hakha-CDF”, qui s’opposent à la dictature militaire. Le groupe est connu sous le nom de “Chinland Defence Forces” , situé dans l’État de Chin, dans l’ouest du Myanmar, à la frontière avec l’Inde. En avril dernier, des groupes de résistance armée se sont formés dans l’État pour lutter et s’opposer à la répression menée par les militaires du Tatmadaw, l’armée régulière birmane.
L’arrestation a eu lieu le 25 juillet car, selon le porte-parole des CDF, le prêtre est accusé d’entretenir des contacts avec l’armée du Myanmar et est soupçonné d’être un informateur de l’armée contre la résistance. Le prêtre a été arrêté avec un catéchiste alors qu’il achetait des médicaments pour son peuple dans la capitale Hakha.
La communauté locale nie toute implication politique du prêtre qui a déjà aidé de nombreuses personnes déplacées en les accueillant dans l’enceinte de son église. Comme l’a rapporté à Fides le Père Paul Thla Kio, prêtre de Hakha, les rebelles disent avoir vu le Père Noël Hrang Tin Thang avoir des contacts avec un général de Tatmadaw.
Le général, explique le père Paul, est un catholique qui va à l’église et se rend souvent à la résidence des prêtres. En fait, le prêtre a demandé au général d’éviter les combats dans la ville et le général a écouté sa demande. Les prêtres catholiques mettent leurs ressources et leur autorité morale et spirituelle au service de la population, pour éviter les souffrances et les conflits, en travaillant pour la paix.
L’Église catholique de la ville de Surkhua, dans le diocèse de Hakha, s’est engagée à fournir un abri et de la nourriture à de nombreuses personnes déplacées, dont des femmes, des personnes âgées et des enfants, qui ont fui leurs maisons en raison des combats intenses entre l’armée birmane et les Forces de défense de la Chine ,
L’Église catholique de la ville de Surkhua, dans le diocèse de Hakha, s’est engagée à fournir un abri et de la nourriture à de nombreuses personnes déplacées, dont des femmes, des personnes âgées et des enfants, qui ont fui leurs maisons en raison des combats intenses entre l’armée birmane et les Forces de défense de la Chine ,
Le père Hrang Tin Thang, curé de Surkhua, a amené toutes les personnes âgées, les handicapés et les enfants de la ville, qui n’ont pas pu fuir dans les forêts, dans son église paroissiale où, avec l’aide des Sœurs de la Petite Voie, une congrégation religieuse locale, il leur offre un abri, des soins et de la nourriture, accomplissant ainsi une œuvre de charité sans aucune discrimination religieuse, destinée aux plus faibles et aux plus sans défense.
Comme l’a expliqué à Fides le Père Paul Thla Kio, prêtre local du diocèse de Hakha, capitale du Chin, même les militaires birmans, qui contrôlaient le complexe, n’ont pas commis de violence mais ont encouragé les prêtres et les religieuses à poursuivre leurs œuvres de miséricorde et de charité, envers la population sans aucune menace.