ASIE/PAKISTAN – Des groupes de la société civile appellent à un recensement et à une réforme électorale inclusive

di | 05/25/2022

Karachi – ” La confiance dans un nouveau recensement de la population ne peut se fonder que sur une préparation adéquate et une responsabilité participative pour garantir un recensement rapide, transparent et crédible. Les résultats du 6e recensement effectué en 2017 ont été contestés par diverses parties prenantes et ne sont donc pas utiles pour l’analyse comparative. Les résultats du recensement ont montré une perte significative de la diversité religieuse au Pakistan”. C’est ce qu’a déclaré Peter Jacob, laïc catholique et directeur exécutif du “Center for Social Justice” , lors d’un rassemblement de membres de la société civile à Karachi ces derniers jours. Le CSJ a organisé un séminaire auquel ont participé des groupes de la société civile, notamment des membres des assemblées provinciales, des dirigeants politiques et syndicaux, des militants des droits de l’homme et des droits des minorités.
M. Jacob a ensuite abordé la question du système électoral actuel et a déclaré : “Demander le retour d’un système électoral divisé en fonction de l’appartenance religieuse est inacceptable, car un tel système a créé par le passé une division religieuse dans la société. En revanche, la représentation proportionnelle dans un électorat mixte est un meilleur système, qui s’est révélé capable de créer des liens entre les candidats et l’électorat, contribuant ainsi à améliorer la conception et la perception des “minorités”.
Il a expliqué à Fides : ” Le système d’électorat séparé, introduit pour les minorités religieuses au Pakistan au début des années 1980, ne leur permettait pas de voter pour des candidats ayant une identité religieuse différente. La séparation de l’électorat pour des raisons religieuses a créé des divisions entre les citoyens et a introduit un apartheid dans le système politique entre les communautés religieuses. En 2002, après une longue lutte pour un électorat commun, la modalité de l’électorat séparé a été remplacée par un système de représentation proportionnelle qui permet aux partis politiques de désigner des représentants des minorités religieuses dans les sièges réservés aux minorités et aux femmes ; et permet, d’autre part, à l’électorat minoritaire de voter pour des candidats qui vont au-delà de leur “identité religieuse”.
Les participants ont décidé de faire appel à la Commission parlementaire formée pour la réforme électorale afin de supprimer la discrimination religieuse et de genre dans l’élection des représentants politiques.
Jaipal Chabbria, membre de la Commission nationale pour les minorités, a déclaré : “Nous ne savons toujours pas quel est le système électoral pour les minorités religieuses. Une réforme électorale est nécessaire de toute urgence pour améliorer la capacité des institutions démocratiques et la transparence du processus démocratique”.
Zahid Farooq, défenseur des droits de l’homme de Karachi, a déclaré à l’Agence Fides : “Nous sommes déjà une minorité et les divisions entre nous affaibliront notre représentation politique. Nous poursuivrons nos efforts pour être présents dans les forums politiques, car nous avons un besoin urgent de plaidoyer”,

Read More

I contenuti del sito fides.org sono pubblicati con Licenza Creative Commons Attribuzione 4.0 Internazionale

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.