ASIE/PAKISTAN – La croix Kovardo et les symboles de la foi chrétienne dans le nord du Pakistan : de nouvelles études sont en préparation

 18 total views,  1 views today

Multan – “Outre la croix trouvée dans le village de Kovardo, dans les montagnes du Skardu-Baltistan, au nord du Pakistan, de nombreuses autres inscriptions, objets et sites archéologiques ont été trouvés ou potentiellement localisés manifestant la richesse culturelle et religieuse des peuples du Pakistan. Lors de notre visite à la croix de Kovardo, nous avons été surpris de voir d’autres symboles de la foi chrétienne sur les montagnes, notamment les symboles d’une croix et d’un agneau. De nombreux autres symboles ont été gravés sur les montagnes et les collines. Avec l’aide de quelques amis, nous avons pu découvrir l’emplacement des tombes des deux missionnaires qui vivaient dans cette zone, malheureusement transformée en une allée de liaison entre plusieurs maisons privées ; les pierres tombales ont disparu ” : c’est ce qu’affirme dans un message envoyé à l’Agence Fides, le père Gulshan Barkat OMI, professeur d’histoire de l’Église à l’Institut national catholique de théologie de Karachi.
P. Gulshan Barkat a ajouté : “La croix de Kovardo découverte en juin 2020 prouve la présence de nombreuses couches de culture, d’histoire, de mouvements et de traditions religieuses à Skardu. C’est aussi une preuve de la civilisation qui s’est développée à Skardu, qui n’est pas seulement un centre géographiquement important, étant donné la rencontre de l’Hindu Kush, du Karakoram, des chaînes de l’Himalaya et du fleuve Indus”. Barkat ajoute : “Cette région était liée à la route de la soie, qui reliait la Chine à l’empire perse et, au-delà, à la Syrie et à Constantinople. Depuis 500 après J.-C., la route de la soie est la voie de communication entre la Chine et la Mongolie, à travers ce qui est aujourd’hui le nord du Pakistan et l’Asie centrale”.
P. M. Barkat rapporte : “La croix Kovardo pèse 4 tonnes et est faite de marbre calcaire. Elle mesure 6,7 pieds de haut et 6,4 pieds de large. Il est resté à l’envers jusqu’à ce qu’un groupe d’hommes le retourne. On pense qu’une partie de la croix, à une extrémité, est brisée et reste encore dans le sol où elle a été installée”. Afin de garantir la préservation de la découverte archéologique, “des résidents locaux ont fait don à l’église d’un terrain entourant le site et ont installé des clôtures pour protéger la croix”.
Les prêtres catholiques Fr Robert McCulloch et Fr Gulshan Barkat OMI, qui ont récemment visité le site archéologique de Skardu-Baltistan, ont réalisé une étude et, ces derniers jours, ont donné une conférence sur la Croix de Kovardo à l’Institut Pastoral de Multan aux professeurs de catéchisme de différentes villes du Pakistan.
S’adressant à l’Agence Fides, le Père Robert McCulloch, Procureur général de la Société de Saint Columba, note : ” Cette croix est une découverte importante au Pakistan : elle ne concerne pas seulement notre histoire, mais aussi la foi catholique. L’histoire a beaucoup à nous apprendre, et les fouilles et études archéologiques liées à la croix permettront d’élargir et d’approfondir cette connaissance et cette compréhension”. Le prêtre australien, qui est missionnaire au Pakistan depuis plus de 34 ans, note : “La découverte de la croix ne constitue en aucun cas une menace pour la réalité nationale ou religieuse du Pakistan. Il s’agit d’un témoignage important de la réalité des personnes qui ont vécu pendant des milliers d’années dans le Pakistan actuel, notamment à Skardu.
P. M. McCulloch a ajouté : “Les défis intellectuels et archéologiques liés à la découverte de la croix de Kovardo sont très stimulants. Nous attendons avec impatience la possibilité d’un protocole d’accord entre l’Université du Baltistan et l’Institut pontifical d’archéologie chrétienne de Rome, afin de permettre la réalisation d’autres études en rapport avec cette découverte. Il a ajouté : “L’Association internationale des musées a exprimé son intérêt pour la protection du site où la croix a été trouvée. D’éminents archéologues italiens et hongrois espèrent que les travaux archéologiques sur la croix de Kovardo pourront être inclus dans les termes de l’accord culturel italo-pakistanais existant”, conclut-il.