ASIE/PAKISTAN – Le projet de loi sur les conversions forcées de jeunes filles non musulmanes est rejeté

 13 total views,  1 views today

Lahore – Avec indignation et une demande publique de clarification, les chrétiens du Pakistan critiquent le rejet du projet de loi qui interdit expressément la conversion forcée des minorités religieuses. Lors de sa réunion d’hier, 13 octobre, la Commission parlementaire sur les conversions forcées n’a pas accepté le projet de loi préparé par le ministère des droits de l’homme, qui a été défini comme “non islamique” par le ministère des affaires religieuses et de l’harmonie inter-religieuse. Le projet de loi est donc caduc et ne sera pas soumis au Parlement.
Le projet de loi prévoit une infraction pénale pour la conversion religieuse forcée de filles mineures non musulmanes au Pakistan. Un prêtre catholique pakistanais, qui a requis l’anonymat, a déclaré à Fides : ” L’acte de la commission parlementaire est une honte “.
La catholique Michelle Chaudhry, présidente de la ” Cecil & Iris Chaudhry Foundation ” , une organisation impliquée dans la société civile, a déclaré à Fides : ” Au Pakistan, la conversion forcée des filles mineures non musulmanes est monnaie courante ; les filles appartenant à des minorités religieuses, en particulier les hindous et les chrétiens, sont enlevées et converties de force à l’islam ; elles sont ensuite contraintes de se marier avec leurs ravisseurs qui les violent ou les forcent à se prostituer. Elles sont ensuite forcées d’épouser leurs ravisseurs qui les violent ou les obligent à se prostituer.
Chaudhry ajoute : “Cela doit cesser : c’est à l’État de prendre les mesures urgentes et nécessaires. Cependant, nous avons entendu les récentes déclarations faites aux Ulema par le Premier ministre Imran Khan, selon lesquelles aucune loi de ce type ne serait promulguée sous son gouvernement. Maintenant, le rejet du projet de loi par la commission parlementaire reflète clairement la volonté politique du gouvernement de ne pas s’occuper de la sécurité et de la protection des non-musulmans au Pakistan.”
Chaudhry souligne également : “Nous avons l’intention de lutter contre cette grave violation des droits de l’homme à tous les niveaux. Il existe un besoin immense de législation efficace contre la conversion forcée des filles mineures non musulmanes. L’État doit en prendre conscience, ainsi que respecter ses obligations internationales et les garanties inscrites dans la Constitution du Pakistan”.
Les organisations chrétiennes et les églises du Pakistan constatent que ce phénomène détruit la vie de centaines de jeunes filles mineures innocentes, principalement chrétiennes et hindoues, dans tout le Pakistan. Ils considèrent donc qu’il est essentiel de disposer d’une loi qui fixe un âge minimum pour la conversion et qui criminalise l’enlèvement et la coercition, ainsi que la conversion forcée des mineurs.
Ces derniers jours, les Évêques catholiques du Pakistan, à l’occasion de la Journée internationale de la jeune fille, convoquée par l’ONU et célébrée le 11 octobre, ont lancé un appel public au gouvernement, lui demandant de faire tout son possible pour mettre fin au phénomène des mariages forcés, des enlèvements et de la conversion religieuse des jeunes filles mineures .
Lors du débat au sein de la commission parlementaire, le ministre des affaires religieuses, Noorul Haq Qadri, a déclaré que “l’environnement est défavorable” à la formulation d’une loi contre les conversions forcées, affirmant que la promulgation d’une loi sur les conversions forcées “détériorerait la paix dans le pays et créerait de nouveaux problèmes pour les minorités”, tandis que certains sénateurs ont déclaré que “les lois contraires à l’islam ne peuvent être promulguées au Pakistan”.