ASIE/PAKISTAN – Limite d’âge pour la conversion religieuse : le ministère des Affaires religieuses met un frein à cette pratique

 95 total views,  1 views today

Lahore – Le ministère des Affaires religieuses du Pakistan n’a pas l’intention d’imposer des limites d’âge à la conversion religieuse. Comme l’a appris Fides, lors d’une récente réunion de la Commission parlementaire pour les droits des minorités au Sénat, le ministre des Affaires religieuses, Noorul Haq Qadri, a déclaré qu’il ne voulait pas soutenir une éventuelle limite d’âge minimum de 18 ans pour la conversion religieuse. Si quelqu’un veut changer de religion avant l’âge de 18 ans, c’est un choix libre, a-t-il dit, alors que le mariage serait une question différente. La question de l’âge minimum du mariage a été soumise au Conseil de l’idéologie islamique, un organe consultatif. Mais, comme le font remarquer les organisations chrétiennes au Pakistan, la question est étroitement liée à la conversion religieuse.
Dans un message envoyé à l’Agence Fides, Nasir Saeed, directeur de l’ONG “CLAAS” , explique que les cas de jeunes chrétiennes et hindoues forcées à se convertir ont augmenté de façon spectaculaire l’année dernière. Et il note : ” Il est crucial de prendre en compte le scénario global et de considérer l’approche actuelle d’un âge minimum de 18 ans pour la conversion fondamentale.
J’ai personnellement rencontré au moins deux douzaines de cas de conversion forcée de jeunes chrétiennes au Pendjab, et 90 % des filles ont moins de seize ans”. Selon le directeur du CLAAS, “la police transforme souvent les cas d’enlèvement en cas de “conversion religieuse” et ensuite, au lieu de prendre les mesures nécessaires contre le ravisseur, elle remet un certificat de conversion aux parents de la fille enlevée, en disant que la fille s’est convertie à l’islam de son plein gré, qu’ils ne peuvent donc rien faire et que tout est légal”.
“Dans certains cas, la police a même dit aux parents qu’ils devaient être heureux parce que leur fille s’était convertie à l’islam. Les tribunaux pakistanais ne rendent pas non plus souvent justice aux victimes et à leurs familles car, au lieu de décider et d’appliquer les lois en vigueur dans le pays, les affaires sont tranchées sur la base de la déclaration extraite des filles enlevées. Les juges ignorent complètement les lois nationales et internationales et nuisent à l’ensemble du pays”.
Dans ce contexte, “il est approprié et urgent que le gouvernement suive les recommandations de la commission sénatoriale sur les droits des minorités, en fixant à 18 ans l’âge minimum pour la conversion religieuse”, note Nasir Saeed.
Selon les dirigeants chrétiens de la société civile pakistanaise, une mesure limitant l’âge de la conversion religieuse à 18 ans pourrait s’avérer utile pour endiguer le phénomène d’enlèvement, de conversion et de mariage des filles chrétiennes et hindoues. Mais la meilleure façon de résoudre le problème à la racine, disent-ils, est de freiner les mariages forcés en veillant à l’application d’un âge minimum de 18 ans pour le mariage, conformément à la loi sur la protection des femmes.