ASIE/PAKISTAN – Une chrétienne accusée de blasphème pour un message de What’s App ; deux conjoints secourus en Europe

 10 total views,  1 views today

Islamabaad – Une chrétienne, Shagufta Kiran, résidant à Islamabad, a été accusée de blasphème pour avoir simplement transféré sur WhatsApp un message dont le contenu était jugé blasphématoire. Comme l’a rapporté à Fides l’organisation ” Centre for Legal Aid Assistance & Settlement ” , Shagufta a été arrêtée le 29 juillet par l’Agence fédérale d’investigation et est toujours en détention.
Rafique Masih, le mari de Shgufta, a déclaré que des agents armés avaient fait irruption à leur domicile et arrêté sa femme et ses deux enfants, les accusant d’avoir enfreint la loi sur le blasphème en transmettant sur WhatsApp un message au contenu blasphématoire. Il a déclaré : “Ils ont violemment pris possession de nos téléphones, ordinateurs et autres objets de valeur. Ils ont arrêté Shagufta et mes deux enfants sans information préalable ni mandat d’arrêt. Ils ont emmené ma femme et mes enfants au poste de police et les ont inculpés en vertu des sections 295-A et 295-B du code pénal pakistanais , après quoi ils ont relâché mes enfants”.
Dans la peur et les menaces, Rafique Masih et ses enfants ont fui Islamabad et se sont installés dans un endroit sûr. Selon la reconstitution, Shagufta a été arrêtée parce qu’elle faisait partie d’un groupe WhatsApp dans lequel un autre des membres aurait partagé un message blasphématoire, que Shagufta a transmis à d’autres personnes sans le lire et sans en connaître les conséquences. “Shagufta ne savait rien du post, elle n’était même pas l’auteur du post en question, mais elle a été accusée de l’avoir diffusé”, a expliqué Rafique.
Nasir Saeed, directeur de CLAAS, s’est dit préoccupé par l’abus continu de la loi sur le blasphème, qui touche principalement les membres pauvres et analphabètes des minorités religieuses : “Ce n’est pas la première fois que quelqu’un est accusé d’avoir partagé un message texte ou un post sur les médias sociaux. Les auteurs de tels messages doivent être recherchés et poursuivis. Maintenant, une épreuve judiciaire et une souffrance commencent pour Shagufta Kiran, qui pourrait durer des années, jusqu’à ce qu’il puisse prouver son innocence”.
Saeed rappelle le cas du couple chrétien Shafqat Emmanuel et Shagufta Kausar, récemment libéré après sept ans de prison : les deux avaient été condamnés à mort pour un prétendu blasphème commis par le biais d’un SMS jugé blasphématoire. Début juin, la Haute Cour de Lahore a annulé la condamnation à mort prononcée à leur encontre en 2014, reconnaissant la machination dont ils ont fait l’objet, puisque les deux personnes sont analphabètes et n’ont pu rédiger personnellement aucun SMS. Cependant, il n’a pas été établi qui a écrit ces messages et les a piégés, de sorte que l’abus de la loi reste impuni même dans leur cas.
Grâce aux efforts de leur avocat, le musulman Saif-ul Malook , les deux hommes sont arrivés sains et saufs aux Pays-Bas, en Europe ces derniers jours. En avril, le Parlement de l’Union européenne a adopté une résolution en faveur de Shagufta Kausar et Shafqat Emmanuel, appelant le Pakistan à accorder un espace à la liberté religieuse et exhortant les autorités de l’UE à revoir les accords commerciaux avec le Pakistan si les droits et libertés individuels ne sont pas respectés.