ASIE/PAKISTAN – Une musulmane condamnée à mort pour blasphème

 21 total views,  1 views today

Lahore – Le 27 septembre, un tribunal de première instance de Lahore a condamné une femme musulmane à la peine de mort et à une amende de 50 000 roupies pour violation de la loi sur le blasphème. Selon l’accusation, la femme, Salma Tanveer, “s’est proclamée prophétesse” et aurait nié la prophétie du prophète Mahomet, en tenant des propos désobligeants à son égard. Âgée de 50 ans, Salma Tanveer était directrice d’une école publique de Lahore, un poste qu’elle a occupé jusqu’en 2013, date à laquelle elle a été arrêtée. Elle était accusée de distribuer des photocopies de ses écrits dans lesquels elle aurait commis le crime de blasphème, en s’adressant au titre de “Miséricorde pour tous les mondes”, attribué dans le Coran au prophète Mahomet, et en vilipendant le prophète.
La police a enregistré une plainte contre la femme le 2 septembre 2013 en vertu de la section 295 C du code pénal pakistanais , sur la base de la plainte de Qari Iftikhar Ahmad Raza, imam de la mosquée locale. L’article 295 C punit l’utilisation de remarques désobligeantes à l’encontre du prophète Mahomet par des mots parlés ou écrits, ou par une représentation visible, ou par toute insinuation, directe ou indirecte, qui offense le nom du prophète Mahomet. Il prévoit la peine de mort, ou l’emprisonnement à vie, et une amende. L’affaire n’a été ajournée et discutée que huit ans après les faits, l’avocat de la femme ayant présenté un rapport médical déclarant que le défendeur était mentalement instable et souffrait d’une maladie psychiatrique. Selon l’article 84 du code pénal, une infraction est nulle et non avenue si elle est commise par une personne qui, au moment de la commettre, en raison de son aliénation mentale, est incapable de connaître la nature de l’acte ou de comprendre qu’il est contraire à la loi.
Le juge Mansoor Ahmed Qureshi de Lahore a déclaré dans son verdict : “Il est prouvé au-delà de tout doute raisonnable que la femme accusée a écrit et distribué des écrits désobligeants à l’égard du prophète Mahomet et elle n’a pas réussi à prouver que son cas relève de l’exception prévue par la section 84 du CPP.” Le juge a noté qu’un rapport médical du conseil de l’Institut de santé mentale du Pendjab a qualifié l’accusé d'”apte à la procédure judiciaire”. Le juge a noté que, jusqu’au moment de son arrestation, la femme dirigeait l’école, il n’est donc pas possible qu’elle soit atteinte de maladie mentale.
Sabir Michael, dirigeant catholique et militant des droits de l’homme, a déclaré à l’Agence Fides : ” Il est inquiétant qu’un autre citoyen pakistanais ait été condamné à mort en vertu de la loi sur le blasphème. Dans le respect de la dignité humaine inaliénable et des droits de l’homme, nous nous opposons à la peine de mort dans tous les cas. Même dans les cas de blasphème, l’accusé ne met pas en danger la vie d’autrui. Tout en notant que les sentiments religieux sont blessés, la peine de mort semble être une mesure trop sévère, qui peut être reconsidérée”. Il a ajouté : “Il arrive souvent que les lois sur le blasphème soient détournées pour des rancunes personnelles : je suis surpris qu’une femme qui est éducatrice puisse être impliquée dans de telles affaires”.
Sabir Michael conclut : “Depuis 1987, plus de 1 800 personnes ont été condamnées en vertu des lois sur le blasphème et la majorité d’entre elles sont des musulmans. Il y a actuellement plus de 80 personnes dans le couloir de la mort ou condamnées à perpétuité pour blasphème. Parmi eux figurent 24 prisonniers chrétiens au Pakistan, accusés dans 21 cas de “blasphème”.
Il y a un mois, une chrétienne, Shagufta Kiran, résidant à Islamabad, a été accusée de blasphème pour avoir simplement transmis sur WhatsApp un message dont le contenu était jugé blasphématoire.
Selon un rapport publié en février 2021 par le Centre for Social Justice, une ONG basée à Lahore et dirigée par le catholique Peter Jacob, les condamnations et les abus de la loi sur le blasphème connaissent une croissance exponentielle au Pakistan, une tendance très inquiétante qui mérite une plus grande attention de la part des autorités civiles. Les organisations de la société civile et les dirigeants chrétiens, hindous et musulmans soulèvent cette question de longue date, qui constitue un point sensible pour le Pakistan, qui applique certaines des peines les plus sévères au monde en cas de blasphème contre l’islam.