ASIE/PHILIPPINES – Les Évêques : le prix Nobel de la paix décerné à la journaliste Maria Ressa, un signe d’espoir pour l’avenir

 10 total views,  3 views today

Manille – ” C’est le premier prix Nobel jamais attribué à un citoyen philippin. Le fait qu’il soit attribué à une femme et à une brillante journaliste, Maria Ressa, distinguée pour son professionnalisme dans la situation politique actuelle des Philippines, ne peut que rendre fiers et pleins d’espoir les Philippins qui aiment la démocratie”, a déclaré à l’Agence Fides Mgr. Pablo Virgilio David, Évêque de Caloocan, Président élu de la Conférence épiscopale des Philippines, appréciant que le comité du prix Nobel de la paix ait choisi pour 2021 la journaliste philippine Maria Ressa, ainsi que le reporter russe Dmitry Muratov. Ils ont remporté le prix pour leurs efforts de défense de la liberté d’expression aux Philippines et en Russie.
“Cette récompense ne pouvait pas tomber plus à propos qu’au moment où le pays se prépare aux prochaines élections de mai 2022”, a déclaré Mgr David. “Beaucoup de gens voient dans cet événement le seul espoir de sauver nos institutions de la destruction par des démagogues populistes ou des leaders autoritaires. Dans le contexte de la crise pandémique apparemment sans fin”, poursuit l’analyse du Prélat, “le champ de bataille politique pour les élections a pratiquement été transféré à l’arène virtuelle des plateformes modernes de médias sociaux.
C’est là qu’interviennent les efforts de Ressa : “Elle a effectué des recherches approfondies sur la manière dont l’opinion publique est virtuellement sous le contrôle de cybercriminels politiques bien financés. Elle a bien documenté la façon dont ces personnes ont engagé des armées de trolls bien payés qui entretiennent d’innombrables faux comptes et inondent constamment les médias sociaux de fausses nouvelles, bombardent ceux qui disent la vérité de jurons et des formes les plus grossières de vulgarité, de menaces voilées et de cyber-harcèlement de toutes sortes”.
L’Évêque David a déclaré : “Le fait que cette petite femme à l’âme généreuse, qui a osé donner sa voix, en particulier aux veuves et aux orphelins sans voix de la “guerre contre la drogue”, soit maintenant sous les feux de l’actualité mondiale ne peut que nous faire espérer le meilleur”,
En annonçant le prix Nobel de la paix le 7 octobre, le comité Nobel norvégien a déclaré que Ressa et Muratov – sélectionnés parmi 329 candidats – sont “les représentants de tous les journalistes qui défendent cet idéal”. Un journalisme libre, indépendant et fondé sur des faits sert à se protéger contre les abus de pouvoir, les mensonges et la propagande de guerre”. “Sans la liberté d’expression et la liberté de la presse, il sera difficile de promouvoir avec succès la fraternité entre les nations, le désarmement et un meilleur ordre mondial”, peut-on lire dans une note du Comité.
Maria Ressa, cofondatrice du portail d’information en ligne “Rappler”, a été saluée pour sa lutte acharnée en faveur de la liberté d’expression, car elle a eu le courage de “dénoncer l’abus de pouvoir, le recours à la violence et l’autoritarisme croissant dans son pays, les Philippines”.
Elle a fait l’objet de pressions et de poursuites politiques en raison de ses efforts : elle a été jugée et condamnée pour le crime présumé de “cyberdiffamation” et est en liberté sous caution.
“Ce prix est un honneur pour tous les médias philippins qui se battent pour notre démocratie, la liberté d’expression et la liberté de la presse”, a déclaré Fernando D. Paragas, professeur au département de recherche en communication de l’université des Philippines Diliman. Glenda M. Gloria, rédactrice en chef de Rappler et l’une de ses cofondatrices, a déclaré aux lecteurs : “Ce prix est le vôtre. Rappler est honoré et stupéfait par ce prix, qui ne pouvait pas mieux tomber alors que les journalistes et la vérité sont attaqués et menacés à notre époque.
L’Association de la presse étrangère aux Philippines a déclaré que le prix Nobel décerné à Ressa “est une victoire pour les défenseurs de la liberté de la presse aux Philippines, qui reste l’un des pays les plus dangereux au monde pour les journalistes.” “C’est une reconnaissance non seulement de leur travail, mais aussi de l’importance de la liberté de la presse et d’expression dans leur pays et dans le monde entier”, a ajouté le Syndicat national des journalistes des Philippines.
La vice-présidente par intérim Leni Robredo a décrit la victoire de Ressa comme “une reconnaissance et une affirmation de ses efforts pour tenir la ligne de la vérité et de la responsabilité”.