ASIE/SYRIE – Le Patriarcat orthodoxe d’Antioche dans l’attente d’un soutien russe pour la reconstruction des églises détruites durant le conflit

Damas – Les chrétiens orthodoxes en Syrie comptent sur le soutien russe en vue de la reconstruction des églises et monastères ayant été détruits par les terroristes au cours des années de guerre dans le pays. C’est ce qu’affirme l’Archimandrite Alexi Chehadeh, Directeur général du Département pour le développement des relations œcuméniques du Patriarcat grec orthodoxe d’Antioche et de tout l’Orient. Dans un entretien accordé à l’Agence gouvernementale russe Spoutnik, le représentant de l’Eglise orthodoxe d’Antioche – dont le Patriarche, Yohanna X, résidant à Damas, a exprimé sa gratitude à « l’Eglise orthodoxe russe et au gouvernement russe qui ont permis de nous aider à parer et reconstruire nos églises, nos monastères et nos écoles. J’espère que cette aide arrivera au plus vite ». L’Archimandrite grec orthodoxe a qualifié de « très important » le soutien russe tant attendu, vu que les organisations humanitaires internationales, en prédisposant et mettant en œuvre leurs programmes, « ne prennent pas en considération parmi leurs priorités la reconstruction d’églises et de monastères ».
Au cours de ces derniers mois, se sont multipliées les visites en Syrie de délégations et représentants russes – tant politiques que religieux – intéressés notamment à vérifier personnellement les dégâts provoqués aux lieux de culte et de prière chrétiens durant le conflit. A la fin du mois de janvier, comme l’avait indiqué en son temps l’Agence Fides , le Patriarche grec orthodoxe d’Antioche, Yohanna X, a de nouveau remercié publiquement la Russie pour la contribution fournie dans la lutte contre les groupes armés djihadistes.
Jusqu’ici, la contribution russe la plus significative en matière de restauration et de reconstruction de lieux de culte chrétiens en Syrie a concerné le Monastère orthodoxe Sainte Thècle, dans la ville de Maalula , rouvert depuis quelques mois également aux visites de pèlerins et touristes. Le village rupestre de Maalula avait été pris par des milices antigouvernementales entre septembre 2013 et mars 2014. Les graves dommages infligés à cette époque au lieu de culte ont été en grande partie réparés grâce au soutien offert par l’Association de vétérans russes Boevoe Bratstvo .