ASIE/TERRE SAINTE – Attaque policière contre le cortège funèbre de Shireen, insulte à la victime et à toutes les Églises de Jérusalem

di | 05/18/2022

Jérusalem – L’agression de la police israélienne contre le cortège funèbre de la journaliste palestinienne Shireen Abu Aqleh, tuée mercredi 11 mai à Jénine, lors d’un blitz de l’armée israélienne dans un camp de réfugiés, est présentée comme un outrage à l’Eglise et à la mémoire de la victime, et représente « une grave violation des règles et règlements internationaux ». Ainsi, patriarches, évêques et fidèles des Églises et des communautés ecclésiales de Terre Sainte, déprécient la violente incursion menée vendredi 13 mai par les forces de police qui a perturbé les funérailles du journaliste alors que le cercueil était porté sur les épaules de l’hôpital Saint-Joseph à l’église cathédrale gréco-melkite, dans la vieille ville de Jérusalem.
La police israélienne – lit la déclaration publiée par les chefs des Églises de Jérusalem pour déplorer l’incident – « a perquisitionné un établissement de santé chrétien, manquant de respect à l’Église, à l’établissement de santé, à la mémoire du défunt et forçant les porteurs du cercueil à le laisser presque tomber ». La police israélienne « a attaqué les fidèles en deuil, les a frappés avec des matraques, a utilisé des grenades fumigènes, a tiré des balles en caoutchouc, a effrayé les patients de l’hôpital ».
Le raid – souligne le texte également publié au nom de l’archevêque Pierbattista Pizzaballa, Patriarche latin de Jérusalem, et du Patriarche grec orthodoxe de Jérusalem, Théophile III – représente « une violation grave des normes et réglementations internationales, y compris le droit humain fondamental de la liberté de religion, qui doit également être observé dans un espace public ».
Dans la déclaration des Églises de Jérusalem, il est également rappelé que l’hôpital Saint-Joseph, théâtre de la descente de police, « a toujours été fièrement un lieu de rencontre et de guérison pour tous, quelle que soit leur appartenance religieuse ou culturelle, et entend continuer à l’être. Ce qui s’est passé vendredi dernier a profondément blessé non seulement la communauté chrétienne, les Sœurs de Saint-Joseph de l’Apparition, les propriétaires de l’Hôpital, et tout le personnel de l’hôpital, mais aussi toutes les personnes qui ont trouvé et trouvent encore la paix et l’hospitalité dans ce lieu ». Les sœurs et le personnel de l’hôpital Saint-Joseph – conclut la déclaration publiée au nom des Églises de Jérusalem – « ont toujours fait de leur Institut un lieu de soins et de guérison, et l’épisode déplorable de vendredi dernier rend cet engagement encore plus fort que jamais ».
La journaliste palestinienne Shireen Abu Aqleh, selon des témoins oculaires, a été tuée dans la matinée du mercredi 11 mai par l’armée israélienne alors qu’elle documentait l’effraction de l’armée de l’État juif dans le camp de réfugiés de Djénine en Cisjordanie. Chrétienne grecque melkite, née à Jérusalem il y a 51 ans, Shireen avait également la citoyenneté américaine. Elle avait étudié le journalisme à l’Université de Yarmouk, en Jordanie, après avoir obtenu son diplôme, de retour dans les Territoires palestiniens, elle a commencé à travailler pour certains médias locaux, y compris Radio Voice of Palestine et la télévision par satellite Aman. Depuis 1997, il avait commencé sa longue carrière à Al-Jazeera, le plus célèbre radiodiffuseur par satellite de langue arabe, pour lequel il avait couvert depuis Jérusalem-Est les faits de la politique israélienne et les principaux événements qui se sont produits dans les Territoires palestiniens, tels que la deuxième Intifada. Après son assassinat, déjà rapporté par l’Agence Fides , le Patriarcat latin de Jérusalem, exprimant son « choc » face à ce meurtre, avait souligné comment la mort de Shireen a ramené devant les consciences de tous « la nécessité de trouver une solution juste au conflit palestinien, qui refuse de disparaître dans l’oubli malgré le fait que 74 ans se sont écoulés depuis la Nakba » . La déclaration patriarcale assurait des prières « pour le reste de l’âme de Shireen, qui était un exemple de dévouement et une voix forte pour son peuple », et suppliait le bon Dieu « d’accorder à son frère et à ses proches la consolation de la foi. Nous prions – a ajouté le message du Patriarcat latin – pour que le peuple palestinien trouve son chemin vers la liberté et la paix ».

Read More

I contenuti del sito fides.org sono pubblicati con Licenza Creative Commons Attribuzione 4.0 Internazionale

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.