ASIE/TERRE SAINTE – De l’obsolescence de la formule deux peuples-deux Etats selon les Ordinaires catholiques de Terre Sainte

Jérusalem – Les Ordinaires catholiques de Terre Sainte prennent acte du fait que la proposition d’une solution politique au conflit israélo-palestinien basée sur la création de deux Etats distincts pour les israéliens et les palestiniens « n’a porté à rien » et continue à être proposée « inutilement ». Ils affirment également que l’ensemble des discours portant sur la résolution politique des conflits qui agitent la Terre Sainte « semblent une rhétorique vide dans le contexte actuel ». L’admission de poids est contenue dans le message signé et diffusé par l’Assemblée des Ordinaires de Terre Sainte et fait enregistrer une discontinuité objective par rapport aux formules et aux contenus des prises de position officielles des organismes catholiques concernant la question israélo-palestinienne.
Au cours de ces dernières années, des représentants des Eglises du Proche-Orient avaient préfiguré, dans des entretiens et des interventions médiatiques, le substantiel archivage de la formule « deux peuples, deux Etats » présenté comme objectif déclaré du processus de paix ayant débuté avec les accords d’Oslo et la conférence de Madrid. La création négociée de deux Etats distincts était déjà prévue par le plan de l’ONU de 1947 et a été utilisée de différentes manières par de nombreux sujets plus récemment, y compris par le Premier Ministre israélien, Benjamin Netanyahu. En novembre 2012, une résolution de l’ONU avait également reconnu l’Etat de Palestine, le Saint-Siège l’ayant reconnu lui aussi et le Pape François lui-même dans ses déclarations officielles, ayant fait référence à la formule « deux peuples, deux Etats ».
Maintenant, les Ordinaires de Terre Sainte promeuvent une nouvelle vision « pour Jérusalem et l’ensemble de la zone, appelée Israël et Palestine, du Jourdain à la Méditerranée ». Selon ce schéma – indique le communiqué officiel – « tous en cette Terre Sainte ont une pleine égalité, l’égalité qui sied à tous les hommes et à toutes les femmes créés égaux à l’image et à la ressemblance de Dieu. Nous croyons que l’égalité, quelques soient les solutions politiques qui pourraient être adoptées, constitue une condition fondamentale pour une paix juste et durable ».
Actuellement, l’Assemblée des Ordinaires de Terre Sainte est présidée par l’Archevêque maronite d’Haïfa, S.Exc. Mgr Moussa al Hage. Font notamment partie de cet organe S.Exc. Mgr Pierbattista Pizzaballa OFM, Administrateur apostolique du Patriarcat de Jérusalem des Latins, et le Père Francis Patton OFM, Custode de Terre Sainte.

da: www.fides.org
I contenuti del sito sono pubblicati con Licenza Creative Commons Attribuzione 4.0 Internazionale