ASIE/THAÏLANDE – Entre fake news, tensions et manque de vaccins, les contagions par Covid 19 se multiplient

 231 total views,  6 views today

Bangkok – ” À partir de cette semaine, dix provinces ont instauré un couvre-feu nocturne. Le trafic aérien nocturne est interrompu dans toute la Thaïlande. Ceux qui arrivent de Bangkok et d’autres zones rouges doivent être mis en quarantaine même dans les autres provinces.” C’est ce qu’écrit à l’Agence Fides le Père Ferdinando Pistore, missionnaire fidei donum à Chiang Mai. Le prêtre confirme le manque de nouvelles fiables et le climat de tension concernant le fait que quelqu’un a insinué que le gouvernement avait augmenté les droits sur les vaccins qui ne peuvent pas encore arriver dans le pays.
“Il y a un manque de lits et l’isolement à domicile commence à être proposé pour certains Covid-19 positifs; ce qui est très problématique en raison des situations logistiques thaïlandaises. Il semble que divers groupes d’infections aient été trouvés dans des chantiers de construction qui avaient été fermés en isolant les travailleurs à l’intérieur, puis il semble qu’ils soient devenus des zones vertes, mais les contagions ne diminuent pas” , poursuit Don Pistore.
Selon la presse locale, les responsables de la santé ont déclaré qu’une nouvelle variante hybride du Covid-19 a été contractée par des ouvriers du bâtiment à Bangkok. Supakit Sirilak, directeur du département des sciences médicales, a déclaré que 1 327 des 1 737 travailleurs ont été infectés ces derniers jours. Parmi eux, 53 étaient infectés par les variantes Delta et 168 par les variantes Alpha, détectées pour la première fois au Royaume-Uni et en Inde respectivement. La combinaison des deux est inquiétante car elle pourrait donner lieu à une autre mutation, a déclaré l’expert.
Le centre anti-fake news du ministère de l’économie et de la société numérique a signalé plus de 50 cas de fake news publiés depuis le mois dernier, la plupart concernant Covid-19 ou des vaccins. La police enquête. Les personnes qui ont publié ou partagé des informations trompeuses menaçant la sécurité nationale ou provoquant la panique au sein de la population sont passibles de sanctions en vertu de la loi thaïlandaise sur la criminalité informatique, qui prévoit une peine maximale de cinq ans de prison et une amende pouvant atteindre 100 000 bahts. Une autre fausse nouvelle rapportée par le Centre concerne les quatre doses de vaccin que le Premier ministre Prayut Chan-o-cha aurait reçues.
Au cours de la première année depuis le début de l’épidémie, la Thaïlande avait réussi à contenir le virus avec très peu de cas, grâce notamment à la fermeture des frontières et à la quarantaine obligatoire de deux semaines pour les arrivants de l’étranger. À ce jour, plus de 9 000 cas d’infection et environ 80 décès par jour ont été confirmés.