ASIE/THAÏLANDE – Prolongation de l’état d’urgence en raison du coronavirus : dans l’incertitude et l’inquiétude, les missionnaires ne s’arrêtent pas

 61 total views,  1 views today

Lamphun – ” Dans la province, de nombreux villages ont été complètement fermés. À Chiangmai, la cathédrale est fermée, ainsi que toutes les écoles. Il y a également eu une épidémie dans le séminaire interdiocésain, 11 séminaristes rentrés du Nord pour la fermeture des cours ont tous été trouvés infectés par le Covid-19. C’est ce qu’a écrit à l’Agence Fides le Père Ferdinando Pistore, missionnaire fidei donum à Lamphun. “Dans les villages, l’inquiétude grandit – explique-t-il – , nous arrivons à célébrer la messe quotidienne à Lamphun entre nous, 2 prêtres et 2 religieuses qui vivent dans la maison voisine ; dimanche dernier, nous avons réussi à ouvrir la messe à une quinzaine de fidèles. Nous n’avons encore aucune idée de ce que sera la situation dimanche prochain.”
Le missionnaire affirme que ces derniers jours, le nombre moyen d’infections a été d’environ 15 000 par jour. “Aujourd’hui, 27 juillet, on en compte 14 150, dont 245 ont été détectés dans les prisons, qui ont été durement touchées. Le nombre d’infectés actifs augmente chaque jour. Aujourd’hui, ils ont atteint 174 748. La campagne de vaccination continue d’être retardée malgré les dons de vaccins provenant également de l’étranger et de la Croix-Rouge.”
” Il n’est pas interdit de se déplacer, même s’il est préférable d’éviter. Dans ces contextes spécifiques, la technologie aide, le téléphone reste un outil formidable. S’il y a un besoin de contact à l’hôpital ou ailleurs, vous pouvez le faire”, a expliqué le prêtre, qui a partagé la joie d’avoir réussi à faire parvenir les médicaments nécessaires au Myanmar. Le trafic aérien est pratiquement à l’arrêt, de même que le transport inter provincial, surtout en ce qui concerne les provinces marquées en rouge foncé. Un couvre-feu nocturne est maintenu à Bangkok et les commerces de toutes sortes ont été fermés.
” À cette réalité dramatique s’ajoutent les manifestations en cours à Bangkok du mouvement qui réclame la démission du Premier ministre Prayut Chan-o-cha . Il y a également eu de graves cas de répression de rassemblements, de dénonciations contre des journalistes et des personnalités publiques accusés de critiquer le gouvernement en diffusant de fausses nouvelles qui nuisent à la stabilité du pays en cette période difficile. Ainsi, comme dans d’autres pays, l’état d’urgence a été prolongé”, a conclu Don Pistore.