ASIE/TURQUIE – L’église arménienne de Malatya rouvre ses portes après 106 ans d’existence

 25 total views,  1 views today

Malatya – L’église apostolique arménienne de Surp Yerrortutyun , dans la province orientale turque de Malatya, a rouvert ses portes au culte divin après une interruption de 106 ans. La divine liturgie célébrée dans l’église le dimanche 29 août a été présidée par Sahak Maşalyan, l’actuel Patriarche arménien de Constantinople, et la célébration a été suivie par un grand nombre de chrétiens arméniens vivant dans la région. La veille, samedi 28 août, le bâtiment avait été rouvert sous le nom de “Centre culturel d’art et de culture Tashhoran”. L’œuvre architecturale, dont la construction a été achevée en 1893, était dans un état de délabrement après des décennies d’abandon total. La dernière célébration liturgique y a eu lieu en 1915, lorsque le lieu de culte était sous la juridiction du patriarcat arménien de Constantinople, et avant que l’Anatolie ne devienne le théâtre des déportations et des massacres connus sous le nom de “génocide arménien”.
La restauration et la réhabilitation de l’église, rapporte le journal bilingue arménien-turc Agos, ont été promues par l’association locale Hayder. Les autorités politiques locales, présentes lors de l’inauguration, ont expliqué que le complexe architectural est rouvert au public en tant que centre culturel. Dans le même temps, les communautés chrétiennes arméniennes locales pourront, sur demande, utiliser l’église pour des initiatives ecclésiastiques, des baptêmes et des mariages, des réunions de prière et des liturgies divines. “L’église, restaurée 100 ans plus tard en tant que centre artistique et culturel”, a déclaré le Patriarche Maşalyan dans son discours lors des célébrations inaugurales, “s’ouvre également aux citoyens chrétiens pour le culte”. Bien sûr, nous prenons cela comme un message très important en termes de paix, d’unité et de fraternité pour ce pays”.
Ces derniers temps , le sort des lieux de culte chrétiens abandonnés en Turquie, mis en vente par des propriétaires privés ou même démantelés afin de libérer des terrains pour de nouvelles constructions et initiatives immobilières, avait suscité des regrets. Le Patriarcat orthodoxe arménien de Constantinople a également publié une déclaration à ce sujet, regrettant que “les bâtiments ecclésiastiques soient perçus comme un actif commercial et que certains y voient une source de profit”. Dans le passé”, poursuit le communiqué du Patriarcat arménien d’Istanbul, “les lieux de culte chrétiens étaient établis, construits ou restaurés grâce à des “édits du sultan”. Nous savons que la protection des édifices ecclésiastiques qui contribuent à la richesse culturelle de notre pays, qui ne sont plus à la disposition des communautés de référence, reste un devoir des institutions compétentes de l’État”.