ASIE/ UZBEKISTAN -L’art comme instrument d’Evangélisation

 233 total views,  1 views today

Samarcande – L’art comme instrument d’apostolat pour parler du Christ à ceux qui entrent dans l’église poussés par la curiosité. C’est l’objectif qui a conduit les prêtres de l’Institut du Verbe Incarné de Samarcande à entamer des travaux de restauration dans l’église Saint-Jean-Baptiste. Le père Ariel Alvarez Toncovich raconte à l’Agence Fides: “Nous sommes certains que l’art peut être un instrument d’évangélisation, c’est pourquoi nous avons commencé il y a deux semaines la restauration de notre église à Samarcande, que nous ramenons à ses caractéristiques d’il y a cent ans, un temple gothique magnifique et spirituel. Le projet prévoit la récupération de la voûte originale et la reconstruction des fenêtres avec des vitraux spéciaux. Nous aimerions pouvoir faire de la catéchèse avec des images, évangéliser et communiquer le Christ par l’art. C’est pourquoi nous essayons de ramener la lumière et la vie dans ce lieu. Nous avons remarqué que, petit à petit, l’Ouzbékistan recommence à être peuplé de touristes. Il est donc important que toute personne qui vient nous rendre visite, ne serait-ce que par curiosité ou pour des raisons culturelles, se sente immédiatement accueillie. C’est une façon d’entrer dans le projet touristique de la ville et de nous faire connaître, avec l’objectif final de faire un apostolat”.
Fondée entre le 7e et le 5e siècle avant J.-C., la ville de Samarcande était la plus importante étape de l’ancienne Route de la soie, développant ainsi sa vocation touristique au fil des siècles. C’est précisément le secteur du tourisme qui représente aujourd’hui la principale source de revenus de la population locale, ainsi que le principal moteur du développement démographique de la ville, qui compte actuellement plus de 500 000 habitants. Dans un contexte aussi vaste, explique le père Alvarez, atteindre les fidèles est un défi majeur : “Ces dernières années, cette église n’a pas pu bénéficier de la présence d’un prêtre permanent, mais ce sont les missionnaires d’autres villes qui se sont relayés pour assurer au moins la célébration dominicale. Cela a conduit à une dispersion des fidèles : nous voulons les attirer par la mise en valeur de ce lieu et l’organisation de diverses activités, dont la création de l’oratoire”.
Le père Alvarez a été envoyé en Samarcande avec son confrère, le père Paolo Giacinti, précisément pour relancer l’activité pastorale dans la paroisse locale. En plus de la Samarcande, il y a quatre autres paroisses en Ouzbékistan et environ 3 000 personnes baptisées : environ 700 dans la capitale Tashkent, plus d’autres à Bukhara, Urgench et Fergana. À Angren, où il est prévu de construire une nouvelle église, il y a 25 fidèles. La population de l’Ouzbékistan, qui compte 30 millions d’habitants, est à 90 % musulmane. Environ 3,5% sont des chrétiens orthodoxes russes, tandis que 3% supplémentaires comprennent de petites communautés chrétiennes d’autres confessions, y compris des catholiques.