ASIE/VIETNAM – Au nom de la compassion, des croyants de différentes confessions aident les malades et les souffrants

 12 total views,  1 views today

Ho Chi Minh Ville – La compassion est le mot clé qui unit aujourd’hui les croyants de différentes religions au Vietnam, unis pour apporter aide, tendresse, consolation, espoir aux malades et aux souffrants, en particulier à ceux qui sont à l’hôpital et qui luttent contre le Covid 19. C’est ce qu’ont déclaré divers chefs religieux lors de la 11e conférence organisée ces derniers jours par le Comité pour la solidarité religieuse de Ho Chi Minh-Ville, parrainé par l’Archidiocèse catholique de Ho Chi Minh-Ville. Le rassemblement a rapporté des histoires et des expériences qui, au nom de la solidarité, ont impliqué des croyants de différentes religions et professions, unis dans le partage ou la même compassion pour les êtres humains, en particulier pour les patients qui souffrent et luttent contre la maladie pour retrouver une vie normale.
Comme l’a appris Fides, une vaste expérience de partage promue dans la ville a réuni ces derniers mois les 682 volontaires de différentes confessions, qui ont collaboré avec le personnel médical et vécu en harmonie une période décrite comme ” belle et paisible “, œuvrant pour le soulagement physique, émotionnel, psychologique et spirituel des personnes souffrantes. Les responsables présents ont déclaré : “Les communautés religieuses se sont rapprochées en travaillant ensemble pour servir les malades à Covid : les nonnes bouddhistes et les sœurs catholiques ont partagé la nourriture matérielle et spirituelle. Il n’y avait aucune distinction d’âge, d’ethnie, de religion, tous regardaient dans la même direction, c’est-à-dire dans le but de servir l’être humain avec amour. Cela a laissé une trace d’amitié, d’amour et d’estime mutuelle dans le cœur des dirigeants et des croyants impliqués”.
Mgr Joseph Nguyen Nang, Archevêque de Ho Chi Minh-Ville, a déclaré dans son discours à l’assemblée : “Cette communion d’objectifs n’est pas seulement le fruit de la compassion, mais aussi de la reconnaissance de la profonde dignité que Dieu a accordée à chaque personne. La foi en Dieu est le fondement ultime de la fraternité. Bien que chaque religion puisse désigner Dieu par des noms différents, elles croient toutes en un seul Dieu, le Dieu tout-puissant, le Créateur. Dieu a créé tous les êtres et est le père de tous ; nous sommes donc tous frères et sœurs, liés par la foi en notre Dieu. Si les enfants ne prennent pas conscience du Père commun auquel nous appartenons tous, ils vivront selon l’égoïsme et ne protégeront que leurs intérêts personnels. De cette manière, la fraternité ne se construit pas, mais seulement la divergence et la séparation, jusqu’au conflit. La foi en Dieu est la base du lien ultime de fraternité”. Il a poursuivi : “Les représentants de toutes les religions participant à cette XIe Conférence interconfessionnelle ont exprimé avec force cette ferme conviction. Soutenons et accompagnons l’humanité dans notre société, devenons un signe d’unité, construisons des ponts, brisons tous les murs d’obstacles et semons les graines de la réconciliation”.
L’Archevêque a exprimé l’espoir que l’œcuménisme et la coopération entre les religions au Vietnam continueraient à se développer, notamment à travers les difficultés. Le Comité pour la solidarité religieuse de la ville de Hochiminh a ensuite annoncé que les cloches de toutes les églises, pagodes et autres temples de la ville sonneraient simultanément à 19h30 le 19 novembre en mémoire de tous ceux qui sont morts du Covid-19 dans la métropole.
Selon des statistiques officielles récentes du gouvernement, au Vietnam, sur une population de 97 millions d’habitants, la majorité de la population suit le culte traditionnel ou se déclare “non-croyant”. 15,1 millions de bouddhistes Mahayana et 1,3 million de bouddhistes Hoa Hao, 7,1 millions de catholiques, 1 million de chrétiens protestants, 1,1 million d’adeptes du culte Cao Dai, 80 000 musulmans, ainsi que d’autres minorités hindoues et bahá’íes.