EUROPE/ITALIE – La mission des Trinitaires : “Accompagner les chrétiens persécutés dans le monde”

di | 05/15/2022

Rome – “Nous, missionnaires trinitaires, sommes aujourd’hui engagés dans de nombreuses œuvres de charité qui témoignent de la dimension véritablement universelle de l’amour chrétien. En particulier, selon l’esprit de notre fondateur St. John de Matha, nous essayons d’être proches des pauvres, des prisonniers, des immigrants, de ceux qui sont persécutés pour la foi, des oubliés”. C’est ce que rapporte à l’Agence Fides le Père Antonio Aurelio Fernàndez, prêtre de l’Ordre de la Très Sainte Trinité et directeur de Solidarité Internationale Trinitaire , l’organisme créé par la volonté de l’Ordre Trinitaire en faveur des chrétiens persécutés dans le monde et de tous ceux qui souffrent par manque de liberté religieuse.
La famille religieuse des Trinitaires a été fondée par le Français Jean de Matha, avec sa propre règle, approuvée par le pape Innocent III le 17 décembre 1198 par la bulle “Operante divine dispositionis”. “Dans l’Église, explique le père Antony, c’est la première institution officielle désarmée, dédiée au service de la rédemption, armée seulement de la miséricorde et avec la seule intention de redonner l’espérance dans la foi à nos frères et sœurs qui souffrent sous le joug de l’esclavage”. Depuis des siècles, en effet, l’Ordre de la Sainte Trinité est le lieu de rencontre humanitaire de l’Église. Le missionnaire note : “La liberté religieuse est un droit inséparable de la dignité de la personne humaine, qui trouve en Dieu son fondement et sa pleine réalisation. Pour cette raison, il s’agit d’un droit inaliénable et universel, qui doit être garanti à tous”.
L’Ordre trinitaire, divisé en sept provinces religieuses, trois vicariats et deux délégations, a aujourd’hui une présence missionnaire sur tous les continents, en particulier dans les pays meurtris par la haine et la violence : “Dans des pays comme la Syrie ou l’Irak, raconte le père Antonio, nous travaillons à la reconstruction de maisons détruites par les bombardements. De cette façon, les réfugiés vivant dans des situations précaires sont encouragés à rentrer chez eux. Nous leur fournissons également de la nourriture, des médicaments, des couvertures, de l’eau potable. Notre objectif, poursuit-il, est qu’ils restent dans leur ville d’origine et qu’ils retournent auprès de leur famille et de leurs amis, en normalisant autant que possible leur situation sociale et familiale.
Le Père Antonio parle des persécutés d’aujourd’hui : des millions de personnes dans différentes parties du monde, les présentant comme des “témoins libres de la beauté de l’événement chrétien”. “Dans mon expérience personnelle – dit-il à Fides – j’ai rencontré de nombreux chrétiens persécutés : ce qui me frappe, c’est toujours la simplicité et la profondeur du témoignage de leur foi en Christ”.
“L’Église – dit le père Fernandez – peut faire face à cette situation difficile, tant en promouvant une formation saine des jeunes, qu’en s’engageant dans un dialogue sincère et constructif qui favorise la réconciliation, car l’Évangile – conclut-il – nous enseigne toujours à rester fermes dans la foi qui donne un sens à la vie”.

Link correlati :Voir l’interview vidéo sur la chaîne Youtube de l’Agence Fides

Read More

I contenuti del sito fides.org sono pubblicati con Licenza Creative Commons Attribuzione 4.0 Internazionale

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.

Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.