Web Analytics

Static Wikipedia: Italiano -Inglese (ridotta) - Francese - Spagnolo - Tedesco - Portoghese
 
Esperanto - Napoletano - Siciliano - Estone - Quality - New - Chinese Standard  - Simple English - Catalan - Gallego - Euskera
Wikipedia for Schools: English - French - Spanish - Portuguese
101 free audiobooks - Stampa Alternativa - The Open DVD - Open Bach Project  - Libretti d'opera - Audiobook PG

B. Traven

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

B. Traven (mort le 26 mars 1969, à Mexico) est un écrivain énigmatique, principalement de langue allemande, surtout connu pour le roman Le trésor de la Sierra Madre (Der Schatz der Sierra Madre). Ce livre a été porté à l'écran par John Huston, dans un film du même nom, avec comme acteur principal Humphrey Bogart. B. Traven aurait participé au tournage du film comme technicien. Certains le font naître le 25 février 1882 à San Francisco; d'autres le 3 mars 1890 à Chicago. Parmi ses différents pseudonymes, on relève : Traven Torsvan, Torsvan Croves, Hal Croves, Berick Torsvan

Si sa vie est peu connue, certains de ses livres sont mondialement connus, et traduits dans de nombreuses langues. Certains textes allemands seraient encore à traduire. Traven a écrit de nombreux livres, dont Le vaisseau des morts, et une série de romans épiques se déroulant dans la jungle, décrivant la corruption du gouvernement et la révolte des Indiens au cœur de la révolution mexicaine (Le Pont dans la jungle, La Charrette, Gouvernement, La Révolte des pendus, Le Général de la jungle, etc.). Ses romans font le portrait d'êtres humains ayant fait la révolution, dans un cycle violent où les opprimés font face à la violence des oppresseurs, qu'ils se révoltent ou non.

À sa mort, sa veuve déclare qu'il s'agit en fait de Ret Marut, acteur, journaliste et écrivain, ayant vécu et travaillé à Munich. En 1919, il aurait été responsable de la presse de la République des Conseils de Bavière, dont il s'est inspiré pour écrire Dans l'État le plus libre du monde. Militant anarchiste, il aurait publié la revue anarchiste Der Ziegelbrenner (le briquetier) entre 1917 et 1921, à Munich. Après un bref séjour en Angleterre, vers 1923, et quelques années d'errance, romancées dans Le vaisseau des morts, il se serait fixé dans le sud du Mexique. À sa mort, en 1969, l'État mexicain lui fait des funérailles nationales. Comme il a vécu en communion avec les Indiens du Chiapas, ses cendres ont été dispersées par eux sur leur territoire.

Sommaire

[modifier] Identités

Comme les auteurs américains Thomas Pynchon et J. D. Salinger, Traven joue du flou de son identité, anonyme, et refuse de donner des interviews, considérant que la véritable biographie des écrivains, ce sont leurs œuvres. Peu d'informations sont tenues pour sérieuses, à son sujet. Il n'est même pas certain qu'il ait été d'origine allemande, même s'il utilisait principalement cette langue. Il est clair, d'après ses livres, qu'il a beaucoup voyagé en Europe, aux États-Unis et au Mexique.

La plupart des indices indiqueraient une origine allemande. De multiples conjectures ont été faites sur sa parenté. Il peut être un fils illégitime de Guillaume II d'Allemagne, ou Otto Feige, fils d'un artisan allemand de Swiebodzin, en Prusse-Occidentale. Selon l'Encyclopædia Britannica, il serait né Berick Traven Torsvan à Chicago et aurait grandi en Allemagne avant de s'installer au Mexique. Par ailleurs, The Penguin Encyclopedia affirme qu'il est né Albert Otto Max Frege soit à Chicago soit en Pologne.

[modifier] Ret Marut et/ou Hal Croves?

En se basant sur la ressemblance de leur style d'écriture, on pense fortement que Traven est un pseudonyme pour l'anarchiste allemand Ret Marut, qui a publié un journal clandestin évoquant les dernières années de l'Empire allemand et les débuts de la République de Weimar.

Une autre de ses identités aurait été « l'agent de Traven », au nom à consonance anglaise Hal Croves, qui a travaillé avec le réalisateur John Huston pendant le tournage du Trésor de la Sierra Madre. Dans une interview à propos du film, la femme d'Humphrey Bogart, Lauren Bacall, explique que Huston lui aurait dit que Croves était Traven. Cependant, la femme de Huston, Evelyn Keyes, déclare que Huston restait sceptique. Un conflit concernant une réduction du salaire de Croves aurait assombri l'histoire.

La veuve de Traven, Rosa Elena Luján (de Torsvan), confirme les deux pseudonymes dans une interview publiée en 1990 dans le New York Times. Le journaliste du Times note que l'insignifiance d'une identité formelle est un thème central du vaisseau des morts. La femme de Traven explique que Traven avait près de dix identités et adorait embrouiller les choses. L'identité de Ret Marut pourrait remonter jusqu'en 1907, mais ni la veuve de Traven ni personne d'autre ne peut vraiment savoir qui il fut avant cela.

[modifier] Le fils naturel du Kaiser ?

Selon son épouse Rosa Elena Luján, Traven serait le fils naturel du Kaiser.

[modifier] Anecdotes

Albert Einstein, à qui l'on demandait quel livre il emporterait sur une île déserte, aurait répondu : N'importe lequel pourvu qu'il soit de Traven.

[modifier] Œuvres

  • Die Baumwollpflücker ("Les Ramasseurs de coton"), 1925 (pas de traduction disponible)
  • Der Wobbly, 1926 (version augmentée du précédent - pas de traduction disponible)
  • Le Vaisseau des morts (Das Totenschiff), 1926, ISBN 2-7071-3967-X
  • Le Trésor de la Sierra Madre, 1927 (porté au cinéma par John Huston en 1947 avant deux autres adaptations)
  • Der Busch ("l'Arbuste"), 1928 (cinq de ces nouvelles sont traduites dans "Le visiteur du soir")
  • Land des Frühlings ("Le Pays du printemps"), 1928 (pas de traduction disponible)
  • Le Pont dans la jungle, 1929
  • Rosa Blanca, 1929, ISBN 2-7071-4576-9 (porté au cinéma par Gabriel Figueroa en 1962 au Mexique)
  • Le cycle de Caoba:
  • Sonnen-Schöpfung / Indianische Legende ("La Création du soleil - légende indienne"), 1936
  • Le Général de la Jungle, 1937
  • Macario, 1950 (traduit dans Le Visiteur du soir)
  • Aslan Norval, 1960 (pas de traduction disponible)
  • Le Visiteur du soir, ISBN 2-234049-38-5 (contient la nouvelle Le Troisième Invité, porté à l'écran par Roberto Gavaldón en 1960 sous le titre Macario)
  • Dans l'État le plus libre du monde, 1994 et 1996 (choix d'articles du "Ziegelbrenner" traduits en français)

[modifier] Études

  • Jonah Raskin, My Search for B. Traven (New York: Methuen, 1980). ISBN 0416007414 Traduction par Virgine Girard, À la recherche de B. Traven (Arles : Les Fondeurs de Briques, 2007)
  • GOLO, Traven, Portrait d'un anonyme célèbre (Bandes dessinées, Futuropolis, 2007)

[modifier] Liens externes