Web Analytics

Static Wikipedia: Italiano -Inglese (ridotta) - Francese - Spagnolo - Tedesco - Portoghese
 
Esperanto - Napoletano - Siciliano - Estone - Quality - New - Chinese Standard  - Simple English - Catalan - Gallego - Euskera
Wikipedia for Schools: English - French - Spanish - Portuguese
101 free audiobooks - Stampa Alternativa - The Open DVD - Open Bach Project  - Libretti d'opera - Audiobook PG

Grand Chelem de tennis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pour les articles homonymes, voir Grand Chelem.
Grand Chelem


Le Grand Chelem de tennis est constitué des quatre tournois majeurs du circuit international organisés par la Fédération internationale de tennis, à savoir : l'Open d'Australie, Roland-Garros, Wimbledon et l'US Open.

Actuellement, la spécificité de ces tournois faisant qu'ils sont les plus difficiles du circuit est qu'ils se déroulent chacun sur deux semaines consécutives (hors phases de qualifications pour les inscrits les moins bien classés) et que, pour les épreuves masculines (simples et doubles), chaque tour se joue en trois sets gagnants.

Réussir un Grand Chelem consiste à gagner ces quatre tournois la même année. Si seule la passe de trois est réalisée, on parle alors de petit Chelem.

Cependant, il existe dans les médias (notamment français) un abus de langage et source de confusion qui n'est autre qu'un raccourci journalistique et qui consiste à dire "remporter un Grand Chelem" en lieu et place de "remporter un tournoi du Grand Chelem".

Sommaire

[modifier] Historique

Le journaliste Allison Danzig semble avoir emprunté l'expression Grand Slam au bridge qu'il appliqua au tennis, lorsque Jack Crawford, qui avait remporté les Internationaux amateurs d'Australie, de France et de Grande-Bretagne, atteignit la finale des Internationaux amateurs des États-Unis à Forest Hills en 1933.

Il semblerait que le journaliste du New York Times Allison Danzig a utilisé cette expression (qu'il aurait, lui, emprunté au golf) après Kieran, après que Crawford eut perdu la finale face à Fred Perry.

Cette notion de Grand Chelem fut oubliée jusqu'en 1938, quand Donald Budge accepta de rester un an de plus chez les amateurs afin que les États-Unis conservent leur trophée en Coupe Davis, alors la plus prestigieuse épreuve du tennis amateur. À l'époque le tenant de la Coupe Davis ne disputait qu'une seule rencontre, le Challenge Round, signifiant pour le joueur du pays détenteur de la Coupe qu'il ne pouvait disputer que deux simples et un double au maximum dans l'année. Pour occuper son année, Budge décida de disputer les Internationaux amateurs des pays qui avaient remporté la Coupe jusqu'alors à savoir les États-Unis, la Grande-Bretagne (et les Îles Britanniques), la France et l'Australie (plus précisément l'Australasie à l'époque). À l'époque les déplacements des joueurs étaient très difficiles pour des raisons pécuniaires et de transport (aller en Australie nécessitait environ un mois) : Budge ne serait probablement pas allé en Australie s'il n'avait pas été invité par le président de la fédération australienne, Norman Brookes. Budge ne confia son objectif qu'à son partenaire de double, Gene Mako. En l'absence des meilleurs professionnels, interdits des tournois amateurs (jusque début 1968), comme Ellsworth Vines, Fred Perry ou Hans Nüsslein, Budge réussit le premier Grand Chelem amateur en 1938. Sa performance fut juste saluée par quelques lignes où le Grand Slam ne fut même pas évoqué. Cette expression n'a véritablement été popularisée qu'en en 1956 lorsque Lew Hoad fut à deux sets près de réaliser l'exploit.

Rod Laver reste à ce jour le dernier joueur à avoir réalisé le Grand Chelem. Il en a même remporté deux, en 1962 chez les amateurs, sans les meilleurs joueurs de l'époque comme Pancho Gonzales, Ken Rosewall ou Lew Hoad, déjà professionnels, puis en 1969, cette fois-ci pendant l'ère Open et en présence de tous les meilleurs.

Chez les femmes, seules Maureen Connolly (en 1953), Margaret Smith Court (en 1970) et Steffi Graf (en 1988) l'ont réussi. A noter qu'en 2006, la belge Justine Henin a participé aux finales des 4 levées du Grand Chelem mais n'en a remporté qu'un seul.

[modifier] Liste des différents Grand Chelems de l'histoire

Simple dames :

Simple messieurs :

Double dames :

Double messieurs :

Double mixte :

[modifier] Grand Chelem chez les juniors

Il est encore plus rare que chez les seniors. Toute disciplines confondues (filles et garçons) un seul joueur y est arrivé : Stefan Edberg en 1983 en simple.

[modifier] Grand Chelems sur deux ans

Gagner les quatre Grand Chelems en une année calendaire est rarissime.

Davantage de champions y sont parvenus sur deux saisons.

Simple dames :

Simple messieurs :

  • Aucun à ce jour

Double dames :

Double messieurs :

Double mixte :

[modifier] Liste des joueuses ayant gagné tous les tournois du Grand Chelem dans leur carrière

Doris Hart, Margaret Smith Court et Martina Navrátilová sont les seules joueuses à s'être imposé en simple, en double et en mixte dans les quatre tournois du Grand Chelem.

[modifier] Simple dames

[modifier] Double dames

[modifier] Double mixte

[modifier] Liste des joueurs ayant gagné tous les tournois du Grand Chelem dans leur carrière

Aucun joueur n'a remporté tous les tournois dans toutes les disciplines.

Roy Emerson les a gagnés en simple et en double ; Frank Sedgman, Bob Hewitt, Mark Woodforde et Todd Woodbridge en double et en mixte. Le joueur le plus proche de l'exploit (remporter chaque Grand Chelem dans les trois épreuves) demeure Frank Sedgman à qui il n'a manqué qu'une victoire à Roland-Garros en simple messieurs.

[modifier] Simple messieurs

[modifier] Double messieurs

[modifier] Double mixte

[modifier] Liens internes

[modifier] Liens externes

[modifier] Notes

  1. Steffi Graf a même ajouté le titre olympique à son Grand Chelem : la presse avait alors parlé de Golden Slam.
  2. La finale des Internationaux d'Australie n'ayant pas été disputée en 1965, le Grand Chelem n'est toutefois traditionnellement pas accordé à Margaret Smith.
  3. Navrátilová a gagné six tournois du Grand Chelem de suite, mais a échoué en Australie (à l'époque le dernier tournoi de l'année) pour compléter un Grand Chelem sur une année calendaire. Le président de la Fédération internationale de tennis, Philippe Chatrier, lui a cependant octroyé le chèque d'un million de dollars promis à celle ou à celui qui accomplirait l'exploit.
  4. Pendant longtemps, seul Roland-Garros ne se jouait pas sur gazon. Seul Agassi les a tous remportés sur quatre surfaces différentes.