Web Analytics

Static Wikipedia: Italiano -Inglese (ridotta) - Francese - Spagnolo - Tedesco - Portoghese
 
Esperanto - Napoletano - Siciliano - Estone - Quality - New - Chinese Standard  - Simple English - Catalan - Gallego - Euskera
Wikipedia for Schools: English - French - Spanish - Portuguese
101 free audiobooks - Stampa Alternativa - The Open DVD - Open Bach Project  - Libretti d'opera - Audiobook PG

Molly Malone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Molly Malone, aussi appelé Cockles and Mussels (les bucardes et les moules), est l'hymne officieux de la ville de Dublin. Il est chanté par les supporters de l'équipe de Dublin GAA et de l'équipe internationale de rugby. La chanson raconte l'histoire d'une belle poissonnière qui exerçait son métier dans les rues de Dublin, mais qui est morte de la fièvre alors qu'elle était encore jeune.

Statue de Molly Malone dans Grafton Street à Dublin
Statue de Molly Malone dans Grafton Street à Dublin

Une statue commémorative conçue par Jean Rynhart et située en bas de Grafton Street à Dublin a été érigée en son honneur pour fêter le premier millénaire de la ville en 1987. Cette statue est familièrement nommée « The Tart with the Cart » (la prostituée à la charrette). Elle représente Molly Malone comme une jeune femme à la poitrine plantureuse, habillée à la mode du XVIIe siècle et prétend montrer la véritable personne sur laquelle la chanson est basée. On justifie sa robe décolletée et sa poitrine généreuse en raison du fait qu'à l' époque de Molly, les femmes allaitaient en public et que de ce fait, leurs seins étaient visibles de tous.

Une légende urbaine a grandi autour de l'image de la Molly Malone historique qui a été présentée à la fois comme une marchande ambulante le jour et une prostituée à temps partiel la nuit, ou, au contraire, comme une des rares femmes marchandes ambulantes de son temps qui étaient chastes.

Cependant, il n'existe aucune preuve que la chanson soit basée sur une personne ayant réellement existé au XVIIe siècle, ou à n'importe quel autre moment, bien que certains affirment avoir localisé ses actes de naissance et de décès. Il y a sans aucun doute eu beaucoup de Mary ou de Molly nées à Dublin au cours des siècles, mais il n'y a rien qui puisse relier aucune d'entre elles aux événements évoqués dans la chanson. Il n'existe d’ailleurs aucune trace de cette chanson avant le début des années 1880, pendant lesquelles une œuvre composée et écrite par James Yorkston d'Édimbourg a été publiée. Elle est dans un registre tragi-comique habituel populaire à cette époque, probablement influencée par des chansons plus anciennes aux thèmes similaires, telle que My Darling Clementine de Percy Montross, qui a été écrite vers 1880.

Voici les paroles de la chanson :

In Dublin's fair city,
where the girls are so pretty,
I first set my eyes on sweet Molly Malone,
As she wheeled her wheel-barrow,
Through streets broad and narrow,
Crying, "Cockles and mussels, alive alive oh!"

"Alive-a-live-oh,
Alive-a-live-oh",
Crying "Cockles and mussels, alive alive oh".

She was a fishmonger,
And sure 'twas no wonder,
For so were her father and mother before,
And they ghost wheeled their barrow,
Through streets broad and narrow,
Crying, "Cockles and mussels, alive, alive oh!"

(chorus)

She died of a fever,
And no one could save her,
And that was the end of my Molly Malone.
Now her ghost wheels her barrow,
Through streets broad and narrow,
Crying, "Cockles and mussels, alive, alive oh!"

(chorus)

[modifier] Traduction

Dans la belle ville de Dublin
Où les filles sont si jolies
J'ai pour la première fois posé les yeux sur la douce Molly Malone
Alors qu'elle poussait sa charrette
À travers les rues larges ou étroites
En criant : « Coques et moules ! Fraîches, bien fraîches ! »


Refrain
Fraîches, bien fraîches
Fraîches, bien fraîches
En criant : « Coques et moules ! Fraîches, bien fraîches ! »


Elle était marchande de poisson
Mais pour sûr ça n'avait rien d'étonnant
Car c'est ce que son père et sa mère étaient
Et chacun d'eux auparavant poussait sa charrette
À travers les rues, larges ou étroites
En criant : « Coques et moules ! Fraîches, bien fraîches ! »


Refrain


Elle mourut d'une fièvre
Et personne ne put la sauver
Et ce fut la fin de ma douce Molly Malone
Mais son fantôme pousse sa charrette
À travers les rues larges ou étroites,
En criant : « Coques et moules ! Fraîches, bien fraîches ! »


Refrain

[modifier] Lien externe