Web Analytics

Static Wikipedia: Italiano -Inglese (ridotta) - Francese - Spagnolo - Tedesco - Portoghese
 
Esperanto - Napoletano - Siciliano - Estone - Quality - New - Chinese Standard  - Simple English - Catalan - Gallego - Euskera
Wikipedia for Schools: English - French - Spanish - Portuguese
101 free audiobooks - Stampa Alternativa - The Open DVD - Open Bach Project  - Libretti d'opera - Audiobook PG

Nantes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pour les articles homonymes, voir Nantes (homonymie).

47°13′N 1°33′W / 47.217, -1.55

Nantes
Logo de la Mairie de Nantes Blason de Nantes
Pays
drapeau de la France
     France
Région Pays de la Loire Pays de la Loire (chef-lieu)
Département Loire-Atlantique Loire-Atlantique (préfecture)
Arrondissement Nantes
Canton Chef-lieu de 11 cantons
Code Insee 44109
Code postal 44000, 44100, 44200 et 44300
Maire
Mandat en cours
Jean-Marc Ayrault
2008 - 2014
Intercommunalité Nantes Métropole
Coordonnées
géographiques
47° 13′ 05″ Nord
         1° 33′ 10″ Ouest
/ 47.21806, -1.55278
Altitudes moyenne : 8 m
minimale : 2 m
maximale : 52 m
Superficie 6 519 ha = 65,19 km²
Population sans
doubles comptes
281 800 hab.
(2005)
Densité 4 325 hab./km²
Aire urbaine 804 833 hab.
Gentilé Nantais, Nantaises.
Site www.nantes.fr
Carte de localisation de Nantes

Nantes (Naoned en breton et Naunnt ou Nàntt en gallo) est une commune française, chef-lieu du département de la Loire-Atlantique et de la région administrative des Pays de la Loire. Sixième plus grande ville de France, elle est située au sud-est de la Bretagne historique dont elle est la plus grande ville. Nantes-Saint-Nazaire a été désignée par l'état comme métropole d'équilibre dès 1963.

Sommaire

[modifier] Vue panoramique de Nantes depuis la butte Sainte Anne


On observe depuis la butte : le centre des Salorges, le dôme de Notre-Dame de Bon-Port, le Belem à quai ainsi que le Marité et le Maillé-Brézé, le quai de la Fosse, la Tour Bretagne, le clocher blanc de l'église Saint Nicolas, la cathédrale, le pont Anne-de-Bretagne enjambant le bras de la Madeleine de la Loire, la grue Titan jaune des anciens chantiers Dubigeon, le Tripode (aujourd'hui disparu), le quai des Antilles, la raffinerie de sucre Tereos (bleu et blanc), le hangar à bananes, les grues (Mofag et la Titan en pointe de l'Île de Nantes) du quai Wilson du port autonome, et, au sud de la Loire, la Cité Radieuse de Le Corbusier et l'église de Rezé.

[modifier] Géographie

Situation de la commune de Nantes dans le département de Loire-Atlantique
Situation de la commune de Nantes dans le département de Loire-Atlantique

Nantes est implantée dans la vallée alluviale de la Loire, au confluent de plusieurs rivières (47°13′05″N 01°33′10″W / 47.21806, -1.55278). Au nord, la plaine s'élève vers de petites collines du bocage de Bretagne, tandis qu'au sud se trouve le début de la plaine du marais breton. Les communes limitrophes sont : Bouguenais, Carquefou, La Chapelle-sur-Erdre, Orvault, Rezé, Saint-Herblain, Saint-Sébastien-sur-Loire, Sainte-Luce-sur-Loire, Treillières et Vertou (Nota : De toutes les communes limitrophes de Nantes, seule celle de Treillières ne fait pas partie de la Communauté urbaine de Nantes Métropole).

Nantes est situé a moins d'une heure en voiture de la côte atlantique et de grosses agglomérations que sont Rennes, Angers, Vannes, La Roche-sur-Yon, Cholet, etc.

[modifier] Topographie

Au sud du massif Armoricain, dans le domaine hercynien, Nantes est implantée sur la Loire, à environ 50 km à l'Est de son embouchure. La ville est présente sur les deux rives du fleuve mais la large majorité du territoire nantais se trouve sur la rive droite, au Nord. Les deux bras de la Loire se séparent au sud du cœur historique pour former l'Ile de Nantes. L'Erdre traverse la ville du Nord au Sud pour se jeter dans le fleuve, tout comme la Sèvre depuis le Sud.

Au Nord de la Loire, Nantes se caractérise par la présence du Sillon de Bretagne, une ligne de fracture liée à un plissement hercynien qui s'élève à 100 m de hauteur. La vallée formée par le fleuve vient le traverser au niveau de la butte Sainte-Anne.

Au Sud, on trouve les plateaux du Pays de Retz, qui ne dépassent pas les 30m.[1]

Le boulevard-périphérique, long de 43 km, contourne Nantes ainsi qu'une partie de sa banlieue en son intégralité. Les accès à la ville se font via les différentes portes qui jalonnent ce périphérique.

La commune s'étend sur 6 600 hectares, dont 1 100 hectares d'espaces verts et jardins publics.[2]

La Communauté urbaine de Nantes Métropole représente 24 communes pour un territoire de 52 336 hectares.[3]

L'aire métropolitaine de la métropôle Nantes-Saint-Nazaire s'étend sur 220 900 hectares le long de l'estuaire de la Loire

[modifier] Hydrographie

Du fait de sa position de confluent et des nombreuses îles et canaux qu'on y trouvait (île Beaulieu, île Sainte-Anne, île Feydeau, île Gloriette…), Nantes a longtemps été surnommée la Venise de l'ouest. La plupart des canaux et rivières de la rive nord ont été comblés ou recouverts au début du XXe siècle, les opérations les plus importantes étant à partir de 1929 le comblement du bras nord de la Loire et de la zone confluente de l'Erdre, déviée désormais par un canal souterrain toujours navigable.

L'agglomération nantaise est traversée par la Loire qui se divise en deux bras enserrant l'île de Nantes : celui de « la Madeleine » (au Nord) et celui de « Pirmil » (au Sud). Elle est également parcourue par l'Erdre, la Sèvre nantaise, la Chézine, le Gesvres et le Cens. On y trouve aussi un certain nombre de ruisseaux, pour la plupart canalisés et désormais généralement souterrains.

[modifier] Géologie

[modifier] Climat

Le climat nantais, et plus généralement de la Loire-Atlantique, est de type tempéré océanique. L'influence de ce climat est largement facilitée par l'estuaire de la Loire et l'absence de relief notable[4]. Les hivers sont doux et pluvieux et les étés relativement frais. Les pluies sont fréquentes mais peu intenses. Les précipitations annuelles sont d'environ 820 mm[5] et peuvent fortement varier d'une année à l'autre.

Ce climat est très favorable à la végétation comme en témoignent les parcs et jardins nantais.

Nantes est sous les vents de dominante ouest liés aux dépressions cyclonales de l'Atlantique. Leur direction est généralement de nord, nord-ouest et d'ouest. Les vents de sud-ouest et nord-est sont plutôt rares.

Par ailleurs, on note la présence de brumes matinales dans le fonds de vallée.

Climatologie de Nantes en 2007 :

Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures maximales moyennes (°C) 11.1 12.5 13.1 20.5 18.6 21.9 21.5 22.4 21.2 17 12.2 9.4 16.8
Températures minimales moyennes (°C) 5.4 6.3 4.2 9 11.1 12.9 13.5 13.1 9.6 8.4 3.8 2.1 8.3
Températures moyennes (°C) 8.3 9.4 8.7 14.8 14.9 17.4 17.5 17.8 15.4 12.7 8.0 5.8 12.5
Source : Climatologie mensuelle de 2007 - Nantes, France

[modifier] L'environnement à Nantes

La mer à 35 minutes en voiture, des espaces verts préservés, de nombreux cours d’eau, Nantes est une métropole « verte et bleue ». Régulièrement classée aux premières places des palmarès des villes « où il fait bon vivre » Nantes a su attirer de nouveaux habitants par sa vitalité culturelle et sa créativité. Un modèle de développement équilibré qui ne concède rien en somme.

[modifier] Urbanisme

Port de Nantes, escale du Marité (2004)
Port de Nantes, escale du Marité (2004)
L'île Feydeau
L'île Feydeau
La Tour Bretagne
La Tour Bretagne

Nantes est une ville construite « à l’horizontale » : en effet, les tours HLM de grande hauteur sont beaucoup moins nombreuses que dans les autres grandes villes françaises, d’où l’étalement important de la surface constructible. Cela n’empêche pas que la Tour Bretagne, en centre-ville, soit haute de 145 m ce qui en fait le deuxième plus haut building de province et le pyramidal Sillon de Bretagne, sur la commune voisine de Saint-Herblain, haut de 100 m sur 200 m environ de large. Il s'agit de l'un des plus grands HLM de France, véritable « ville dans la ville », qui abrite plus de 10 000 personnes.

L'un des plus grands projets d’urbanisme que la ville ait connu est la création du quartier Beaulieu dans les années 1970. Ce projet consistait à créer un grand quartier international d’affaires du côté est de l’île de Nantes, comprenant bureaux et logements. Mais le manque d’attractivité du projet auprès des entreprises et la crise économique ont entraîné un changement d’orientation du quartier et une ambition revue à la baisse. Une partie seulement du projet initial a pu être réalisée, faisant du quartier une zone principalement résidentielle, coupée du centre-ville. Le Tripode, l'un des grands immeubles de bureaux du quartier, a d’ailleurs été détruit le 27 février 2005, notamment à cause du fort taux d’amiante présent dans sa structure.

D'ailleurs, l’île de Nantes fait actuellement l’objet d’une vaste opération de rénovation urbaine[6]. Il s'agit d'un des plus vastes chantiers de réaménagement en France. La maîtrise d'ouvrage est assurée par la SAMOA (société d'économie mixte créée pour l'occasion) et la maîtrise d'œuvre est gérée par l’équipe d’Alexandre Chemetoff (Atelier Ile de Nantes). Il s’agit de redonner de l’attractivité à cet espace situé non loin du centre-ville, qui se trouve être entre autres l'un des nombreux anciens quartiers ouvriers de Nantes (les chantiers navals étaient tout proches, comme certaines entreprises de sidérurgie — Alstom), et d’une partie du quartier Beaulieu, notamment l’emplacement du Tripode, aujourd’hui détruit.

Une partie du quartier Malakoff/Pré-Gauchet (qui fait actuellement l’objet d’un Grand Projet de Ville[7], ou GPV) et est candidat à une convention avec l'ANRU, l’emplacement du Tripode et l’est du Champ de Mars, formeront le quartier Euronantes, quartier d'affaires européen où seront construits un hôtel de grand luxe, des bureaux, des logements, des équipements sportifs et de loisirs. Ils s’ajouteront à la gare TGV, au siège social de la banque CIO, à la Cité des Congrès et au siège de la Communauté urbaine de Nantes Métropole déjà existants.

L'aire métropolitaine Nantes-Saint-Nazaire est qualifiée de polycentrique.

[modifier] Démographie

Nantes est le centre d'une agglomération de 590 000 habitants et pôle central d'une aire urbaine de 804 800 habitants. Désignée en 1963 comme métropole d'équilibre, l'aire métropolitaine Nantes-Saint-Nazaire représente un ensemble de 847 376 habitants en 1999 (source INSEE-Agence d'Urbanisme de la Région Nantaise) dont la population à progréssée de 8,9% entre 1990 et 1999 soit un gain de 69 360 habitants. Positionant ainsi l'agglomération Nantes-Saint-Nazaire au 5ème rang national dérrière Paris, Lyon, Marseille-Aix et Lille, et au 36ème rang européen (Source : AURAN). Dans les années 1990, elle a été, parmi les grandes villes françaises, l'une de celles dont la population a le plus augmenté avec Montpellier, Toulouse et Rennes. Cette croissance se confirme puisque la métropole Nantes-Saint-Nazaire devrait rapidement rentrer dans le cercle trés fermé des agglomérations de plus de 1 000 000 d'habitants.

Évolution démographique
1801 1866 1921 1936 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005
75 000 111 956 183 704 195 185 222 810 240 048 260 244 256 693 240 539 244 895 270 251 281 800
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes

[modifier] Histoire

Icône de détail Article détaillé : Histoire de Nantes.

[modifier] Héraldique et devises de la ville

Armoiries de la ville de Nantes
Armoiries de la ville de Nantes
De gueules au vaisseau équipé d'or, habillé d'hermine, voguant sur une mer de sinople mouvant de la pointe et ondée d'argent, au chef aussi d'hermine.

Ces armoiries sont connues depuis le XVe siècle. L’hermine et sa moucheture typique est traditionnellement attribuée à la Bretagne, dont Nantes a été l'une des capitales. L'écu est timbré d'une couronne comtale et entouré d'une cordelière.
La Croix de Guerre et la Croix de Compagnon de la Libération ont été ajoutées au XXe siècle.

Depuis le XIVe siècle, la devise de la ville était Oculi omnium in te sperant Domine (« Les yeux de tous se tournent vers toi et espèrent, Seigneur »). À l'initiative d'un préfet, une nouvelle devise fut adoptée sous la Restauration : Favet Neptunus eunti, ce qui se traduit par « Neptune favorise ceux qui osent » ou encore par « Neptune favorise ceux qui voyagent » (cf. La France illustrée, 1882, de Malte-Brun). Cette devise fut approuvée par lettres patentes du roi Louis XVIII le 3 février 1816.
Cette devise est positionnée au dessus de l'écu, contrairement à l'usage.

Les couleurs de la ville sont le blanc et le noir. Ces couleurs sont reprises dans le logo actuel de la municipalité.

[modifier] Politique et administration

[modifier] Maires de Nantes

Article principal : Liste des maires de Nantes

L'actuel maire de Nantes est Jean-Marc Ayrault (PS). Élu depuis 1989, son dernier mandat, commencé en 2008, court jusqu'en 2014.

[modifier] Quartiers

Depuis 1995, la municipalité nantaise a divisé la ville en onze quartiers possédant chacun un "Comité consultatif" et des élus référents, ainsi qu'une équipe de techniciens municipaux. Ces quartiers sont composés de micro-quartiers. Voici les onze quartiers nantais :

  • Centre-ville (Nantes 1)
  • Bellevue-Chantenay (Nantes 2)
  • Dervallières-Zola (Nantes 3)
  • Hauts-Pavés-Saint-Félix (Nantes 4)
  • Malakoff-Saint-Donatien (Nantes 5)
  • Île de Nantes (Nantes 6)
  • Breil-Barberie (Nantes 7)
  • Nantes Nord (Nantes 8)
  • Nantes Erdre (Nantes 9)
  • Doulon-Bottière (Nantes 10)
  • Nantes-Sud (Nantes 11)

[modifier] Intercommunalité

Nantes appartient à une communauté urbaine, nommée Nantes Métropole, tout comme 23 communes voisines.

Les élus de la Métropole Nantes Saint-Nazaire ont choisi d’élaborer un Schéma de cohérence territoriale (SCOT) englobant cinq intercommunalités : Nantes Métropole, la Communauté d'agglomération de la région nazairienne et de l'estuaire (CARENE), la Communauté de communes Loire et Sillon, la Communauté de communes Cœur d'Estuaire et la Communauté de communes d'Erdre et Gesvres, totalisant 57 communes et 766 000 habitants. Ce document d’urbanisme orientera le développement de la métropole à l’horizon 2020. Une fois établi, il esquissera, dans une logique de développement durable, le futur de la métropole en terme de localisation des logements, de développement économique, de politique des transports, de protection de l’environnement… Localement, il pourra être précisé par des schémas de secteurs.

[modifier] Cantons

Nantes est divisée en 11 cantons. Tous sont constitués exclusivement d'une partie de Nantes, sauf le 10e canton qui inclut également la commune de Saint-Sébastien-sur-Loire. Leur population était en 1999 comprise entre 18 251 (11e canton) et 35 648 habitants (10e canton).

Pour le détail de ces cantons, voir l'article Cantons de la Loire-Atlantique.

[modifier] Région et département

Nantes est la préfecture à la fois du département de Loire-Atlantique et de la région Pays de la Loire.

[modifier] Nantes et la Bretagne

La question de l'appartenance administrative de Nantes — et plus généralement de la Loire-Atlantique — à la région Bretagne est régulièrement l'objet de débats.

Nantes est la plus grande ville de ce qui fut jadis le pays et la province de Bretagne, appartenance qui est toujours un élément constitutif de son identité.

Historiquement, les liens du pays nantais (Paeï de Nàntt en gallo, Bro Naoned en breton) et de la Bretagne sont nombreux, au point même qu'on vit les ducs de Bretagne faire de Nantes leur lieu de résidence principale (jusqu'au XVesiècle, comme en témoigne aujourd'hui encore la présence du Château des Ducs de Bretagne au cœur de la ville et le souvenir du château du Bouffay). Plusieurs ducs de Bretagne se sont fait inhumer à Nantes même (Alain II Barbetorte, Jean IV, Pierre II, Arthur III, François II, le cœur d'Anne…) ou dans l'abbaye voisine des Sorinières (Constance et sa fille Alix de Thouars), marque d'un choix affectif et politique.

En 1789, la suppression des anciennes provinces et la création des départements découpe la Bretagne en cinq départements ; la Loire-Inférieure (aujourd'hui Loire-Atlantique) est l'un de ces derniers.

En 1848, la Bretagne est brièvement recomposée par le mandat de commissaire général de la Bretagne qu'obtient le Nantais Michel Rocher, avec autorité sur les commissaires généraux (appellation qui venait de remplacer celle de préfet) des quatre autres départements bretons.

Au XXe siècle, les regroupements départementaux successifs (régions économiques « Clémentel » et régions touristiques créées en 1919, régions économiques créées en 1941 par le régime de Vichy, régions de programme de 1955 transformées ultérieurement en régions administratives) séparèrent à chaque fois la Loire-Atlantique des autres départements bretons. Nantes est à l'heure actuelle administrativement en région Pays de la Loire mais le débat politique persiste.

Certains découpages correspondent à la Bretagne historique à cinq départements comme celui judiciaire, Nantes dépendant de la cour d'Appel de Rennes, et religieux, le diocèse de Nantes suffragant de l'Archevêché de Rennes; et bien d'autres, administratifs ou commerciaux.

La question linguistique est également complexe. Dans l'Est de la Bretagne, appelé Bretagne Gallèse ou Haute-Bretagne, les langues d'oïl, le gallo et le français, furent largement majoritaires. Le gallo surtout utilisé dans les campagnes, le français dans les grandes villes. Dans celles-ci, et particulièrement à Nantes et à Rennes, la langue bretonne était peu présente et essentiellement parlée par les immigrants venus de Basse-Bretagne comme l'atteste des voyageurs du Moyen-Âge ou bien Jules Verne (de père parisien et de mère bretonne comme il l'écrivit) dans un descriptif du département de la Loire Atlantique. Dans le quartier de Chantenay, où l'immigration bretonnante fut importante, il y avait une procession où l'on chantait des cantiques en breton jusque dans les années 1950. Cependant, la presqu'île guérandaise fût majoritairement bretonnante, et bien que la langue fût en constant recul, Batz-sur-Mer devînt une enclave bretonnante jusqu'à la deuxième moitié du XXe siècle. Aujourd'hui, le breton reste implanté à Nantes via, notamment, l'école Diwan qui propose depuis 1978 un enseignement entièrement en breton, une école publique (les Marsauderies) et une école privée (Ste Madeleine) accueillent depuis 1998 les enfants dans un cadre bilingue. Le gallo est menacé de disparition. La langue dominante dans la ville (et le département) reste cependant le français.

[modifier] Économie

[modifier] CCI

Nantes héberge l'un des 2 sièges de la Chambre de commerce et d'industrie de Nantes et de Saint-Nazaire, principal acteur économique de la région qui regroupe les CCI de Nantes et de Saint-Nazaire.

Nantes est aussi le siège de la Chambre régionale de commerce et d'industrie des Pays de la Loire.

La métropôle Nantes-Saint-Nazaire possède assez d'atouts pour continuer d'attirer tant les grandes entreprises internationales en quête d'implantations nouvelles que de têtes "bien faîtes". La diversité de ses industries, la santé de ses services, la multiplicité de ses PME bien connectées à l'international et les progrès de son enseignement supérieur alimentent une croissance économique dont l'équilibre d'ensemble est aujourd'hui reconnu.

La proximité de la mer et la cohésion sociale d'un térritoire où, selon l'économiste Laurent Davezies, "la pauvreté est inférieure à celle que connaissent d'autres grandes villes françaises", assoient cet équilibre au delà des seuls critères économiques. Comme les nombreux évènements qui jalonnent l'année culturelle Nantaise et la qualité de l'environnement, elles renforcent aux yeux des cadres franciliens l'attrait d'une ville métropôle en passe de devenir, selon le géographe Jean Renard, Nantes est le "le pivot" de trois régions : Bretagne, Pays de loire et Poitou-Charentes

Avec 852 sièges sociaux d'entreprises de plus de 50 salariés en 2007, Nantes est la quatrième agglomération française sur cet indicateur derrière Paris, Lyon et Toulouse.

[modifier] Port Autonome

Paquebot Silver Whisper en escale quai Wilson à Nantes
Paquebot Silver Whisper en escale quai Wilson à Nantes

Le Port Autonome de Nantes-Saint-Nazaire (PANSN) est un établissement public de l'État français. Quatrième port français, il traite annuellement 34,1 millions de tonnes (chiffre 2007) de marchandises (dont 77 % de vracs énergétiques : produits pétroliers, GNL, charbon). Il occupe sur la ville de Nantes les terminaux de Cheviré (produits forestiers, sucre, engrais, ferraille) et de Roche-Maurice (céréales, engrais, fonte), représentant 10 % du total de ses trafics. Le quai Wilson, situé sur l'île de Nantes, accueille depuis 2002 des paquebots de croisière. Ses autres sites, en aval de l'estuaire, se situent à Donges, Montoir-de-Bretagne et Saint-Nazaire.

Nota : le territoire constituant le terminal de Cheviré forme une enclave nantaise, isolée sur la rive gauche de la Loire, celle-ci n'étant pas directement desservie au reste de la ville, on ne peut y accéder que depuis les communes de Bouguenais, Rezé ou Indre. Même les viaducs d'accès au pont de Cheviré qui se trouvent pourtant sur les emprises de ces deux terminaux portuaires (Cheviré et Roche-Maurice) ne leurs permettent pas un accès direct, puisque les échangeurs routiers du périphérique les plus proches se trouvent les territoires des communes de Saint-Herblain ("Porte de l'Estuaire") et Bouguenais ("Porte de Bouguenais").

[modifier] Éducation

[modifier] Rectorat de Nantes

L'Académie de Nantes dont le siège est situé dans les locaux du Rectorat à Nantes, regroupe cinq inspections académiques représentant chacune un des départements de la région des Pays de la Loire : Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe et Vendée.

L'Académie de Nantes emploie plus de 60.000 agents dont 86% d'enseignants, plus de 700.000 élèves et apprentis ainsi que plus de 100.000 étudiants.

En moyenne, l’équilibre enseignement public et enseignement privé s’établit autour du ratio 60%-40%.

[modifier] Enseignement supérieur

La ville compte plus de 44 000 étudiants dont plus de 35 000 au sein de l'Université de Nantes[8].

L'Université de Nantes possède deux pôles universitaires : Saint-Nazaire et La Roche-sur-Yon.

[modifier] Santé

  • Centre hospitalier universitaire de Nantes
  • Centre Régional de Lutte contre le Cancer René-Gauducheau à Saint-Herblain
  • Hôpital Beauséjour à Nantes ouest
  • Polyclinique de l'Atlantique à Saint-Herblain
  • Clinique Jules Verne (polyclinique) à Nantes Est
  • Nouvelles cliniques nantaises (polyclinique) à Nantes Sud / Rezé

[modifier] Transport

[modifier] Transports automobiles

[modifier] À l’échelon national

Nantes est un nœud routier et autoroutier important de la façade atlantique française, sur la route la plus simple depuis la Bretagne et la Basse-Normandie vers la Vendée et le Poitou. Elle se trouve sur l'axe de l'Autoroute des Estuaires (des Flandres au Pays basque).

La présence de l’estuaire de la Loire oblige les flux routiers à transiter par le boulevard périphérique de Nantes, régulièrement encombré aux heures de pointes le matin et le soir, qui contribue ainsi au développement des échanges routiers sur la façade atlantique. En effet, il n’existe pour l'instant aucun pont sur la Loire entre celui de Saint-Nazaire et celui de Cheviré où transitent plus de 95 000 véhicules chaque jour sur les 2x3 voies du pont. La transition sur la rocade nantaise pour se rendre du nord-ouest au sud-ouest est donc quasiment inévitable provoquant une circulation très dense lors de grands départs en vacances... C'est pour cette raison que le projet d'un second franchissement de la Loire entre Nantes et Saint-Nazaire est envisagé d'ici à 2025. Il supporterait à terme le deuxième périphérique de Nantes.

[modifier] En zone urbaine

La ville de Nantes s’est investie ces quinze dernières années dans une politique de réduction du trafic automobile en centre-ville.

À cette fin, le périphérique joue également une fonction importante dans la fluidification des trafics routiers urbains et péri-urbains. Sa réalisation a culminé par la construction du pont de Cheviré au-dessus de la Loire, en aval de Nantes. De nombreux autres ponts furent également créés afin de réguler la circulation.

Le boulevard périphérique de Nantes est le plus grand périphérique de France. Il permet de contourner Nantes par le nord et par le sud, il porte plusieurs noms : au nord, c'est l'autoroute A844, à l'ouest, la RN844, au sud, les RD145 et RD844, tandis qu'à l'est, c'est la RN249. Ce fractionnement montre sa construction par étape à partir des différentes axes principaux rejoignant Nantes.

La pénétrante est, constitué de l'autoroute A811, permet de relier l'échangeur numéro 22 de l'A11 à l'échangeur numéro 42 du périphérique (autre nom du boulevard) plus connu sous le nom de porte d'Anjou. Elle fut d'abord construite à 2x2 voies entre l'échangeur N°22 de l'A11 et l'échangeur de la Madeleine avec la RN23 (devenue D723 depuis 2006) et 2x1 voies entre cet échangeur et la porte d'Anjou. À la fin des années 1990 cette section fut portée à 2x2 voies. Elle fut l'unique accès à l'A11 depuis Nantes jusqu'à l'achèvement du prolongement de celle-ci jusqu'au périphérique Nord en 1993.

Plusieurs autoroutes radiales permettent d'accéder au périphérique Nantais : l'autoroute A11 vers Angers et Paris, l'autoroute A83 vers Niort et Bordeaux, la RN165 (future autoroute A82) vers Quimper et Brest (travaux de mise aux normes autoroutières par l'élargissement de la route à 2x3 voies entre Nantes et Savenay, avant 2x4 voies sur 1,5 kilomètre avant la bifurcation vers Saint Nazaire) et la RN137 (future autoroute A84) vers Rennes et Caen.

[modifier] Transports en commun

Le tramway de Nantes (rames récentes)
Le tramway de Nantes (rames récentes)

L'agglomération nantaise possède un réseau de transports en commun important géré par la Semitan et qui comporte en 2007 :

  • Un réseau de tramway qui est avec Montpellier et Paris l'un des plus vastes et plus fréquentés de France (notamment la ligne 2 qui est la 2ème plus fréquentée de France après la ligne 1 de Montpellier) [9], et qui totalise trois lignes (lignes 1, 2 et 3) sur 38 kilomètres.
  • Une ligne de Busway (ligne 4) de 7 kilomètres a été inaugurée le 6 novembre 2006[10]. (Une deuxième ligne, la ligne 5, devrait voir le jour dans les prochaines années).
  • Plus de 50 lignes de bus, dont trois lignes de Chronobus (les lignes 25 ; 32 et 86) et 3 lignes de bus « express » (vers Carquefou, Couëron et Vertou) sillonnent également Nantes et son agglomération.

Une ligne de tram-train sera mise en service à partir de 2010 sur l'ancienne liaison ferroviaire vers Châteaubriant, en même temps qu'une interconnexion entre les lignes 1 et 2 du tramway. Ce tram-train devant plus tard desservir le nouvel aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Enfin, Nantes possède aussi un transport en commun fluvial[11] avec trois lignes fluviales (les Navibus Loire, Erdre et Passeur) et deux services de bacs. Ces derniers sont gérés par le conseil général de la Loire-Atlantique. Ils relient d'une part, Le Pellerin à Couëron, et d'autre part, Indret à Basse-Indre (toutes deux sur la commune d'Indre). Ils permettent de traverser la Loire en aval du pont de Cheviré (sans utiliser celui-ci ni passer par le centre de Nantes).

[modifier] Transports ferroviaires

[modifier] À l’échelon national

Gare de Nantes (accès sud)
Gare de Nantes (accès sud)
Icône de détail Article détaillé : Gare de Nantes.

Nantes était historiquement reliée à deux réseaux ferroviaires nationaux au XIXe siècle : la Compagnie des chemins de fer d'Orléans, aboutissant à la gare d'Orléans, remplacée par l'actuelle gare SNCF ; et la Compagnie des chemins de fer de l'État, aboutissant à la gare de l'État devenue par la suite gare de marchandises. Les chemins de fer d'Orléans avaient également ouvert deux autres gares : la gare de la Bourse, desservant le centre-ville au niveau du quai de la Fosse, et la gare de Chantenay en périphérie ouest, sur la ligne de Nantes à Saint-Nazaire. La Compagnie de l'État avait de son côté ouvert la gare de Doulon, en direction de Brest, de Rennes, de Laval. Notons enfin que le Petit Anjou (ligne locale vers Angers et Cholet) disposait d'une gare, la gare d'Anjou, qui jouxtait la gare d'Orléans.

Aujourd'hui, Nantes est reliée par le réseau de la SNCF au reste de la France. La gare de Nantes est une station importante des lignes du TGV Atlantique sur la ligne Nantes-Paris. Lors des grands départs en vacances, la gare de Nantes est souvent saturée et frôle l'"asphyxie" . En effet elle ne peut pas s'agrandir du fait de sa situation géographique en plein centre de la ville et le projet d'un deuxième niveau souterrain a été abandonné.

Vers l'Ouest, pour rejoindre les gares du Croisic, de Vannes et de Rennes, la ligne passe sous le centre-ville, en tranchée couverte dans l'ancien lit remblayé du bassin de la Fosse puis en tunnel dans la roche de la Butte Sainte Anne à partir du niveau de la Médiathèque. Ce souterrain est classé parmi les plus dangereux, néanmoins de nombreux TGV y passent tous les jours. Il a remplacé en 1956 la ligne qui longeait la Loire et desservait la gare de la Bourse, sur les quais.

Une vingtaine d’allers-retours quotidiens sur Paris sont assurés. Le trajet Paris-Nantes sans escale est effectué en deux heures . C'est l'une des lignes ferroviaires les plus fréquentées de France avec plus de 30 millions de voyageurs depuis l'inauguration en 1989 du service du TGV sur cette ligne.

La ligne TGV dessert notamment entre Paris et Nantes, les villes du Mans et d'Angers. Après Nantes, deux lignes principales se constituent :

De Nantes, partent également des lignes secondaires TER vers Pornic, Challans et Saint-Gilles-Croix-de-Vie (via Sainte-Pazanne).

[modifier] En zone urbaine et périurbaine

Les neuf gares SNCF de l'agglomération nantaise sont accessibles avec la tarification des transports urbains TAN, les gares sont : Nantes, Saint-Sébastien-sur-Loire Pas Enchanté, Saint-Sébastien-sur-Loire Frêne Rond, Vertou, Thouaré, Mauves, Rezé Pt Rousseau, Bouaye, Chantenay, Basse-Indre - Saint-Herblain, Couëron.

Dans la décennie qui va suivre, la ligne SNCF en direction de Châteaubriant devrait être rouverte au trafic voyageur (pour plus de détails voir l'article : Ligne Nantes - Châteaubriant). Cet objectif étant accompagné par le projet l'interconnexion des lignes de tramway 1 & 2 au nord[12], (par le Pont de la Jonelière). Dans un premier temps un tram-train devrait notamment desservir, à l'horizon 2009-2010, les gares de La Chapelle-sur-Erdre, Sucé-sur-Erdre, Nort-sur-Erdre, ainsi que quelques arrêts supplémentaires spécialement créés pour l'occasion à Nantes et La Chapelle-sur-Erdre. Puis, dans les trois ans qui suivront, les gares d'Abbaretz, d'Issé et de Châteaubriant devraient être desservies à leur tour. La construction d'un tronçon vers le futur Aéroport du Grand Ouest situé à Notre-Dame-des-Landes et qui serait ainsi greffé à la ligne au niveau de La Chapelle-sur-Erdre, est aussi à l'étude.

[modifier] Transports aériens

[modifier] Aéroport Nantes Atlantique

Nantes possède un aéroport international, l’Aéroport Nantes Atlantique, situé au sud-ouest de l’agglomération, à cheval sur le territoire des communes de Bouguenais et Saint-Aignan-de-Grandlieu. Entre 1996 et 2006, le trafic de passagers est passé de 1,29 à 2,33 millions de passagers par an[13]. C'est le deuxième aéroport de province, après Lyon, pour les vols vacances (vols internationaux non réguliers dits « charter »), le sixième pour le trafic de passagers et le huitième pour le fret. En 2007, le trafic s'est établi à 2 596 580 passagers, soit + 7,13 % par rapport à 2006.

Comme l’axe des pistes, nord-est - sud-ouest, passe par le centre-ville, l'approche face à l'ouest (la plus fréquente vu le régime des vents) fait voler les avions très bas au-dessus de la ville.

[modifier] Projet d'un nouvel aéroport

En 2010, les travaux de construction d'un nouvel aéroport, l'Aéroport du Grand Ouest, devraient débuter à Notre-Dame-des-Landes.

Cet aéroport d'envergure internationale, est un besoin vital en matière d'économie et de transports pour la ville de Nantes. Son implantation stratégique, à Notre-Dame-des-Landes, au nord de l'agglomération nantaise permettrait un accès facile depuis Rennes et Nantes, du fait d'une interconnexion des 2x2 voies Nantes - Brest et Nantes - Rennes. De plus, une liaison express depuis Nantes et Rennes est envisagée (tram-train).

Fin Février 2008, la décision a été rendue publique, la construction du futur aéroport international va débuter en 2012, pour une mise en service prévue en 2015 selon l'avancement des travaux.

Celui-ci comportera deux pistes Est-Ouest parallèles, entre lesquelles s'installera un vaste complexe aéroportuaire moderne et fonctionnel, répondant aux exigences du marché. Dans le projet, est également prévu la replantation totale de la flore et la préservation de la faune, avec la création de 156 mares autour du secteur, ainsi que la création d'un chemin de randonnée pédestre.

[modifier] Transports maritimes

En plus des navibus de Loire et des Bacs, régis par la SEMITAN, la compagnie maritime "Marine & loire croisières" implantée à Nantes effectue des croisières-déjeuner commentées entre Nantes et St-Nazaire, ainsi que des balades dans le port de Nantes durant la période estivale.

Aucun projet de développement dans l'estuaire mise à part les navibus ou les bacs.

Au niveau fret en revanche, Nantes et St-Nazaire prévoient de développer des liaisons entre les différents terminaux du port de Nantes - St-Nazaire.

[modifier] La jeunesse nantaise

Plusieurs milieux différents s'y croisent : les strates aisées ainsi que la "jeunesse dorée" y ont leur place (le Guest - anciennement le Carrousel - , le Castel, le Loft, etc.). Ces derniers se reunissent généralement dans les quartiers chics de la ville (Cours Cambronne - Guist'hau - Monselet). Les jeunes des quartiers "défavorisés" se retrouvent lors de soirées organisées, collectives ou dans certaines boîtes de nuit (pour l'essentiel le Quai West, ...). Quant aux étudiants sans le sou : soirées Erasmus, sur les bords de l'Erdre, chez l'un ou l'autre, les bars de nuit tels que Le Lieu Unique (LU, l'ancienne usine), le 15 bis, Le Violon Dingue, L'Art-Scène, le Floride, le Remorqueur et autres bars à musique, slam et ambiance...

[modifier] Patrimoine et culture

Nantes a reçu le label ville d'art et d'histoire grâce à son patrimoine et sa culture majeure.

[modifier] Tourisme et patrimoine

Chateau des Ducs de Bretagne
Chateau des Ducs de Bretagne
Cathédrale de Nantes
Cathédrale de Nantes
Maison des Compagnons du Devoir et son clocher tors.
Maison des Compagnons du Devoir et son clocher tors.
La fontaine de la Place Royale
La fontaine de la Place Royale

Le patrimoine de Nantes est riche grâce à son histoire. Le Château des ducs de Bretagne est l'emblème historique de la ville. Les quartiers historiques possèdent de nombreux lieux et bâtiments qui permettent de retracer l'histoire de Nantes. Citons, la cathédrale, qui subit un important "lifting" depuis 5 ans ; ainsi que les différentes statues et autres colonnes, qui témoignent de l'histoire de cette ville chargée de mémoire. Le maire de Nantes, Jean Marc Ayrault, souhaite faire inscrire la ville et l'estuaire de la Loire au patrimoire mondial de l'UNESCO.

[modifier] Château des ducs de Bretagne

Le Château des ducs de Bretagne est situé sur la rive droite de la Loire dans le centre-ville de Nantes. Il était la résidence principale des ducs de Bretagne du XIIIe au XVe siècle. C'est une forteresse constituée de sept tours reliées par des courtines. L'intégralité du chemin de ronde est ouverte au public depuis sa réouverture en Février 2007, après 15 ans de fermeture. La cour possède plusieurs bâtiments datant du XVe, XVIe et XVIIIe siècle dont la résidence ducale construite en pierre de tuffeau. Le grand chantier de rénovation débuté en 1990 et terminé en 2007 offre un nouveau visage à l'ensemble architectural du château[14]. Un musée de l'histoire de la ville de Nantes s'est installé dans ces murs depuis la réouverture. Il rassemble des documents, des cycles de tableaux, des écrits... Le musée est doté d'un dispositif multimédia moderne, qui rend la visite plus simple et plus enrichissante, grâce à des documents photos, audio ou vidéos interactifs inédits.

[modifier] Quartiers historiques

Nantes à un avantage non négligeable, celui d'avoir su préserver un grand nombre de quartiers historiques, de toutes époques, contrairement à certaines grandes villes qui ont vu les leurs s'écrouler durant les guerres. Les quartiers historiques de Nantes possèdent de nombreux monuments. Les quartiers médiévaux de Decré et du Bouffay proches du château et de la cathédrale, à l'intérieur des limites de l'ancienne enceinte, datent du XVe siècle. Ils regroupent un ensemble de maisons aux façades à pans de bois, à colombages et à encorbellements, ou reconstruites en pierre au XVIIIe siècle dans le parcellaire médiéval.

Les quartiers du XVIIIe siècle dont les architectes sont Jean-Baptiste Ceineray et Mathurin Crucy est le cœur de la ville. On y retrouve plusieurs places comme la place Graslin avec l'Opéra magnifique et la brasserie La Cigale, la Place Royale, dont la majestueuse fontaine, les sols, les facades et les éclairages ont été rénovés totalement. Cette fontaine de bronze et de granit, représentant la Loire et tous ses affluents, elle symbolise la vocation fluviale et maritime de la ville, et la place du Maréchal-Foch. Ces places sont reliées par de larges perspectives comme le cours Cambronne ou le cours Saint-Pierre et Saint André. Ces quartiers regroupent aussi la préfecture de Région (ancienne Cours des Comptes de Bretagne), le palais de la Bourse qui abrita l'Office de tourisme puis aujourd'hui la FNAC et enfin l'île Feydeau (rue Kervégan, Temple du Goût, cour Ovale), urbanisée en un seul ensemble, comparable à l'Ile Saint Louis à Paris. Le quai de la Fosse et les rues qui y descendent, où se trouvaient les maisons de filles à matelots, est le témoin de l'ancien port de Nantes, qui commence à se réveiller en ce 21ème siècle.

Les quartiers du XXe siècle présentent aussi quelques monuments importants comme la maison des Compagnons du Devoir au sud de la gare, qui possède un très beau clocher tors, la tour Bretagne, l'Immeuble CGA et le Blockhaus DY10.

Le comblement des bras nord de la Loire et de l'Erdre canalisée (devenue le Cours des Cinquante Otages) à partir de 1929 a grandement altéré le caractère de la ville ancienne. Il faut s'imaginer le chateau des Ducs, la place du Commerce, les façades de l'Ile Feydeau et du quai de la Fosse en arrière des quais, au bord de l'eau. Une figuration de quais a été reconstruite le long de la face sud de l'Ile Feydeau. Un projet de restitution d'une partie du bassin de la Fosse est à l'étude.

[modifier] Lieux de culte

[modifier] Musées

Le premier mémorial à l'abolition de l'esclavage d'Europe sera construit dans la ville à partir de l'automne 2007 pour un coût annoncé de 6,5 millions d'euros. Il sera construit sous le quai de la Fosse entre le pont Anne-de-Bretagne et la passerelle Victor Schoelcher.

[modifier] Autres patrimoines

  • Patrimoine industriel
    • Les Machines de l'Île : attraction au succès grandissant, qui présente des machines toutes plus extraordinaires les unes des autres, telles que l'Eléphant, un concentré de technologie de 12 m de haut. Il barit, crache de l'eau, marche, et embarque 35 passagers dans son salon intérieur et sur son dos, pour une promenade sur la pointe de l'île...
    • Tour LU
    • Grues Titan classées au patrimoine maritime de la ville.
    • Ancienne Manufacture de Tabacs
    • Anciennne usine électrique Lamoricière
    • Hangar à bananes, réaménagé depuis l'été 2007, à l'extrémité de l'île. L'on y entreposait à l'époque les bananes venus d'Afrique. En Juin 2007, une discothèque, une crêperie - brasserie, un restaurnat japonais, un restaurant de gastronomie française, un hall d'exposition ainsi que 8 bars aux ambiances variées (des tropiques, à l'Irlande en passant par l'Afrique...) s'y sont installés. A découvrir sur le quai des Antilles, relooké pour l'occasion par une végétation tropicale, ainsi que par une vingtaine de grands anneaux lumineux rouges, bleus, jaunes et verts, disposés sur le rebord du quai.
  • Commerces de caractère
    • Passage Pommeraye est la rue la plus ancienne de Nantes, couverte d'une verrière, que l'on traverse par plusieurs séries d'escaliers en bois, en passant à côtés des belles statues qui gardent les boutiques.
    • Chocolaterie, rue de la Fosse
    • Ancien magasin Decré
  • Patrimoine environnemental

Nantes est une ville fleurie ayant obtenu quatre fleurs Image:Ville fleurie.svg Image:Ville fleurie.svg Image:Ville fleurie.svg Image:Ville fleurie.svg avec distinction Grand Prix au concours des villes et villages fleuris (palmarès 2006 et 2007).

Plusieurs parcs et jardins méritent une visite :

  • Patrimoine Social

C'est à Nantes que le scoutisme est expérimenté pour la première fois en France dès 1909 [15],[16] par Emmanuel Chastand. Une première unité d'adolescents, issu de la mission populaire évangélique, se développait du aux contacts privilégiés que les groupements d'unions chrétiennes avaient avec leur organisation dirigeante située en Angleterre, Berceau du scoutisme.

[modifier] Événements culturels

  • Estuaire édition 2007 / 2009 / 2011... en 2007, une trentaine d'œuvres d'art incroyablement originales étaient à découvrir en bateau tout au long de l'estuaire entre Nantes et Saint-Nazaire,
  • Le Festival Eidos du film d'environnement et de développement durable,
  • Le Festival des trois continents, dédié aux cinémas d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine,
  • La Folle Journée, festival de musique classique,
  • Les Utopiales, Festival international de Science-Fiction,
  • Le carnaval de la mi-Carême,
  • Les Floralies Internationales, Parc des Expositions de la Beaujoire,
  • Natura,
  • Artibat,
  • La foire internationale, Parc des Expositions de la Beaujoire,
  • Les manifestations Fin de siècle,
  • Les Rendez-Vous de l'Erdre,
  • Le festival Ram Dam A L'Ouest, qui se déroule 2 jours durant à la Cité Des Congrès,
  • Les Hip Op session durant 2 semaines sur la culture HipHop dans Nantes,
  • Le festival Tissé Métisse,
  • Le Printemps des Arts,
  • Les festivals des cinémas allemand, espagnol, britannique et italien au Katorza,
  • Le festival Scopitone,
  • Le festival I.D.E.A.L au Lieu Unique,
  • Le festival [Sonor] au Lieu Unique,
  • Le festival Nantes by Fac,
  • Le festival Bar-bars, fin mars,
  • Celtica,
  • Festival Juste pour rire,
  • La Nuit ICAM.
  • Gala de l'Ecole des mines de Nantes

[modifier] Théâtre de rue

[modifier] Salles

  • Le Théâtre Graslin, construit par Mathurin Crucy en 1788. La façade est composée de huit colonnes d'ordre corinthien.
  • Le Pannonica
  • Le Lieu Unique, aménagé par l'architecte Patrick Bouchain dans l'ancienne biscuiterie LU.
  • L'Olympic, dans un ancien cinéma de quartier construit en 1927.
  • La Carrière (à Saint-Herblain, à l'ouest de Nantes)
  • La Trocardière (à Rezé, au sud de Nantes)
  • Le Zénith, dont l'inauguration a eu lieu le 4 décembre 2006 est construit à Saint-Herblain, par l'Atelier d'architecture Chaix & Morel. C'est le 3e plus grand Zénith de France avec 8 500 spectateurs.
  • La Salle Onyx, par l'architecte Jean Nouvel, est aussi située à Saint-Herblain, zone Atlantis.
  • La Cité des Congrès
  • Le TNT (Terrain Neutre Théâtre), situé 11 allée de la Maison Rouge à Nantes.
  • La Bouche d'air ou salle Paul Fort.
  • Le T.U. - Théâtre Universitaire - salle de 300 places implantée sur le campus de l'université de Nantes. "Scène conventionnée théâtre" depuis 2001.
  • Le Grand T (anciennement Maison de la Culture de Loire Atlantique), salle de spectacles vivants, pièces de théâtre, spectacles de danse et de chant.
  • La Salle Vasse[2], une salle construite en 1886, actuellemnt salle municipale dont la direction artistique a été confiée à la Cie Science 89.

[modifier] Cinémas d'art et d'essai

  • Le Bonne Garde
  • Le Cinematographe
  • Le Concorde
  • Le Katorza
  • L'UGC Apollo (ce cinéma ne fait plus partie du paysage nantais car il n'était pas assez rentable). C'était le seul cinéma français à proposer des films à grand spectacle à 10 francs puis à 2 euros. L'UGC Apollo attirait une clientèle à majorité étudiante.)

[modifier] Autres Cinémas

[modifier] Films tournés à Nantes

[modifier] Musique

[modifier] Groupes et musiciens originaires de Nantes


Voir aussi Rock à Nantes

[modifier] Médias Nantais

[modifier] Presses locales

  • Ouest France, quotidien, payant
  • Pil', hebdomadaire culturel, payant en kiosque, gratuit
  • Presse-Océan/L'Éclair, quotidien, payant

[modifier] Télévisions locales

[modifier] Radios locales

[modifier] Les personnalités célèbres liées à Nantes

[modifier] Les Nantais d'origine

[modifier] Les Nantais d'adoption

[modifier] Sports

Icône de détail Article détaillé : Sport à Nantes.

[modifier] Vie Militaire

Unités militaires ayant tenu garnison à Nantes:

  • Etat-Major de la 11e Région Militaire, 1939
  • Etat-Major du 11e Corps d'Armée, (avant) 1906 - 1913 (jusqu'à ?)
  • Etat-Major de la 21e Division d'Infanterie, (avant) 1913 - 1939 (jusqu'à ?)
  • Etat-Major de la 22e Division d'Infanterie, 1913
  • 65e Régiment d'Infanterie, (avant) 1906 - 1939 (jusqu'à ?)
  • 3e Régiment de Dragons, 1906
  • 355e Régiment d'Artillerie Lourde Portée, 1939
  • 11e Légion de Gendarmerie, 1906

Unités militaires actuellement stationnées à Nantes:

[modifier] Jumelage, coopération et liens d'amitié

Nantes possède des accords de jumelage avec :

Elle nourrit des relations de coopération avec :

Elle entretient également des liens d'amitié avec :

[modifier] Citations

  • De l'écrivain André Breton : "Nantes : peut-être avec Paris, la seule ville de France où j'ai l'impression que peut m'arriver quelque chose qui en vaut la peine". Extrait de Najda ; Editions Gallimard, 1972.
  • De l'écrivain Julien Gracq : "Ville du vin, et non du cidre, presque autant vendéenne que bretonne, mais solidement accrochée et retenue aux dernières pentes du Sillon de Bretagne, n'aventurant qu'un pied peureux vers les grèves déjà méridionales de la rive gauche, elle semble regarder les rivages de Saint-Sébastien et de Trentemoult comme les lisières d'un pays de Cocagne, pays où elle puise sa sève populaire, pays qui la séduit et qui l'attire, mais dont un fleuve difficile lui a mesuré chichement les accès." Extrait de "La Forme d'une ville" ; Editions José Corti 2008.

[modifier] Notes et références

  1. nantes.fr, relief
  2. nantes.fr, géographie
  3. Nantes métropole, le territoire
  4. climat de Loire-Atlantique
  5. nantes.fr Climat
  6. [1]
  7. http://www.projets-urbains.nantes.fr/la_ville_de_demain/le_nouveau_malakoff/accueil-f-17.htm
  8. ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/dpd/atlas/atlas2006/atlas2006.pdf Atlas Regional des effectifs d'étudiant, Ministère de l'éducation
  9. Tramway de Nantes, Métropole de Nantes. Consulté le 22/10/2007
  10. Busway de Nantes, Métropole de Nantes. Consulté le 22/10/2007
  11. Navettes fluviales, Métropole de Nantes. Consulté le 22/10/2007
  12. TAN - Tramway, bus, navettes fuviales à Nantes. Tout sur le réseau de transports en commun de la ville de Nantes : les horaires, les plans, l'info trafic et toute l'actualité - Connexion des lignes 1 et 2 de tramway
  13. Aéroport de Nantes, Autorité de contrôle des nuisances sonores aéroportuaires. Consulté le 22/10/2007
  14. Renaissance d'un monument, Musée d'histoire de Nantes. Consulté le 22/10/2007
  15. Scouts et Guides en Bretagne editeur : Yoran Emmbanner Auteur : Christophe Carichon ISBN 978-2-916579-10-8
  16. thèse sur l'histoire de la mission populaire evangelique, auteur Jean Paul Morley
  17. La mairie de Cardiff se situe d'ailleurs sur le « Boulevard de Nantes »
  18. Une place de Sarrebruck a été baptisée « Place de Nantes »
  19. 프랑스 낭트시

[modifier] Voir aussi

Pages sur ce thème sur les projets Wikimedia :

[modifier] Liens externes


Les 24 communes de la Communauté urbaine de Nantes Métropole

Basse-Goulaine  · Bouaye  · Bouguenais  · Brains  · Carquefou  · La Chapelle-sur-Erdre  · Couëron  · Indre  · Mauves-sur-Loire  · La Montagne  · Nantes  · Orvault  · Le Pellerin  · Rezé  · Saint-Aignan-Grandlieu  · Saint-Herblain  · Saint-Jean-de-Boiseau  · Saint-Léger-les-Vignes  · Saint-Sébastien-sur-Loire  · Sainte-Luce-sur-Loire  · Sautron  · Les Sorinières  · Thouaré-sur-Loire  · Vertou