Vuoi aiutare economicamente questo sito? Spiacenti, non accettiamo donazioni. Sorry, we ar not for sale. We are not liber, we are free!
Puoi farlo indirettamente acquistando il libro "Debito Formativo" di Valerio Di Stefano.
Oppure, acquisendo un abbonamento Audible per i nostri audiolibri. O per gli e-book su Mondadori Store. Oppure su Kobo.
Oppure... anche no! (Niente monetine da 2 euro, niente pizza o focaccia. Il caffè ci rende nervosi.)


This website is referral for adsterra.com and popcash.net

Please visit our new website audiobookgratis.it and our new Bible Website. It's absolutely free!

Now you can download our classical and etnic music archives in just one clic.

Privacy Policy - Cookie Policy - Termini e condizioni di servizio



Static Wikipedia: Italiano - Inglese - Francese - Spagnolo - Tedesco - Portoghese - Olandese - Polacco -
Russo - CineseTurco - Svedese - Swahili - Afrikaans - Vietnamita - Ebraico - Greco - Arabo - Coreano -
 Finlandese - Winaray - Giapponese - Ungherese - Bulgaro - Farsi - Danese - Hindi -
 Lituano - Lettone - Catalano - Euskera - Esperanto - Estone -Norvegese -Rumeno -

 Static Wikipedia - Other Languages:  aa - aab - als - am - amg - an -  arc- as - ba - bar - bat - bcl -  be - bh - bi - bm - bn - bo - bpy - br - bs - bug -
bxr
 - cdo - ce - ceb - ch - cho - chr - chy - co - cr - crh - cs - csb - cu - cv - cy- diq - dib - dv - dzee - eml  - ext -
 fa - ff - fiu - fj - fo - frp - fur - fy - ga - gan - gd - gl - glk . gn - got - gugv - ha - hak  - hif - ho - hr -
hsb  - hy - hz -ia- id - ie - ig - ii - ik - ilo - io - is - iu - jbo - jv - ka - kaa - kab - kg - ki - kj - kk - kl -
 km - kn - kr - ks - ksh - ku - kv - kw - ky - la - lad - lb - lbe - lg - li - lij - lmo - ln - lomdf - mg - mh -
 mi - mk - ml - mn - mo - mr - mt - mus -my - myv - mzn - na - nh - nap - ne - nds - new -ng - nn - nov -
nrm - nv - ny - oc - om - or - os - pag - pa - pdc - pih - pi - pms - ps - qu - rm - rmy - rn - rw -
 sa- sah - sc -scn - sco -sd - se - sg - sh - si - simple - sk - sl - sm - sn - so - sr - srn - ss - st -
stq - su - szl - ta - te - tet - tg - th - ti - tk - tl - tlh - tn - to - tpi - ts - tt - tum - tw - ty -
udm - ug - uk - ur - uz - ve - vec - vi - vls - vo - wa - war - wo - wuu -xal - xh - yi - yo - za - zea - zu -



Other Static Wikipedia: .org - .it - .net - .eu - com - controversi.org - literaturaespanola.es - Quality articles
Wikipedia for Schools: English - French - Spanish - Portuguese
101 free audiobooks - Stampa Alternativa - The Open DVD - Open Bach Project  -
Liber Liber - PunchLibretti d'opera - Audioletture - Audible
Appunti di informatica libera - Conferenze - Audiobook PG - Bach Organ WorksEnglish PG -
Italiano PG - GNUtemberg - Guide LinuxAnonymous PG - Authors - ISO files -
Holy Bible: King James Version -  OnLine Bible - Spanish Reina Valera - French Segond -
World English Bible - KJV Concordances - Concordanza Biblica Normandie - Wikipédia

Normandie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pour les articles homonymes, voir Normandie (homonymie).
Normandie

Drapeau normand
(Détails)

Normandie#Blason de la Normandie
(Détails)
Devise nationale : « Diex Aïe ! » - « Que Dieu nous aide ! » l’origine est « Thor aïe », que Thor nous vienne en aide, à l’origine du nom du village de La Thuraye
Langues officielles Normandie continentale : français
Normandie insulaire : anglais, français
Autres dialectes normand, jersiais, guernesiais
Capitale historique Rouen
Souveraineté : France ; Îles Anglo-Normandes
Superficie
 - Totale
 - Continentale

[1]30 821 km2
[2]30 627 km2
Population
 - Totale (estim. 2005)
 - Densité

env. 3 300 000 habitants
env. 110 hab./km2 en moy.

La Normandie est un ancien pays d’Europe du nord-ouest de la France qui occupa tout d’abord la basse vallée de la Seine en 911, puis Le Mans et Bayeux en 924, le Cotentin, l’Avranchin et les îles de la Manche en 933. Duché de 911 à 1204, la partie insulaire (anglo-normande) de la Normandie, hormis Chausey, a formé les bailliages de Jersey et de Guernesey tandis que sa partie continentale (française) est devenue une province historique française après 1204.

Très stables, les frontières continentales de cette ancienne province concordent assez fidèlement, hormis quelques territoires incorporés aux actuelles Eure-et-Loir, Mayenne, Oise et Sarthe lors de la création des généralités et quelques communes enclavées échangées avec la Mayenne après la création des départements à la Révolution, avec le Calvados, l’Eure, la Manche, l’Orne et la Seine-Inférieure.

À l’époque contemporaine, la Normandie demeure un espace géographico-culturel dont trois collectivités territoriales portent le nom en partage : les deux régions administratives, sous souveraineté française, de Haute-Normandie et de Basse-Normandie ; le duché de Normandie, composé des bailliages de Jersey et de Guernesey, sur lequel les monarques de Grande-Bretagne exercent la souveraineté sous le titre de « duc de Normandie »[3].

Sommaire

[modifier] Histoire

Icône de détail Article détaillé : Histoire de la Normandie.
Tombeau de Rollon
Tombeau de Rollon

Suite à sa création en 911 par le Traité de Saint-Clair-sur-Epte entre le Viking Rollon et Charles le Simple, sur une portion de l’ancienne Neustrie définie par le traité de Verdun de 843, le duché de Normandie ajouta des territoires à l’ouest : en 924, la Normandie centrale (Bessin, pays d'Auge et Hiémois) ; en 933 le Cotentin et les îles, aujourd’hui « Anglo-Normandes », situées à l’Ouest du Cotentin. Celles-ci sont restées sous la souveraineté de la couronne britannique (la Normandie et l’Angleterre n’ayant fait qu’un de 1066 à 1204) contrairement à la partie continentale devenue française en 1204. Vers 1009, les terres entre Sélune et Couesnon auparavant disputées à la Bretagne, furent rattachées à la Normandie.

La Normandie fut un important duché, indépendant du royaume de France de 911 à 1204.

Descendant de Rollon, Guillaume le Conquérant envahit, en 1066, l’Angleterre, dont il devient le souverain, sous le nom de Guillaume Ier d’Angleterre, après avoir remporté la bataille de Hastings. L’Angleterre reste ainsi associée à la Normandie jusqu’en 1204, date à laquelle Philippe Auguste confisque les fiefs de Jean Sans Terre en vertu du droit féodal condamnant l’acte de félonie commis par ce dernier en épousant Isabelle d'Angoulême de force. Cependant, les rois d’Angleterre conservèrent les îles Anglo-Normandes dans leur patrimoine.

Honfleur : le vieux bassin, Calvados, Basse-Normandie
Honfleur : le vieux bassin, Calvados, Basse-Normandie

La conquête normande de l’Angleterre a permis le développement de la langue anglo-normande qui a donné naissance à une littérature anglo-normande très influente sur la littérature française. Ceci explique également que la langue anglaise contient de très nombreux emprunts lexicaux d’origine latine ou scandinave par le truchement de l’anglo-normand et de l’ancien français.

Icône de détail Article détaillé : Normands.

Les Normands essaimèrent et administrèrent des territoires souvent éloignés. Ils fondèrent des royaumes et des principautés en Méditerranée : Robert Guiscard et Roger de Hauteville en Sicile et Italie du Sud. Robert Burdet fonda une principauté en Espagne après avoir pris Tarragone aux Musulmans. Bohémond de Tarente fonda la principauté d'Antioche dont le territoire se situe dans les actuelles Turquie et Syrie.

Jean de Béthencourt a conquis les îles Canaries en 1402.

En 1625, Pierre Belain d'Esnambuc prit possession de la Martinique, la Guadeloupe, Saint-Christophe et Marie-Galante.

Icône de détail Article détaillé : Guerre de Cent Ans en Normandie.

Après la guerre de Cent Ans, la Normandie s’est reconstruite et a connu une période faste dans la première moitié du XVIe siècle : les campagnes se sont couvertes de manoirs et la prospérité a modifié le visage des villes. Les Grands ont construit de magnifiques hôtels urbains en adoptant rapidement le style de la Renaissance. Après 1550, les guerres de religion, puis l’alourdissement des impôts ont mis un frein à cette prospérité. La proximité de l’Angleterre, avec laquelle la France est souvent en guerre entre 1689 et 1815, fait de la Normandie une terre d’affrontements.

Administrativement, la partie continentale est restée un duché à part entière jusqu’en 1466, tout en relevant du royaume de France. Elle était alors partagée en bailliages, lesquels étaient subdivisés en vicomtés remontant à l’époque féodale et supprimés en 1744 seulement. Plus tard, un nouveau découpage en élections fiscales apparut, qui divisa la Normandie en deux, puis trois généralités : celles de Rouen et de Caen en (1542) et celle d’Alençon en 1636. La partie insulaire demeura partagée en deux bailliages de Jersey et Guernesey.

Avant la Révolution française, la province de Normandie française formait aussi, comme la plupart des anciennes provinces un gouvernement militaire de Normandie, exception faite d’un gouvernement particulier au Havre.

La province française fut ensuite partagée en 1790 en cinq départements : le Calvados, la Manche, l’Orne, l’Eure, et la Seine-Inférieure devenue Seine-Maritime.

En 1956, les trois premiers furent administrativement regroupés dans la région de programme de Basse-Normandie et les deux derniers dans celle de Haute-Normandie. Depuis, la réunification de la Normandie par le regroupement des cinq départements normands est un sujet récurrent dans les contestations du découpage régional.

À partir du XVIIIe siècle, l’industrialisation et la modernisation de l’agriculture ont transformé l’économie de la province.

Icône de détail Article détaillé : Bataille de Normandie.

La Normandie a beaucoup souffert des dévastations de la Seconde Guerre mondiale et du débarquement. De nombreuses agglomérations ont été détruites lors des bombardements alliés.

[modifier] Géographie

Carte de la Province de Normandie
Carte de la Province de Normandie

[modifier] Normandie continentale

La Normandie n’a pas d’unité géographique, se partageant entre deux grandes régions naturelles de formations très différentes du nord de la France : le bassin parisien et le massif armoricain. Cette répartition ne correspond d’ailleurs pas à la division entre les deux régions normandes car la limite traverse du nord au sud, les départements du Calvados et de l’Orne.

La diversité géologique a pour conséquence une certaine diversité des paysages, malgré tout limitée par la communauté de climat, tempéré et humide. De ce fait, certains paysages (prairies, bocages) se retrouvent à l’identique dans nombre de parties de la Normandie qui comprend un certain nombre de « pays » bien caractérisés.

L’habitat traditionnel est évidemment fortement influencé par la géographie et la géologie, qui déterminent les matériaux de construction disponibles. La chaumière normande typique (colombages de chêne, torchis, toit de chaume) se retrouve notamment du pays de Caux au pays d’Auge, la maison de brique vers l’est de la province, la maison de pierre calcaire dans le Calvados (plaine de Caen, Bessin, pays de Falaise) et l’Orne, celle de granit dans la Manche, l’ouest de l’Orne et le sud-ouest du Calvados (granit gris et granit rose), sans oublier quelques maisons en schiste en Suisse normande.

Les côtes maritimes présentent des aspects très divers : hautes falaises crayeuses du pays de Caux (Côte d'Albâtre), au pied desquelles s’étendent des plages de galets, de vastes plages de sable fin du Calvados (pays d'Auge et Bessin, Côte Fleurie, Côte de Nacre) et côtes variées de la Manche qui présentent à la fois des promontoires cristallins élevés dans le nord du Cotentin (cap de la Hague), des parties de littoral bas et sablonneux (vers Saint-Vaast et le Mont Saint-Michel).

La Normandie connaît une importante érosion de son littoral qui est en grande partie liée à l’anthropisation. Environ 60 % des plages de la région ont tendance à reculer[4]. L’érosion la plus active concerne le littoral compris entre la baie du Mont Saint-Michel et le cap de la Hague, à l’ouest du département de la Manche : le recul peut aller jusqu’à cinq mètres par an en moyenne[4]. Sur les falaises de craie de Seine-Maritime, le recul est de 20 cm/an en moyenne[4].

Carte des îles Anglo-Normandes de l’almanach de la Nouvelle Chronique de Jersey, 1891
Carte des îles Anglo-Normandes de l’almanach de la Nouvelle Chronique de Jersey, 1891

[modifier] Îles Anglo-Normandes

Les îles Anglo-Normandes furent sporadiquement peuplées de Bretons à partir du Ve siècle jusqu’aux invasions vikings. Elles ont fait partie du duché de Normandie à partir de 933. La reconquête française entreprise à la fin de la guerre de Cent Ans s’étant arrêtée à Cherbourg sans franchir la vingtaine de kilomètres d’eau qui séparait le continent de ces îles, celles-ci restèrent dans le duché de Normandie. À l’heure actuelle, le souverain britannique détenant parmi ses titres celui de duc de Normandie, les îles relèvent directement de la couronne britannique. Dépendances autonomes de la couronne britannique, politiquement divisées en deux bailliages distincts, Jersey et Guernesey ont gardé des traditions et des lois normandes.

L’expression d’îles Anglo-Normandes est une création française relativement récente pour désigner ce que les Normands appelaient « Les îles de la Manche » et que la langue anglaise continue de consacrer sous le nom de « Channel Islands ». N’ayant d’anglais qu’une de leurs langues officielles, elles ne font pas formellement parties du Royaume-Uni, ni conséquemment, de l’Union européenne. Les Minquiers et les Écréhou relèvent du bailliage de Jersey[3]. tandis que les îles d’Aurigny, Brecqhou, Sercq, Herm, Burhou, Casquets, Ortac, Jéthou et Lihou relèvent du bailliage de Guernesey. À l’Est du Cotentin, les îles Saint-Marcouf devenues un repère de pirates, furent concédées à la France par la couronne britannique en 1802.

[modifier] Les pays normands

Chaumière dans le Lieuvin
Chaumière dans le Lieuvin

Les principales régions naturelles et historiques (pays normands) sont :

Vaste plateau crayeux au nord de la Seine, à peu près délimité par le triangle Rouen-Le Havre-Le Tréport ; la côte sur la Manche forme de hautes falaises (Côte d'Albâtre) séparées par des valleuses et dont les échancrures abritent quelques ports, notamment Dieppe et Fécamp).

[modifier] Cours d’eau et parcs naturels

Icône de détail Article détaillé : Liste des cours d'eau normands.

Les cours d’eau de la Normandie sont la Seine et ses tributaires : Epte, Andelle, Eure, Risle, Robec ainsi qu’un nombre de fleuves côtiers : Bresle, Touques, Dives, Orne, Vire, Sée, Sélune, Couesnon. La Veules, plus petit fleuve de France, se jette à Veules-les-Roses, entre Dieppe et Saint-Valery-en-Caux, dans la Seine-Maritime.

Parcs naturels régionaux :

[modifier] Démographie

La Normandie compte plus de 3,15 millions d’habitants (normands) pour une densité de population proche de la moyenne nationale, soit environ 110 habitants au kilomètre carré. La population des îles normandes dépasse, quant à elle, les 150 000 habitants, soit environ 780 habitants au kilomètre carré.

[modifier] Toponymie

Icône de détail Article détaillé : Toponymie normande.

La Normandie abonde en noms de lieux d’origine scandinave.

[modifier] Géologie

L’organisation géologique de la Normandie d’est en ouest :

  • à l’est de la Seine-Maritime : Pays de Bray (Jurassique supérieur) et crétacé supérieur
  • à l’est de l’Eure : roches sédimentaires du tertiaire et du quaternaire
  • le reste de la Haute-Normandie : crétacé supérieur
  • à l’est et au nord du Calvados, à l’est de l’Orne : jurassique inférieur et moyen
  • socle cristallin à l’ouest (Manche, sud-ouest du Calvados, ouest de l’Orne, le gneiss d’icata en pointe de Hague, est la plus ancienne roche du Massif armoricain)

[modifier] Économie

Traditionnellement, l’économie bas-normande est très agricole tandis que la Haute-Normandie a vu se développer de gros pôles industriels.

La filière automobile est un gros employeur, avec 25 000 salariés en Basse-Normandie (PSA, Renault Trucks, Faurecia...), tandis que le premier employeur industriel haut-normand est Renault, qui dispose de quatre usines (Sandouville, Cléon, Grand-Couronne et Dieppe).

L’économie normande, du fait de la grande façade maritime sur la Manche, est fortement tournée vers la mer (pêche, transport maritime, trafic passagers...). Le Havre dispose ainsi d’un pôle logistique.

L’énergie est également un secteur important en Normandie, à travers notamment 3 centrales électronucléaires (Paluel, Flamanville et Penly).

La Normandie représente 60% des surfaces de lin textile en France.

Le tourisme est également une ressource importante.

[modifier] Techniques

[modifier] Transports

[modifier] Le réseau routier

Le Pont de Normandie
Le Pont de Normandie

[modifier] les routes européennes

[modifier] Le réseau autoroutier

[modifier] Le réseau ferroviaire

La Normandie est desservie par quatre lignes nationales : Paris - Rouen - Le Havre et Paris - Caen - Cherbourg, mais aussi Paris - Argentan - Granville et Caen - Le Mans - Tours.

Plusieurs lignes régionales existent, comme entre Lison et Pontorson (liaison Caen - Rennes), entre Serquigny et Oissel (liaison Caen - Rouen), entre Rouen et Dieppe, entre Rouen et Abancourt (liaison Rouen - Amiens), entre Abancourt et Le Tréport (liaison Paris - Le Tréport), entre Bréauté et Fécamp, entre Le Havre et Rolleville, et entre Lisieux, Trouville et Cabourg.

En plus de ces lignes ouvertes au trafic des voyageurs, certaines sont dédiées exclusivement au fret (par exemple la desserte d'Honfleur) ou bien fermées. Parmi ces dernières, on peut citer le cas des lignes Caen - Flers et Le Havre - Fécamp dont certains (et notamment les Verts) réclament une réouverture.

On peut aussi mentionner l'existence de quelques trains touristiques.

[modifier] Le transport maritime

Avec 600 km de côtes le long de la Manche, la Normandie dispose de l’axe maritime le plus fréquenté du monde. Elle constitue le troisième complexe portuaire européen et le premier complexe portuaire français avec cinq ports, dont les deux grands ports internationaux du Havre et de Rouen et les ports de Cherbourg, Caen et Dieppe. La moitié des transports internationaux maritimes de France et 60% du trafic de conteneurs français passent par ses ports.

La liaison avec la Grande-Bretagne et l’Irlande est assurée par les ports de Cherbourg (1,44 mi. passagers), Le Havre (1,15 mi. passagers), Caen (0,93 mi. passagers) et Dieppe (0,38 mi. passagers).

La desserte des îles Anglo-Normandes est assurée depuis les ports de Granville, Carteret et Diélette, vers Jersey (Gorey et Saint-Hélier), Guernesey (Saint-Pierre-Port), Aurigny et Sercq.

[modifier] Le transport fluvial

La Normandie représente 10% du trafic fluvial français. 13 millions de tonnes de marchandises transitent sur la Seine entre Le Havre et la région parisienne.

[modifier] L’avion

Il y a cinq aéroports internationaux en Normandie :

[modifier] Emblèmes et symboles

[modifier] Blason de la Normandie

Blason de la Normandie traditionnellement utilisé en France
Blason de la Normandie traditionnellement utilisé en France
les treis cats, présent en particulier sur les armoiries des îles Anglo-Normandes
les treis cats, présent en particulier sur les armoiries des îles Anglo-Normandes

L’écu rouge à deux léopards jaunes tournant la tête de face, blasonné de gueules à deux léopards* d’or l’un sur l’autre est l’emblème héraldique de la Normandie continentale. Dans les îles Anglo-Normandes, les deux bailliages de Jersey et de Guernesey qui constituent la Normandie insulaire portent un blason à trois léopards, comme celui de Richard Ier d’Angleterre, dit plus tard Richard Cœur de Lion, roi d’Angleterre et duc de Normandie. Lequel des deux blasons est le plus ancien demeure un sujet de polémique et de recherche historique pour certains.

Henri II Plantagenêt aurait porté comme comte d’Anjou un long bouclier bleu chargé sans doute de 8 lionceaux d’or (comme on peut encore l’admirer au Mans sur la plaque funéraire de son père Geoffroy Plantagenêt) puis les aurait réduits à deux lions, la taille des boucliers s’étant raccourcie. Le premier sceau de son troisième fils Richard Cœur de Lion ainsi que des témoignages contemporains attestent qu’il fit d’abord usage d’un écu à un seul lion. De retour en Angleterre en 1194, il adopta un nouveau sceau à trois lions/léopards posés l’un sur l’autre. L’une des hypothèses est que Richard aurait introduit le troisième léopard tiré du blason de sa mère Aliénor d'Aquitaine. Les ducs d’Aquitaine n’ayant qu’un seul léopard. Toutefois, on ne connaît pas de représentation héraldique à deux léopards avant Richard autre que l’écu de son frère Jean sans Terre comme comte de Mortain avant son accession au trône. Lorsque la Normandie continentale est devenue française, Philippe Auguste a importé l’héraldique royale, tandis que le duché de Normandie insulaire (îles Anglo-Normandes) a conservé le blason à trois léopards, emblème familial que les Plantagenêts n’avaient aucune raison de modifier.

Parmi les ducs de Normandie issus des Capétiens, donc Français et lors non reconnus par les Normands Jean le Bon porta les armes des Valois (de France ancien à la bordure de gueules), et son fils Charles, duc de Normandie et dauphin de Viennois porta un écartelé de Valois et de Viennois. Au XIVe siècle, les armoriaux présentent déjà l’écu à deux léopards d’or pour la Normandie. Mais il a fallu attendre 1465 pour voir officiellement apparaître les deux léopards dans les armes d’un duc de Normandie, avec Charles de France, jusqu’en 1466. Nanti du titre de duc de Normandie de 1785 à 1789, le fils de Louis XVI a, quant à lui, porté un écartelé de France et de Normandie à deux léopards. Notons que Robert d’Alençon, comte du Perche (+1371) semble avoir parti ses armes d’Alençon ancien brisé d’un châtelet et de Normandie à deux léopards.

* Léopard est le nom que les héraldistes continentaux donnent au lion passant de profil mais dont la tête est tournée vers le spectateur. Une légende plaisante fait de cet animal fantastique (sans aucun rapport avec le léopard des zoologues) le bâtard d’une lionne et d’un pard, qui est le mâle de la panthère (elle-même genre de dragon crachant du feu). Il convenait donc aux Capétiens de se moquer des Plantagenêts et de leurs léopards « bâtards », que les Anglais décrivent bien sûr comme des lions et les Normands plus familiers comme des « p’tits cats ».

[modifier] Drapeaux normands

Icône de détail Article détaillé : Drapeau normand.
Le drapeau normand
Le drapeau normand
Le drapeau du Mouvement normand
Le drapeau du Mouvement normand

Quatre drapeaux sont actuellement en usage en Normandie.

  1. Le drapeau reprenant le blason rouge à deux léopards jaunes (surnommé en normand les p’tits cats), que hissent la plupart des mairies et autres collectivités territoriales normandes, dont les deux conseils régionaux. Il est très majoritairement reconnu comme emblème de la Normandie depuis longtemps et se voit partout. Sa popularité et son importante diffusion sur tout support tient à ce qu’il est identique aux armoiries de la Normandie continentale, blasonné "de gueules à deux léopards d’or", qui a donné au fil du temps la bannière carrée puis le drapeau et le pavillon actuels. C’est, en tant que blason, l’emblème séculaire de la Normandie, souvent confondu avec le drapeau.
  2. Le litige historique sur le blason normand a amené certains à préférer un drapeau rouge à trois léopards jaunes (surnommé en normand les treis cats), malgré la confusion avec les emblèmes de l’Angleterre induite par ce choix.
  3. Le drapeau normand ou drapeau à croix de Saint-Olaf, est un drapeau rouge orné d’une croix dite de Saint-Olaf, à croix rouge bordée d’or, allongée au battant à la manière des drapeaux des nations scandinaves, c’est-à-dire suivant le modèle des drapeaux des pays et régions nordiques. Ce drapeau a été créé par Jean Adigard des Gautries en 1939. En raison du manque de notoriété du drapeau de Saint-Olaf à ses débuts, certains par aculturation, y ont inséré deux léopards dans le premier quartier de manière à ce qu’il soit plus facilement identifiable comme emblème normand. On le voit sur différents supports, bien que la grande majorité des Normands fasse usage des p’tits cats.
  4. Les deux bailliages de Jersey et de Guernesey et leurs dépendances font usage de leur propre drapeau.

[modifier] Hymnes normands

Icône de détail Article détaillé : Ma Normandie.
Carte de la Normandie datant de 1758
Carte de la Normandie datant de 1758
  1. La chanson Ma Normandie, de Frédéric Bérat, se chante volontairement en tant que chant régional dans la Normandie continentale, et officiellement à Jersey.
  2. La chanson Sus la mé (sur la mer) d’Alfred Rossel est surtout chantée dans le Cotentin. C’est une chanson écrite en normand.

[modifier] Régionalisme

L’activité du régionalisme normand vise essentiellement à mettre fin à la partition de la Normandie datant de la création des régions administratives françaises en 1956 et d’obtenir la réunification des actuelles régions de Haute et de Basse-Normandie.

[modifier] Culture

Il existe des groupes qui présentent des danses folkloriques normandes.
Il existe des groupes qui présentent des danses folkloriques normandes.
Icône de détail Article détaillé : Culture de la Normandie.

[modifier] La langue normande : les langues normandes

Le Coup d’œil purin, une satire polémique dans la langue normande, éditée à Rouen, en 1773
Le Coup d’œil purin, une satire polémique dans la langue normande, éditée à Rouen, en 1773
Icône de détail Articles détaillés : Normand et Normand méridional.

La Normandie est partagée entre deux langues officielles usitées au quotidien : le français (en France) et l’anglais (dans les îles Anglo-Normandes). Chaque langue est toutefois mâtinée d’expressions et de mots locaux tirés des langues régionales (voir aussi français de Jersey).

La principale langue régionale de Normandie est le normand, qui comprend plusieurs formes linguistiques (voir ligne Joret). De nos jours, le normand s’entend le plus souvent dans le Cotentin[5]et le Pays de Caux, ainsi qu’aux îles Anglo-Normandes comme le jersiais et le guernesiais. Alfred Rossel, Louis Beuve (1869-1949), Côtis-Capel (1915-1986) et Marcel Dalarun (né en 1922), poètes cotentinais, en sont des figures connues.

[modifier] Le terme « Normand » dans la langue française

[modifier] Adjectivations

Armoire normande ; campagne normande ; cheval normand ; vache normande ; côte normande ; incursions normandes ; maison normande ; réponse normande ; trou normand.

[modifier] Substantivations

  • Normande n. f. Caractère de typographie créé par Haas en 1875, de la famille des didots très gras aux déliés et aux empattements très fins utilisés pour les titres, sous-titres, divisions de chapitre ou pour faire ressortir certains passages.
  • Normande f.s. Charrue du Pays de Caux, utilisée aussi en Flandre, et revenue en France sous le nom de Brabant.
  • Normand m.s. Monnaie d’or ancienne (le poulet dit "chapon du Mans", valait 1 normand ½, soit 1 écu français ½, ou 1 mansais).
  • Normander (adj. Normandé) v.a. Nettoyer le grain battu.
  • Normandisme ou Normanisme n. m. façon de parler particulière aux Normands.

[modifier] Locutions familières

  • « Avoir la bosse normande » : avoir la bosse du commerce.
  • « Bâti comme une armoire normande » : se dit d’une personne bien charpentée, au torse trapu.
  • « C’est un fin Normand » : c’est un homme très adroit, très rusé et à qui il ne faut pas se fier.
  • « Cadet de Normandie » : personne peu fortunée, en référence à l’usage qu’en Normandie les aînés ayant presque tout le bien de la famille, il en restait fort peu à leurs cadets.
  • « Être adroit comme un prêtre normand » : être fort maladroit (jeu de mots sur le nom de saint Gaucher, prêtre normand).
  • « Opinion de Normand » : conviction déterminée selon les aléas de la conjoncture.
  • « Réconciliation normande » : réconciliation simulée.
  • « Répondre en Normand » : ne répondre ni oui ni non[6], comme dans l’adage caricatural « p’têt ben qu’oui, p’têt ben qu’non ».
  • « Réponse normande » : réponse exprimée en termes ambigus.

[modifier] Expressions

  • « Champagne normand » : cidre bouché.
  • « Vendanges normandes » : période de récolte des pommes à cidre.

[modifier] Proverbes

  • « La Normandie fait le Normand »
  • « Le Normand tourne autour du bâton, le Gascon saute par-dessus »
  • « Un Normand a son dit et son dédit » : les Normands ne s’engagent pas facilement, par allusion probable à la coutume normande accordant vingt-quatre heures pour se dédire d’un marché.

[modifier] Métrique

  • « Rime normande » : rime d’un mot en er (é), souvent un infinitif, avec un mot en er (èr’) ou en air, comme de « chanter » avec « la mer » ou « voler » avec « en l’air ». Cette licence largement pratiquée par la Pléiade et les poètes du XVIIe siècle repose sur une tradition qui voulait qu’en déclamation, on prononce le r final des infinitifs à la rime.

[modifier] Citations

Soutenons bien nos droits, sot est celui qui donne ;
C’est ainsi devers Caen que tout Normand raisonne
BOILEAU. Épîtres, II.
Ne soyez à la cour, si vous voulez y plaire,
Ni fade adulateur, ni parleur trop sincère ;
Et tâchez quelquefois de répondre en Normand,
LA FONTAINE. Fables, VII, 7.
« Lorsque les Normands […] eurent pendant plusieurs siècles ravagé la France, ne trouvant plus rien à prendre, ils acceptèrent une province qui était entièrement déserte et se la partagèrent. »
MONTESQUIEU. Grandeur et décadence des Romains, XIX.
« Le sang des Danois et des Francs mêlé ensemble, produisit ensuite dans ce pays ces héros qu’on vit conquérir l’Angleterre, Naples et Sicile. »
JAUCOURT. Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, vol. 11, p. 228.
« L’esprit guerrier et chicaneur, étranger aux Anglo-Saxons, qui a fait de l’Angleterre après la conquête, une nation d’hommes d’armes et de scribes, c’est là le pur esprit normand. Cette sève acerbe est la même des deux côtés du détroit. »
MICHELET. Histoire de France, III.
« la vieille et puissante race qui envahit la France, prit et garda l’Angleterre, s’établit sur toutes les côtes du vieux monde, éleva des villes partout, passa comme un flot sur la Sicile en y créant un art admirable, battit tous les rois, pilla les plus fières cités, roula les papes dans leurs ruses de prêtres et les joua, plus madrée que ces pontifes italiens… »
MAUPASSANT. Monsieur Parent.

[modifier] Gastronomie

Palais de la Bénédictine, Fécamp, Seine-Maritime
Palais de la Bénédictine, Fécamp, Seine-Maritime
Icône de détail Article détaillé : Cuisine normande.

La gastronomie normande repose sur les quatre principaux produits de ses terroirs : la pomme, le lait, la viande et les fruits de mer. Ces abondants produits constituent la base de nombreuses spécialités régionales.

Région cidricole, la Normandie utilise les pommes, le cidre et le calvados dans sa cuisine. Le poiré et l’alcool de poire s’y produisent également. Ancienne région viticole, elle utilise également le raisin.

L’eau-de-vie de cidre, appelée Blanche, fut surnommée calvados (par soucis de parisianisme), a sa renommée. Le pommeau, apéritif à base de calvados et de cidre, est exporté de plus en plus.

La vache normande et la jersiaise sont connues pour la qualité de leur lait dont dérivent les produits laitiers de la région et surtout ses fromages.

La Normandie est la première région productrice d’huîtres, de moules et de coquilles Saint-Jacques de France

La Normandie est la terre natale de Guillaume Tirel dit Taillevent, auteur d’un des premiers livres de cuisine : Le Viandier.

Le trou normand est un petit verre de calvados avalé d’un seul coup en plein milieu du repas pour stimuler l’appétit.

[modifier] Produits gastronomiques

Produits de la mer : fruits de mer, huîtres, moules, coquilles Saint-Jacques et homard du Cotentin ; coquilles Saint-Jacques de Dieppe, Grandcamp-Maisy, crevettes de Fécamp, Dives-sur-Mer, Courseulles-sur-Mer, Arromanches-les-Bains, Houlgate, Saint-Vaast-la-Hougue, Cherbourg, Honfleur, baie du Mont Saint-Michel ; huîtres de Saint-Vaast-la-Hougue, Isigny-sur-Mer, Granville ; demoiselles (petit homards) de Cherbourg ; carrelet, cabillaud, lieu, turbot, barbue, sole, hareng, lisette (petit maquereau), bar de ligne de Dieppe, Fécamp.

Viande : mouton et agneau de pré-salé ; veau fermier ; porc fermier ; volailles fermières.

Charcuterie et abats : andouille de Vire ; andouillette d'Alençon ; boudin noir de Mortagne ; boudin blanc d’Essay, d’Avranches ; cervelas de L'Aigle ; jambon du Cotentin, de Valognes ; pied de mouton de Neubourg ; rillettes d’oie d’Évreux ; sanguette d’Alençon ; tripes à la mode de Caen, en brochette de La Ferté-Macé, à la crème de Coutances, à la mode d’Authon-du-Perche, à la crème de Longny

Fromage : Bondard, Bouille, Boursin, Brillat-savarin, Camembert, Carré de Bray, Carré frais, Cormeillais, Coutances, Excelsior, Demi-sel, Fin de siècle, Livarot, Neufchâtel, Pavé d’Auge, Pavé du Plessis, Petit Suisse, Pont-l'Évêque, Trappe de Bricquebec.

Produits laitiers : Crème d’Isigny ; Beurre d’Isigny, Sainte-Mère-Église, Valognes.

Légumes : carotte de Créances ; poireau de Créances.

Fruits : pomme Calville, Reinette de Granville ; poire Doyenné et Figue d’Alençon, Louise Bonne d’Avranches, Passe-Crassane de Rouen ; cerise de Duclair

Boissons : cidre du Pays d'Auge ; calvados du Pays d'Auge, du Domfrontais, Prai dit poiré, pommeau, Bénédictine (de Fécamp), noyau de Vernon, flip (mélange de cidre, sucre et eau de vie), l'Halbi (mélange égal de cidre et de poiré), et le Posset (mélange égal de lait et de bière). Reste des vignobles de Normandie à Saint-Pierre-sur-Dives, un cru dit "château la Lie", cépage blanc de bonne facture, et un autre confidentiel de rouge aux environs de Dieppe.

Confiserie : berlingots de Falaise ; bouchons d’Alençon ; caramels à la crème de camembert ; caramels d'Isigny ; chiques à la menthe de Bayeux ; confiture de lait ; sucre de pomme de Rouen ; gui-gui de Saint-Aubin-sur-Mer ; crottins du haras ; diamants normands ; étriers normands ; galets du Havre ; pâtes de fruits de l’Abbaye Notre-Dame de la Protection ; pierres (ou « vieux pavés ») de Notre-Dame d’Alençon ; truffes à la Bénédictine ; truffes au calvados.

[modifier] Spécialités culinaires

Camembert
Camembert

Entrées : andouille chaude à la Bovary ; crêpes Saint-Pierre au pommeau ; croquettes de camembert ; feuilleté d’andouille, au camembert ; ficelle du pays de Caux, fondue normande ; harengs marinés de Honfleur ; œufs brayons ; omelette de la mère Poulard ; quiche de Honfleur ; salade cauchoise ; salade normande ; soufflé de crevettes ; soupe à la graisse, à l’échalote d’Avranches, de moules d’Étretat, de saumon du Mont-Saint-Michel, paysanne de Mortain ; tarte au camembert, de boudin noir aux pommes.

Viande : cailles flambées au calvados ; canard vallée d’Auge (rôti accompagné d’une sauce aigre-douce à la gelée de pommes), au cidre, aux griottes, en terrine, à la rouennaise (à la presse ou rôti avec une sauce au vin rouge épicée et liée au foie du canard) ; côte de bœuf de Coutances ; escalope de veau vallée d’Auge ; gigot d’Yvetot (bouilli avec sauce blanche aux câpres) ; lapin à la cauchoise (mariné au vin blanc), à la normande (à la moutarde et au calvados) ; oie en daube d’Alençon ; pied de porc d’Argentan ; pieds de mouton à la rouennaise (désossés et farcis de chair à saucisse panés et accompagnés d’une sauce rouennaise) ; pintade vallée d’Auge, gratinée des Andelys ; poule au blanc ; poulet vallée d'Auge, sauté d’Yvetot

Poisson : alose farcie de Caudebec ; anguilles du Marais Vernier ; barbue à la dieppoise ; cabillaud à la cauchoise, à la dieppoise ; vignots a la façon de Chausey, à la mode du Tréport ; chaudrée dieppoise ; coquilles Saint-Jacques à la dieppoise, à la rouennaise ; demoiselles de Cherbourg à la nage ; dorade à la granvillaise ; galettes fécampoises (galettes de morue et pommes de terre panées) ; harengs à la dieppoise, à la fécampoise ; à la rouennaise, à la tréportaise ; huîtres chaudes au pommeau ; maquereaux à la dieppoise ; marmite dieppoise ; matelote de Honfleur, de Villerville ; morue à la cherbourgeoise ; merlans à la dieppoise, à la mode de Cherbourg ; saumon à la normande (au cidre) ; sole dieppoise, de Deauville, à la rouennaise, vallée d’Auge, de Villerville ; turbot à la fécampoise, à la havraise ; moules à dieppoise ; truites à la bessinoise, à la cauchoise, de Lisieux.

Sauces : sauce à la cauchoise (écrevisses, moules, huîtres, champignons), sauce à la dieppoise (moules, crevettes, champignons, vin blanc), sauce normande, sauce rouennaise.

Boulangerie : baguette argentanaise ; garot ; pain brié ; pain de Cherbourg ; pain garrot du Cotentin ; pain de Dieppe.

Pâtisserie : aumônières de pommes au calvados ; bec de Flers ; beignets aux pommes ; bourdelots ; brandon ; brasillé ; brioche d’Évreux, de Gisors, du Vast, de Moulins-la-Marche, de Gournay ; chartreuse de pommes ; douceur argentanaise ; douillons ; duchesses de Rouen ; Fallue ; feuilleté aux pommes à la normande ; flan normand ; fouace de Caen, de Normandie, du Vexin normand, de pommes de Gacé ; galettes à la pâte d’amande ; gâteau fouetté de Saint-Lô ; galette de Lisieux ; gâche ; gâteau de lait ; macarons de Bellême, de Rouen ; madeleines d’Illiers-Combray ; mirlitons de Rouen ; roulettes de Rouen ; norole (sorte de brioche, en plus tassée), sablés d’Argentan (à noter que ce sont les Normands qui ont inventé le "sablé"), d’Asnelles, de Bayeux, de Caen, de Deauville ; tarte au sucre d’Yport, aux cerises de Duclair, aux pommes chaudes, à la crème et au calvados, fine aux pommes normande ; oublies (sorte de cornets au miel) ; anglois (sorte de tarte aux prunes); chimirets ; cheminots (ceux de Blangy-sur-Bresle sont les plus célèbres) ; les Aguignettes.

Desserts : crêpes à la Bénédictine, crêpes normandes (grosse crêpe de dés ou lamelles de pommes mélangés à la pâte), cauchoises flambées aux pommes ; croquettes d’Argentan ; croûtes normandes ; omelette vallée d’Auge ; pain perdu à la normande (qui s'appel aussi "pain gagné"); piquette ; pommes à la grivette ; pommes au camembert ; soufflé à la Bénédictine ; soufflé normand ; terrine normande ; teurgoule, le kakanoïau (sorte de tarte/gâteau à la merise du Pays de Caux), et la confiture de lait (inventée en Normandie, par des moines).

[modifier] Sciences

Icône de détail Article détaillé : Scientifiques normands.
  • Caen est le site du GANIL, accélérateur d’ions lourds.

[modifier] Architecture

Chaumière normande dans le Marais-Vernier, Eure
Chaumière normande dans le Marais-Vernier, Eure
Icône de détail Article détaillé : Architecture de la Normandie.

L’art roman de la fin XIe au début du XIIe siècle en France était jadis appelé art normand. En 1818, c'est le Normand Charles de Gerville qui est à l’utilisation du terme de « roman » qui l’a remplacé, mais l’appellation « Norman » s’est conservée en anglais.

Le « gothique flamboyant », terme moderne inventé par le Normand Eustache-Hyacinthe Langlois, jadis appelé « gothique normand », est la phase ultime de l’art gothique.

Au Moyen Âge, les Normands ont développé un style régional propre qu’ils ont ensuite étendu aux autres contrées qu’ils ont conquises.

L’architecture de la Normandie utilise les matériaux disponibles dans la région :

  • La pierre de Caen, qui s’est exportée en Angleterre, Allemagne et jusqu’à New York ;
  • Les roseaux pour le toit des chaumières ;
  • Le bois de chêne pour les colombages, et les Essentes/Essantes : « ais/bardeaux » (planchettes/ardoises/tuiles de bois, plus généralement en chêne) ;
Chœur de l’église Saint-Étienne
Chœur de l’église Saint-Étienne

On compte aussi des châteaux et un style tout particulier avec Jacques François Blondel qui réalisa de nombreuses maisons de plaisance en Normandie, des petits châteaux en pierre de Caen.

[modifier] Religion

L’évangélisation de la Normandie remonte au haut Moyen Âge (IVe siècle). Dès cette époque furent fondés des évêchés à Rouen, Évreux, Lisieux, Sées, Bayeux, Coutances et Avranches. La province ecclésiastique de Rouen (siège d’un archevêché) correspond aux limites de l’ancienne province. Les ravages dus aux incursions normandes cessent avec le baptême, sous le nom de Robert, de Rollon, premier duc de Normandie qui sera dès lors protecteur de l’Église. (Voir Évêchés de Normandie.)

Les ducs de Normandie, puis les rois de France ont encouragé le développement du monachisme normand : la région compte de nombreuses abbayes : abbaye du Mont Saint-Michel, l’abbaye aux Hommes et l’abbaye aux Dames de Caen, l’abbaye de Jumièges, l’abbaye de Saint-Wandrille, l’abbaye de Hambye, l’abbaye de Graville, l’abbaye de Fécamp, l’abbaye de Saint-Georges-de-Boscherville, l’abbaye de Saint-Évroult, l’abbaye Notre-Dame du Bec, l’abbaye de Montivilliers, l’abbaye de Cerisy, l’abbaye de Lonlay, l’abbaye de Mortemer, l’abbaye Saint-Martin de Troarn, les abbayes Saint-Amand et Saint-Ouen de Rouen…

Comme le dit un célèbre proverbe "Saint Martin et sainte Marie se partagent la Normandie". En effet, ils se partagent la majeure partie des dédicaces des églises normandes. Cela s'exlique par le fait que la Normandie a été évangélisée vraisemblablement par saint Martin de Tours et ses disciples à partir du IVe siècle, le culte mariale prennant ensuite son essor au Ve siècle (après le concile d'Éphèse de 431 en Orient puis à partir de 476 en Occident), en pleine période d'enracinement du christianisme dans la province.

Parmi les saints normands, il faut noter Jean Eudes et Thérèse de Lisieux née à Alençon et morte à Lisieux où elle est à l’origine d’un des plus importants pèlerinages de France. Le nom d’un autre docteur de l'Église lié à la Normandie est Anselme de Cantorbéry, l’un des plus grands théologiens et philosophes du Moyen Âge.

Pendant la Réforme, la Normandie est l'un des principaux bastions du Protestantisme, et le Pays de Caux garde une forte minorité protestante (les guerres de religions et la révocation de l'Edit de Nantes, on contrariés son évolution, qui aurait fait de la Normandie une région à majorité protestante).

L’anglicanisme est la religion d’état aux Îles de la Manche, mais le catholicisme et le méthodisme y sont représentés par des minorités assez importantes de fidèles.

[modifier] Religieux

Thomas Becket
Thomas Becket

[modifier] Natifs notoires de Normandie

[modifier] Princes & souverains

Guillaume le Conquérant
Guillaume le Conquérant

[modifier] Explorateurs

Jean de Béthencourt
Jean de Béthencourt

[modifier] Armée

Vice-Amiral de Tourville
Vice-Amiral de Tourville
Icône de détail Article détaillé : Liste des militaires normands.

[modifier] Politique

Charlotte Corday
Charlotte Corday

[modifier] Sportifs

Jacques Anquetil - Christophe Auguin - Jean-Claude Bagot - Vincent Barteau - Alain Blondel - Fabien Canu - Stéphan Caron - Jonathan Cochet - Raymond Delisle - Vikash Dhorasoo - David Douillet - Franck Dumas - Damien Eloi - Michel Ferté - Thierry Gouvenou - Jean-Pierre Jaussaud - Matthieu Lagrive - Roger Lemerre - Lionel Lemonchois - Émilie Loit - Halvard Mabire - Thierry Marie - Raymond Martin - Éric Navet - Jean Nicolas - Emmanuel Petit - Jacky Simon - Gérard Saint - Jean-Luc Thérier - Benoît Tréluyer - David Trezeguet - Paul Vatine - Jacky Vimond

[modifier] Personnalités

[modifier] Voir aussi

[modifier] Notes et Références

  1. [1]Découvertes touristiques CAP BREIZH Les îles Anglo-Normandes
  2. [2]Comité Régional de Tourisme de Normandie
  3. ab Site de la Cour internationale de Justice - décision îlots des Écréhous et des Minquiers - consulté le 6 mai 2008
  4. abc Christiane Galus, « L’érosion touche plus du quart du littoral français », dans Le Monde du 12-08-2007, [lire en ligne]
  5. L'enseignement du normand dans le Nord-Contentin -->Étude des pratiques et des attitudes linguistiques
  6. Selon le dictionnaire de Furetière, « un homme répond en Normand lorsqu’il ne dit ni oui, ni non, qu’il a crainte d’être surpris, de s’engager. »

[modifier] Bibliographie

[modifier] Liens internes

[modifier] Liens externes

commons:Accueil

Wikimedia Commons propose des documents multimédia libres sur la Normandie.

wikt:

Voir « Normandie » sur le Wiktionnaire.


Blason de la Normandie Régions et départements de la Normandie Drapeau de la Normandie

Région : Région Basse-Normandie ·Région Haute-Normandie ·îles Anglo-Normandes 

Département : Calvados ·Eure ·Manche ·Orne ·Seine-Maritime