Web Analytics

Static Wikipedia: Italiano -Inglese (ridotta) - Francese - Spagnolo - Tedesco - Portoghese
 
Esperanto - Napoletano - Siciliano - Estone - Quality - New - Chinese Standard  - Simple English - Catalan - Gallego - Euskera
Wikipedia for Schools: English - French - Spanish - Portuguese
101 free audiobooks - Stampa Alternativa - The Open DVD - Open Bach Project  - Libretti d'opera - Audiobook PG

Pointillisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Georges Seurat - La Parade (1889) - détail montrant la technique du pointillisme
Georges Seurat - La Parade (1889) - détail montrant la technique du pointillisme
Paysage de Paul Baum
Paysage de Paul Baum
La calanque, peint en 1906 par Paul Signac
La calanque, peint en 1906 par Paul Signac

Le pointillisme (ou néo-impressionnisme ou divisionnisme) est une technique de peinture issue du mouvement impressionniste qui consiste à peindre par petites touches séparées de peinture de couleurs primaires. On perçoit néanmoins des couleurs secondaires, par le mélange optique des seuls trois différents tons. Cette technique est née en France notamment sous l'impulsion de Georges Seurat (1859-1891) puis de Paul Signac (1863 - 1935), à la fin du XIXe siècle.

Sommaire

[modifier] Son histoire

Le terme de « néo-impressionnisme » est employé pour la première fois par Félix Fénéon, un critique d'art. Les premières œuvres datent cependant de 1884, avec notamment la baignade à Asnières de Seurat, exposé au premier salon des artistes indépendants. Son apogée correspond à la fin du XIXe siècle, mais son influence se ressent par la suite chez les fauves jusqu'aux expressionnistes allemands et aux sources de l'abstraction (premières œuvres de Wilhem Morgner ou de Wassily Kandinsky).

Le néo-impressionnisme a constitué un mouvement pictural avec ses défenseurs (dont le critique Fénéon), ses adeptes et ses lieux d'exposition. Il s'est diffusé rapidement en Belgique avec l'école luministe dont Théo van Rysselberghe et Henry Van de Velde sont les membres les plus connus. Ce dernier a permis l'expansion du mouvement vers l'Allemagne.

[modifier] Théorie

Lorsque le tableau est regardé à une certaine distance, les taches de couleur ne peuvent pas être distinguées les unes des autres et se fondent optiquement les unes aux autres. L'aspect visuel obtenu est différent de celui obtenu en mélangeant des couleurs sur une palette et en les appliquant ensuite sur la toile. Certains décrivent le résultat comme plus brillant ou plus pur car le mélange est réalisé par l'œil et non plus par le pinceau.

L'explication pourrait être liée aux théories sur l'additivité et la soustractivité des couleurs : habituellement, lorsque des couleurs sont produites par un mélange de pigments, la soustractivité joue (chaque pigment absorbe un ensemble de fréquences du spectre lumineux, le mélange des pigments renvoie l'ensemble des fréquences non absorbées). Ainsi, mélanger des pigments de cyan, de magenta et de jaune (les couleurs primaires soustractives) produit une couleur proche du noir. En revanche, lorsqu'on mélange des couleurs produites par des sources de lumière, c'est l'additivité qui joue son role: le mélange de faisceaux lumineux des trois couleurs rouge,vert et bleu produit une lumière proche du blanc puisque l'ensemble des fréquences visibles se trouve représenté. Les écrans de télévision, par exemple, utilisent ce système.

Cette théorisation est d'emblée exploitée par les fondateurs du mouvement : Seurat s'inspire des travaux sur la couleur de Eugène Chevreul et de Charles Henry.

[modifier] Technique

Elle consiste, après une étape de décomposition de la lumière par les trois couleurs primaires et leurs complémentaires, à diviser le tableau en zones puis à reproduire par zones la couleur observée avec ces trois couleurs. Et selon si cette couleur est sombre ou non, on ajoute une couleur complémentaire qui à la lumière nous permet de voir la couleur voulue.

On la pratique par touche. Par exemple, pour reproduire du vert (composé de jaune et de bleu), on procède par petites touches des deux couleurs, sans les mélanger. Si on désire un vert plus foncé, on met plus de bleu. Pour un vert plus clair, on met plus de jaune.

[modifier] Mathématiques

Discipline des mathématiques qui a pour but de répartir des points sur une surface comme une sphère (nouvel algorithme très récent, postérieur à 2003), un tore. Applications : notamment les orbitales atomiques (sp2,...).[réf. nécessaire]

[modifier] Liens internes