OCÉANIE/PAPOUASIE-NOUVELLE-GUINÉE – “Ton masque me protège, le mien te protège” : l’avertissement des missionnaires alarmés par la propagation du Covid-19

 90 total views,  1 views today

Port Moresby – “L’utilisation du masque comme moyen de protection contre le Coronavirus est essentielle, même s’il est très inconfortable de le porter aussi longtemps dans la journée. Il sert à me protéger et à protéger les autres”, a déclaré le père Edward Revilla, missionnaire SDB, actuellement en service au sanctuaire de Marie Auxiliatrice à Boroko.
A ce jour, Covid-19 a semé la destruction et la mort dans le monde entier. La découverte du vaccin et son lancement en Papouasie-Nouvelle-Guinée n’ont pas été acceptés dans le pays. L’immunité collective étant très éloignée, des protocoles de base doivent être appliqués, indique la note du Secrétariat pour les communications sociales de la Conférence épiscopale de Papouasie-Nouvelle-Guinée et des îles Salomon envoyée à l’Agence Fides.
“Je suis en première ligne et au service de notre peuple. Les fidèles portent tous des masques quand ils viennent me voir”, poursuit le prêtre de 84 ans. Les journées du père Revillla se partagent entre les réunions avec les étudiants, les confessions des fidèles à la paroisse Saint-Joseph de Boroko et toute la matinée du dimanche au sanctuaire de Marie Auxiliatrice. Pendant tout ce temps, il est constamment en contact, à l’écoute et en prière, avec les personnes.
“Je crois que le vaccin est pour le bien de tous”, a déclaré le père Revilla, qui attend la deuxième dose. Le prêtre s’est dit préoccupé par le fait que de nombreuses personnes ne respectent pas les protocoles et aussi par la mutation du virus, qui, avec la variante delta, découverte en Inde, s’est répandu dans le monde entier et est désormais présent dans environ 80 pays. Le père Revilla a passé plusieurs années en Papouasie-Nouvelle-Guinée, à Rabaul, à Kumgi et maintenant à Port Moresby, toujours au service des fidèles catholiques.