VATICAN – Cardinal Tagle : un missionnaire raconte “une histoire d’amour” avec Jésus

 156 total views,  1 views today

Cité du Vatican – ” La rencontre avec Dieu qui a touché nos cœurs et accompli des œuvres merveilleuses ne peut pas être gardée pour nous. Comme les apôtres, partageons l’amour que nous avons vécu. Ce que nous avons reçu de Dieu est un cadeau pour les autres. Et plus nous le partageons, plus notre foi grandit. Si nous la gardons pour nous, notre foi s’affaiblit avec le temps. Si nous la gardons dans un petit groupe, elle devient l’affaire d’une élite. Les missionnaires sont inspirés le plus par Dieu pour sortir d’eux-mêmes, de leurs peurs, pour atteindre toutes les nations, géographiques et existentielles. Pour une raison fondamentale : la gratitude. Ce sont des gens reconnaissants”, a déclaré le Cardinal Luis Antonio Tagle, Préfet de la Congrégation pour l’Évangélisation des Peuples, lors de la présentation de la Journée Mondiale des Missions, qui s’est tenue aujourd’hui, 21 octobre, au Vatican.
Le Cardinal Tagle a commenté le message du Pape François pour la Journée Mondiale des Missions, intitulé “Nous ne pouvons pas nous taire sur ce que nous avons vu et entendu” , tiré des Actes des Apôtres. Il a déclaré : “En regardant l’épisode de Pierre et Jean, raconté dans les Actes, nous pouvons nous demander : quel est le secret du zèle missionnaire des apôtres ? C’est l’expérience de l’amour de Dieu dans le Christ. Ils ont fait l’expérience de l’amitié avec Jésus, ils ont vu comment Jésus vivait et ont partagé sa vie. L’expérience profonde de Jésus conduit à un “état de mission” dans lequel la mission est un reflet de la gratitude, et non un fardeau ou même un acte purement fonctionnel ou pragmatique. C’est une expression de joie et de gratitude envers Dieu pour les choses merveilleuses qu’il a faites pour nous. Ayant vu et vécu tout cela, les apôtres sont des missionnaires de la compassion et de l’espérance”.
Le Préfet de “Propaganda Fide” a souligné que “la spiritualité et la rencontre avec Dieu sont la source du missionnaire, qui est toujours enraciné dans le Christ. Il raconte “une histoire d’amour”, vécue avec Jésus, et apporte la compassion du Christ au monde”. Se référant ensuite aux défis missionnaires dans le monde et la société d’aujourd’hui, le Cardinal a déclaré que “comme le dit le Saint-Père, la rencontre avec le Christ et son Évangile engendre l’ouverture et la communion avec le prochain : l’expérience du Christ ne construit pas de murs, nous séparant des autres, mais nous pousse vers les autres avec joie, non pas comme des conquérants dans un sens triomphaliste, mais dans le sens du partage de la bonté de ce que nous avons vu, entendu, vécu. Nous devons récupérer cet aspect : la mission est dans le cœur de chacun de nous, chaque baptisé est un missionnaire du Royaume de Dieu, la mission est un appel pour tous les baptisés”.
Le Cardinal a rappelé le travail d’évangélisation dans diverses régions du monde comme l’Asie, dont il est lui-même originaire, où les chrétiens sont une petite minorité, en soulignant combien est précieux “le rapport personnel, l’annonce et le partage de la foi de personne à personne” ; enfin, se référant à l’évangélisation dans des contextes d’ancienne tradition chrétienne comme l’Europe, qui vivent des moments de “déchristianisation”, le Cardinal a dit que “nous devons avant tout prier parce que la foi est un don de l’Esprit Saint. L’Évangile nous apprend à aimer, même dans les petits gestes quotidiens et les petites choses. Les petits gestes d’amour ne doivent pas être minimisés, un simple geste d’amour évangélise”.