VATICAN – Rapport de l’Œuvre pontificale de la Sainte Enfance devant l’Assemblée générale des Œuvres pontificales missionnaires

Rome – « L’Œuvre de la Sainte Enfance favorise une éducation humaine et chrétienne. Elle aide les enfants à développer un esprit missionnaire. Elle les pousse à partager la foi et les moyens matériels, spécialement avec les enfants plus nécessiteux. Elle promeut, encourage et soutient les vocations missionnaires. Il s’agit d’un instrument de croissance dans la foi y compris dans une perspective vocationnelle ». C’est ce qu’a réaffirmé, dans le cadre du rapport sur l’Œuvre présenté le 30 mai devant l’Assemblée générale des Œuvres pontificales missionnaires, Sœur Roberta Tremarelli, AMSS, Secrétaire général de l’ Œuvre pontificale de l’Enfance missionnaire .
Divers sont les défis que l’ Œuvre se trouve aujourd’hui à devoir relever et parmi ceux-ci, elle a cité : éduquer les enfants et adolescents aux valeurs, éduquer au partage, promouvoir des itinéraires éducatifs qui proposent les différentes vocations dont la vocation missionnaire, impliquer les familles dans l’animation et la formation, assurer la continuité du chemin vécu au sein de l’Enfance missionnaire au travers de la formation des adolescents, intégrer au programme pastoral d’éducation et de formation chrétienne la dimension missionnaire.
Par la suite, Sœur Roberta Tremarelli a rappelé la célébration des 175 ans de l’Œuvre, qui « a pris des physionomies différentes selon les pays mais, dans presque tous les pays, il a été tenté de donner de l’importance à cet anniversaire en le proposant comme thème commun et en impliquant enfants, jeunes, enseignants, catéchistes, Diocèses et en produisant des subsides et du matériel en tout genre, diffusant également la nouvelle dans les moyens de communication ». En ce qui concerne le Mois missionnaire extraordinaire, le Secrétariat a proposé à chaque Direction nationale de promouvoir le concours « Baptisés et envoyés, en chantant la mission » dans le but d’impliquer également les enfants et les jeunes dans le cadre de cette célébration extraordinaire. « Souvent les grands événements ecclésiaux – a-t-il expliqué – concernent les adultes et les enfants ne sont ni considérés comme destinataires ni comme protagonistes et ainsi chaque institution doit mettre à profit la créativité sous la conduite du Saint Esprit afin de trouver une place dans l’Eglise à ces jeunes ».
Le Secrétaire général a par suite informé de sa participation à un certain nombre d’événements : en Confédération helvétique du 19 au 21 janvier pour le XXX° anniversaire des Chanteurs de l’Etoile, dans le canton alémanique ; au Rwanda du 23 février au 5 mars pour la Rencontre continentale des Directeurs nationaux et collaborateurs des Œuvres pontificales missionnaires ; au cours de son voyage de retour, la religieuse a fait escale à Bruxelles, visitant le siège des Œuvres pontificales missionnaires en Belgique ; le 18 mai en Roumanie à l’occasion de la I° célébration de la Journée de l’Enfance missionnaire. « Après l’Assemblée générale et le cours pour les nouveaux Directeurs nationaux – a-t-elle poursuivi – je partirai pour la République démocratique du Congo en vue de trois sessions de formation avec les Directeurs diocésains et les animateurs de l’Enfance missionnaire de trois Provinces ecclésiastiques du pays ».
A propos de la célébration de la Journée de l’Enfance missionnaire et de la collecte, Sœur Roberta Tremarelli a mis en évidence que, malgré le souhait du Vénérable Pape Pie XII, la Journée « n’est malheureusement pas célébrée dans certains pays tant parce que les Evêques n’en donnent pas la possibilité que parce que la Direction nationale ne la propose pas ». Ceci vaut aussi pour la collecte qui connaît des difficultés de différents types même si « certaines Paroisses et certains Diocèses, spontanément, l’effectuent parce qu’ils en reconnaissent le fondement missionnaire ».
Des rapports parvenus, il résulte que chaque Direction nationale des Œuvres pontificales missionnaires organise au cours de l’année des assemblées et des rencontres de formation pour les animateurs et coordinateurs de l’Enfance et e l’Adolescence missionnaires. A ce propos, le Secrétaire général a invité « à persévérer dans la formation » et à envoyer au Secrétariat les fichiers des textes de l’Ecole de formation pour les animateurs et de celle pour les enfants, afin de pouvoir les analyser et les mettre à jour, de manière à les rendre disponibles à tous.
Après des précisions concernant la présentation des projets et la distribution des subsides, la religieuse a invité à utiliser pour les initiatives d’animation et de promotion missionnaire de l’ Œuvre pontificale de l’Enfance missionnaire « des photographies d’enfants en groupe, souriants, en évitant es clichés d’enfants en conditions peu dignes, sales et affamés, en larmes ou nus. Notre but – a-t-elle souligné – n’est pas d’émouvoir ceux qui voient ou lisent et d’obtenir ainsi une offrande mais d’impliquer les baptisés dans la missio ad gentes au travers de la prière et de la coopération en promouvant le soutien aux Eglises particulières en tant que membres d’un Corps unique, celui de l’Eglise ».
Enfin, le Secrétariat international de l’Œuvre pontificale de la Sainte Enfance propose comme thème commun annuel 2020 celui de la sainteté, « un chemin permettant d’appliquer le don reçu au Baptême à la suite de Jésus ». « L age ne représente pas un obstacle pour atteindre la sainteté – a conclu Sœur Roberta Tremarelli – et les enfants peuvent le mettre en évidence par leur témoignage de piété, de fidélité et d’amour de Dieu ».

da: www.fides.org
I contenuti del sito sono pubblicati con Licenza Creative Commons Attribuzione 4.0 Internazionale