VATICAN – ” Solo callar, para que Dios me defienda ” : Sœur Gloria Cecilia Narvaez Argoti et son enlèvement en tant que religieuse persécutée pour sa foi

 14 total views,  1 views today

Cité du Vatican – C’est le 7 février 2017 qu’un groupe d’hommes armés a fait irruption dans la maison des Sœurs franciscaines de Marie Immaculée à Karangasso, dans le sud du Mali, et a pris en otage Sœur Gloria Cecilia Narvaez Argoti. La religieuse, de nationalité colombienne, s’est proposée à la place d’une jeune sœur. Prières, veillées et réunions ont permis de garder vivante la mémoire de Sœur Gloria pendant les quatre longues années et les huit mois où elle a été retenue en otage.
Elle n’a jamais accepté la menace constante de se convertir à l’islam et sa “devise” dans les jours les plus sombres était : “Solo callar, para que Dios me defienda”). .
En attendant de pouvoir retourner en Colombie, Sr Gloria a séjourné pour une période de repos dans la maison religieuse de Riano. Vendredi 12 novembre, lors de sa rencontre avec le Cardinal Luis Tagle à la Congrégation pour l’Évangélisation des Peuples, dont il est le préfet, Fides a pu lui poser quelques questions.

Agence Fides : Sœur Gloria, bienvenue. Nous avons tellement prié pour vous et nous sommes honorés de vous avoir ici. Pouvez-vous nous dire comment était votre vie avant l’enlèvement ?
Sr Gloria : Avant d’être kidnappée, j’étais en mission en Afrique avec mes sœurs où nous nous consacrions à la promotion de la femme. Nous leur avons appris à broder, à coudre à la machine, à lire, tout en leur offrant des outils pour démarrer des activités de microcrédit. L’une de nos priorités a toujours été les enfants, les nouveau-nés qui sont souvent abandonnés par leurs mères le jour de l’accouchement parce qu’elles n’ont rien pour les nourrir. Nous nous sommes occupés du centre de santé et avons aidé les malades en rendant également visite à leurs familles. Ma vie et mes pensées en tant que personne et en tant que consacrée étaient axées sur la rencontre et la proximité.

Agence Fides : Quatre ans et huit mois, c’est long. Comment avez-vous passé vos longues journées de prisonnier ?
Sœur Gloria : Le matin, je priais en contemplant le lever du soleil dans le désert, quelque chose de merveilleux, je sentais le vent tantôt violent, tantôt doux qui s’élevait du sable. J’avais l’habitude d’écrire des lettres à Dieu, avec des morceaux de charbon, pour exprimer ma confiance totale et illimitée en Lui. Je ramassais du bois pour chauffer le peu d’eau qu’on me donnait chaque jour pour préparer mon thé. J’ai toujours prié pour la libération des nombreux otages dans le monde et j’ai pensé à la souffrance de tant de personnes qui meurent de faim. Tous les moments de ma vie me sont revenus, du voyage que j’ai fait avec les sœurs de ma Congrégation, de ma famille, de ma vie de religieuse et de la réponse que je donnais à la volonté de Dieu. Ma prière était aussi pour les groupes qui me tenaient en otage, pour chacun d’entre eux. Quand il a été temps pour nous de déménager, je me suis consacré au nettoyage du champ.

Agence Fides : Quelle idée avez-vous eue de cette prolongation de votre captivité ? Vos geôliers vous ont-ils expliqué les raisons de la prolongation de votre captivité ?
Sœur Gloria : Tous les groupes auxquels j’appartenais étaient religieux. Ils voulaient mettre ma foi à l’épreuve. Pour eux, seul l’islam doit exister au Mali. Je pensais aussi qu’il y avait des problèmes entre eux qui ont retardé ma libération.

Agence Fides : Au fil du temps, avez-vous pu donner un sens à cette expérience difficile que vous viviez ?
Sœur Gloria : Ce fut une expérience de foi profonde, de réaffirmation de moi-même en Dieu, d’augmentation de ma confiance en Lui en acceptant toutes sortes d’humiliations et de harcèlements pour grandir et vivre ce que notre Fondatrice, la Bienheureuse Mère Charity Brader Zahner, avait l’habitude de dire : “se taire pour que Dieu nous défende”. En même temps, c’était une occasion pour moi de vivre le respect des autres religions, en l’occurrence la leur, et cela m’a rappelé l’encyclique du Pape Benoît XVI, Deus Caritas est, qui parle du respect de la liberté religieuse et de la façon dont nous, chrétiens, devons être des messagers de paix et de réconciliation par nos attitudes.

Agence Fides : Vos geôliers étaient-ils toujours avec vous ? Comment se sont-ils comportés, vous ont-ils maltraité ?
Sœur Gloria : En général, les groupes m’ont beaucoup humiliée, ils m’ont insultée de manière offensive et dure à cause de la religion ou parce que j’étais une femme. Mais même parmi eux, j’ai vu qu’il y avait de bonnes personnes qui voulaient me libérer pour que je ne sois pas en si grand danger….

Agence Fides : Y a-t-il des gestes particuliers d’humanité – ou de méchanceté – de la part des ravisseurs à votre égard dont vous vous souvenez ?
Sœur Gloria : La nuit, en particulier, j’ai vu que les groupes étaient très agités, ils criaient entre eux, ils s’approchaient de la tente où je me trouvais. Vers minuit, le chef est venu me voir et m’a dit : Gloria ! Vous allez bien ?

Agence Fides : Votre mère est morte en attendant votre retour. Cette douleur ajoutée à l’histoire douloureuse de l’enlèvement n’est-elle pas de trop ?
Sœur Gloria : J’ai beaucoup prié et j’ai pensé au fait que ma mère était déjà avancée en âge. J’ai pensé aux mots qu’elle m’avait dits lorsque je suis partie en vacances à la maison et que je suis revenue au Mali : “Ne pars pas si loin, parce que le Mali est la religion de l’Islam et qu’il peut t’arriver quelque chose ou que tu ne me reverras jamais”. Je lui ai répondu : “Maman, que ce soit ce que Dieu veut”. Quelque chose pourrait arriver à toi ou à moi. Nous ne sommes pas sûrs de la volonté de Dieu.

Agence Fides : Quelle est la phrase ou le geste que le Pape François vous a adressé qui vous a le plus frappé, et que vous n’oublierez jamais ?
Sœur Gloria : Je n’oublierai jamais son geste d’accueil et sa bénédiction en tant que père et pasteur de notre Église. Ni sa demande : ” priez pour moi “.

Agence Fides : Avez-vous l’intention de retourner en Afrique et de reprendre là où vous vous êtes arrêté ? Comment voyez-vous votre avenir ? Qu’est-ce qui vous attend ? Et comment votre expérience a-t-elle changé votre vision de la vie et des choses dans le monde ?
Sœur Gloria : Si Dieu me donne la santé, je continuerai à être missionnaire, proche des plus pauvres et des plus nécessiteux, je continuerai à élever vers Dieu ma prière de gratitude éternelle, mais plus incarnée dans la souffrance des personnes sans liberté, de ceux qui ont faim et soif. Je continuerai à prier pour la paix dans tant de pays en guerre. Pour le Saint Père François, les prêtres, les religieux et religieuses du monde entier, afin que nous ayons le courage de donner notre vie pour ceux qui souffrent. Cette expérience m’amène à considérer la vie comme une tâche visant à créer une fraternité universelle. Non pas pour nous refermer sur nous-mêmes, mais pour être porteurs d’espérance et témoins de notre vie de foi.

Il n’est pas nécessaire de faire beaucoup de choses, mais de donner un témoignage de foi, d’écoute, de valoriser tous ceux qui ont besoin de nous, aux personnes âgées pour toute leur sagesse et pour ce qu’elles ont apporté, aux jeunes pour leur courage et leur prophétie. Nous devons continuer à prier Dieu de susciter des vocations bonnes et saintes pour l’Église, qui puissent atteindre des lieux lointains où presque personne ne se rend. Comme le disait notre Fondatrice : Dieu ne se laisse pas dépasser en générosité et nous ne devons pas oublier les bonnes œuvres que la Congrégation a entre les mains : les pauvres et beaucoup de charité et de fraternité avec tous. Ce qui signifie donner sa vie pour un autre.

Sœur Gloria est finalement rentrée en Colombie le 15 novembre 2021, où elle restera pour une période de repos avec sa famille et ses sœurs.