AFRIQUE/SOUDAN DU SUD – Des sœurs tuées ; le président Kiir : “Les groupes qui n’ont pas signé l’accord de paix sont responsables de leur mort”

 86 total views,  1 views today

Juba – Les groupes qui n’ont pas signé l’accord de paix, sont responsables de la mort des deux religieuses de la Congrégation du Sacré-Cœur de Jésus, tuées, avec trois autres personnes, dans une embuscade le 16 août sur un bus le long de la route Juba-Nimule . C’est ce qu’a déclaré le président sud-soudanais Salva Kiir, qui a attribué l’embuscade aux “Holdout Groups”, un terme générique désignant les non-signataires de l’accord revitalisé sur la résolution des conflits au Sud-Soudan .
Dans sa déclaration, le président Kiir affirme que le meurtre des cinq “civils innocents” démontre un manque d’engagement envers la paix de la part des non-signataires de l’accord de paix de septembre 2018 et menace que son gouvernement pourrait devoir “reconsidérer sa position sur l’initiative de Rome menée par Sant’Egidio”.
Le président sud-soudanais a ajouté, en référence aux cinq Sud-Soudanais tués lors de l’embuscade routière du 16 août : “La responsabilité de leur mort incombe entièrement aux groupes holdout, et le gouvernement de transition d’unité nationale revitalisé condamne cet acte de terreur dans les termes les plus forts possibles.”
Le pape François a exprimé ses condoléances pour le décès de Sœur Mary Daniel Abut et de Sœur Regina Roba des Sœurs du Sacré-Cœur de Jésus. “Profondément attristé d’apprendre l’attaque brutale contre un groupe de Sœurs du Sacré-Cœur de Jésus qui a entraîné la mort de Sœur Mary Abud et de Sœur Regina Roba”, lit-on dans le télégramme envoyé au nom du Souverain Pontife par le Cardinal Secrétaire d’État Pietro Parolin à l’Évêque Mark Kadima, de la nonciature apostolique au Sud-Soudan. “Confiant que leur sacrifice fera avancer la cause de la paix, de la réconciliation et de la sécurité dans la région”, le pape François “prie pour leur repos éternel et le réconfort de ceux qui pleurent leur perte”