ASIE/AFGHANISTAN – Leaders de la société civile : la violence s’intensifie, une mission de l’ONU est nécessaire de toute urgence pour établir la vérité sur les attaques.

 76 total views,  3 views today

Kaboul – ” Nous demandons une mission des Nations unies pour établir la vérité sur les récentes attaques contre les civils. ” Alors que les troupes étrangères sont sur la voie du retrait, que les talibans sont à l’offensive, que le gouvernement est faible, que la violence augmente et que les “scénarios futurs sont très inquiétants”, Shaharzad Akbar, responsable de la “Commission indépendante des droits de l’homme en Afghanistan” , demande à la communauté internationale de s’engager davantage. “Les condamnations ne suffisent plus, elles n’ont pas d’effets concrets. Nous avons besoin d’une mission des Nations unies qui soit également dissuasive”, note-t-elle. Depuis juillet 2018, Shaharzad Akbar dirige l’AIHRC, un organe étatique visant à protéger les droits de l’homme dans le pays. Le leader tire la sonnette d’alarme : “Il n’y a aucune chance réelle sur le processus de paix, la violence augmente, le conflit s’intensifie. Et aussi les violations des droits des civils”, explique-t-elle à Fides.
Les responsabilités sont multiples. Les talibans sont à l’offensive, profitant militairement du retrait des troupes étrangères convenu dans l’accord de Doha de février 2020, puis confirmé le 13 avril dernier par le président américain Joe Biden. “Il existe des récits crédibles d’attaques contre des civils, de meurtres de prisonniers de guerre, de destruction d’infrastructures” déclare Akbar, qui se dit particulièrement préoccupée par l’acharnement sur les civils. Les violences touchent en particulier la communauté hazara du quartier chiite de Dasht-e-Barchi, à Kaboul. L’appel aux Nations unies demande une protection spéciale pour cette minorité chiite, persécutée à l’époque de l’Émirat islamique des Talibans, aujourd’hui cible de la branche locale de l’État islamique.
Shaharzad Akbar souligne : “Tous les Afghans sont victimes du conflit. Mais les attaques récentes sont claires dans leurs cibles : bus civils, mariages, sanctuaires, cérémonies religieuses, écoles. Il y a une intention claire de frapper la communauté chiite Hazara, précisément en raison de son identité”, dénonce Akbar. Les mécanismes de protection et de recherche de la vérité mis en place par le gouvernement sont insuffisants : le gouvernement “peut avoir la volonté politique, mais n’a certainement pas la capacité d’établir la vérité sur les crimes de guerre présumés”.
L’appel aux Nations unies a été rendu public le 9 mai, au lendemain d’un triple attentat contre des écolières à l’école Sayed al-Shohada, dans le quartier de Dasht-e-Barchi : 90 victimes. Le lendemain, une délégation du gouvernement de Kaboul, conduite par le ministre des affaires étrangères Hanif Atmar, était à La Haye pour convaincre la Cour pénale internationale de reporter – ou mieux encore de mettre en veilleuse – l’ouverture d’une enquête sur les crimes de guerre et les violations des droits de l’homme en Afghanistan.
Une erreur, pour Akbar, qui demande également que la vérité soit établie sur les éventuels crimes commis par des troupes étrangères : “Il existe des allégations crédibles de crimes commis par des troupes américaines, australiennes, britanniques et autres. Les victimes ne sont pas oubliées. Il faut que l’on reconnaisse pleinement ce qui s’est passé.” Jusqu’à présent, affirme-t-il, il n’y a pas eu de véritable respect des droits de l’homme et de la justice : “L’un des plus grands échecs de la communauté internationale concerne les droits et la justice”, résume Shaharzad Akbar. “La communauté internationale a donné du pouvoir et du poids aux personnes accusées de crimes de guerre. Il les a traités comme des alliés. Et il s’attendait à ce que quelque chose de bien en ressorte.”