ASIE/KAZAKHSTAN – Des jeunes rencontrent “le Christ vivant”

 20 total views,  1 views today

Astana – ” Même si l’Église catholique est une petite réalité, elle est présente dans tout le Kazakhstan. En particulier en été, une saison qui dans le pays est relativement courte, nous avons de nombreuses activités de formation à la foi et de mission, dédiées surtout aux enfants et aux jeunes. Leopold Kropfreiter, SJM, missionnaire de nationalité autrichienne, Directeur national des Œuvres Pontificales Missionnaires au Kazakhstan, déclare à l’Agence Fides. En tant qu’unique directeur national des OPM dans toute l’Asie centrale, le prêtre dit qu’il “a pour première tâche de s’engager dans l’animation missionnaire”. La plupart des activités de la jeunesse et de la pastorale missionnaire”, dit-il, “ont lieu en été, car les autres périodes de l’année, les conditions climatiques défavorables ne le permettent pas”.
Malgré les effets de la pandémie, qui ont forcé des changements soudains dans la planification de plusieurs réunions, “nous avons vu chez les jeunes un fort désir de spiritualité, de prière et de communauté, à vivre dans la vie réelle et non dans l’espace numérique”, a noté le père Leopold.
Parmi les points forts des activités estivales, explique-t-il, il y avait les nombreux camps pour enfants organisés dans presque toutes les paroisses. Ces camps servent à permettre aux enfants de faire connaissance avec la foi et l’Église, de la comprendre plus profondément et aussi de passer un moment heureux ensemble. Les enfants musulmans participent aussi très souvent à ces événements, qui leur donnent un premier contact avec le Christ et l’Église. Ces rencontres sont des expériences très précieuses”.
Les réunions du “Mouvement des cœurs purs”, qui ont lieu plusieurs fois par an depuis près de 10 ans, sont d’une grande importance, poursuit le directeur. Les jeunes à partir de 14 ans ont la possibilité de se faire de nouveaux amis et de pratiquer leur foi et leur vie chrétienne ensemble. Notre principale activité est le festival annuel de la jeunesse au sanctuaire marial national dans le petit village de steppe d’Osjornoe. L’année dernière, l’initiative a été annulée à cause de Covid-19. Cette année, nous avons décidé, malgré certaines restrictions, d’organiser le festival à une échelle plus réduite. Nous avons limité le nombre de participants à 100 personnes.
Ce fut une expérience enrichissante pour les jeunes : “Pendant les cinq jours qui ont suivi la fête de l’Assomption de la Vierge, en août dernier, rapporte le prêtre, les jeunes ont eu un riche programme consacré à l’Année de la famille. La Sainte Famille de Nazareth a été notre modèle qui a façonné l’ensemble du programme. Le bilan pourrait se résumer ainsi : la rencontre avec le Christ vivant est une joie et remplit la vie de sens”.
Le directeur national conclut : “Même si les paroisses et les diocèses sont très petits par rapport au nombre de croyants, ils ont une vie de foi et une pastorale vivantes, dont le point central est la rencontre avec le Christ dans la Parole et le Sacrement. Un grand défi pour l’Église au Kazakhstan est l’émigration, surtout de la jeune génération, vers des pays comme la Pologne, l’Allemagne et d’autres”.
L’histoire du christianisme au Kazakhstan est très ancienne et remonte aux premières implantations des nestoriens, qui ont fondé leurs premières églises dans le sud du pays au Moyen Âge. Aujourd’hui, bien que la majorité de la population soit musulmane sunnite, la majorité des chrétiens sont membres de l’Église orthodoxe russe. Environ 1 % de la population, soit quelque 150 000 personnes, sont des catholiques romains.